Si G.I. JOE – LE RÉVEIL DU COBRA avait une qualité (mais une seule alors), c’était bien celle de ne pas prendre son sujet trop au sérieux, en jouant la carte rétro assumée et en montrant son amour pour les James Bond de la première heure, dans une sorte d’excroissance...