Des poupées russes qui pètent, une ambiance de lutte des classes, un ton loufoque qui laisse néanmoins augurer d'un produit à la finition exemplaire : le STACKING de Double Fine a tout pour plaire, surtout à Stéphane Moïssakis, grand fan de PSYCHONAUTS devant l'éternel !...