CAPTURE MAG – LE PODCAST BONUS : GUILLAUME LEMANS

Aujourd’hui dans les salles, un film français pas comme les autres : DANS LA BRUME de Daniel Roby. Une bonne occasion de faire revenir devant notre micro son scénariste et producteur, l’indispensable Guillaume Lemans, à l’occasion d’un PODCAST BONUS riche en infos et réflexions diverses.

S’il y a un talent singulier qui a émergé au cours des dix dernières années au sein du cinéma de genre français, c’est bel et bien celui du scénariste Guillaume Lemans. Dès ses premières collaborations avec des réalisateurs comme Fred Cavayé (POUR ELLE, À BOUT PORTANT, MEA CULPA) ou Yann Gozlan (CAPTIFS, UN HOMME IDÉAL), il semblait évident que le bonhomme avançait équipé – et l’équilibre de ces deux éléments est suffisamment rare pour le souligner – à la fois d’une vision du genre très militante et d’un bon sens artistique à toute épreuve qui lui permettait constamment d’adapter ses ambitions à une industrie difficile à pénétrer. Qualités qui font de lui, dans le contexte actuel du cinéma français, un authentique exemple à suivre.

En mars 2015, Guillaume Lemans était venu nous parler de son actualité, du cinéma de genre français et de ses projets (notamment de ses ambitions naissantes de producteur), et il nous avait promis de revenir faire le point dès qu’il aurait gravi quelques échelons supplémentaires. Trois ans plus tard, le résultat est là : trois films dans les salles en à peine trois mois. Le film d’action BURN OUT de Yann Gozlan (sorti le 3 janvier), le film de zombies LA NUIT A DÉVORÉ LE MONDE de Dominique Rocher (sorti le 7 mars) et donc le film catastrophe DANS LA BRUME, qui marque les débuts de la boîte de production de Lemans, Esprits Frappeurs. Avec l’énergie communicative qui est la sienne, le scénariste nous parle donc de ces trois nouveaux films mais aussi de ses nombreux projets à venir, tout aussi passionnants et, il faut bien le dire, de plus en plus audacieux. Projets dont, on l’espère, il reviendra nous parler dans trois ans, lorsqu’ils seront sur les écrans et que la renaissance du cinéma de genre français ne sera peut-être plus un vœu pieux.

CAPTURE MAG – LE PODCAST BONUS : GUILLAUME LEMANS en version mp3

En prime, vous pouvez écouter l’épisode de NoCiné sur DANS LA BRUME, avec Julien Dupuy et Stéphane Moïssakis, au micro de l’inusable Thomas Rozec !

Abonnez vous au Podcast via notre nouvelle page Soundcloudflux RSS ICI ou iTunes
Remerciements éternels à David Oghia et Monsieur Smith, sans qui ce podcast n’aurait jamais existé !

6 Commentaires

  1. Steph

    Merci beaucoup pour ce podcast surprise.
    Ravi de voir qu’une boite de production comme Esprits frappeurs se monte en France. Je croise les doigts pour que « Dans la Brume » atteigne le palier de 600.000 spectateurs, même si je ne suis pas fan de tous les films écrits/produits par Guillaume Lemans je leur reconnais à tous une vraie efficacité.

  2. jackmarcheur

    Merci les gars pour tous ces podcasts CaptureMag
    et Nociné et pour vos travaux passionnants.

    Par contre si j’arrive à telecharger les podcasts Nociné facilement, comment faire pour downloader les podcasts Capturemag, en particulier ceux de James Cameron et Del Toro, pour que je puisse écouter ça dans ma caisse tous les jours ?!

    Merci d’avance et encore bravo pour la qualité de votre travail !

    • Steph

      J’arrive à les télécharger en MP3 en cliquant sur le lien

      CAPTURE MAG – LE PODCAST BONUS : GUILLAUME LEMANS en version mp3

      en bleu au dessus des liens soundcloud.

      C’est pas évident que c’est un lien vers une fenêtre de téléchargement ^^

  3. jackmarcheur

    Steph, mais oui bien sûr ! Merci pour ton aide !

  4. Bengal

    C’est rassurant de voir que l’adaptation des Sentinelles est toujours d’actualité, même si je suis moyennement convaincu par le format série. Avec cet univers et un budget digne de ce nom, ça aurait pu donner un sacré film de guerre !

  5. Erwin

    QUESTION!!!

    Dans les crédits à la fin du film, le personnage du policier est référencé comme « policier ivre ». Pourtant, il n’est pas ivre dans le film, juste violent.
    Pourquoi « ivre », alors? C’est une blague de celui/celle qui a fait le générique?

Laissez un commentaire