GAME OF DRONES

L’annonce d’un nouveau CALL OF DUTY pour la fin de l’année est désormais à peu près aussi étonnante que de voir Noël tomber un 25 Décembre, c’est donc dans une absence totale de surprise que s’est faite aujourd’hui l’annonce du prochaine épisode de la franchise la plus lucrative du jeu vidéo à l’heure actuelle. Alternance oblige, c’est à nouveau Treyarch, l’ancienne équipe B, qui se retrouve en charge du développement. Et leur précédent opus ayant fait péter les chiffres à l’époque, quoi de plus logique que de les retrouver à la tête d’un deuxième BLACK OPS, qui semble donc devoir à son tour devenir une série à part entière comme MODERN WARFARE auparavant. Qu’y a t’il donc à en attendre ?

On se souviendra que le premier BLACK OPS avait marqué quelques points pour son choix de contexte original, à savoir les années 60 et la Guerre Froide. Changement de cap radical pour cette suite, Treyarch ayant choisi de faire se dérouler l’action dans un futur proche, en 2025 plus précisément. Un choix qui tendrait dangereusement à rapprocher l’action de celle vue dans les MODERN WARFARE et ainsi à faire perdre de sa spécificité à la licence, même si le développeur cherche visiblement à diversifier l’offre. Dans le futur de BLACK OPS II, les drones et autres véhicules de combat autonomes sont devenus monnaie courante et les guerres qui se mènent dépendent largement d’eux. Dans les basques de David Mason, le fils d’Alex Mason le héros de l’opus précédent, on se retrouvera plongé dans une deuxième guerre froide livrée cette fois-ci entre les USA et la Chine pour le contrôle des matériaux de terre rare servant à la construction des dits engins. Dans l’ombre, un terroriste du nom de Raul Melendez, actif depuis les années 80 (l’occasion de mission flashbacks mettant en scène Alex et le burné Frank Woods, qui fait également office de narrateur) cherche à plonger le monde dans le chaos, en retournant notamment les armes des forces en présence contre elles,  et il faudra bien évidemment aller lui faire sa fête. David Goyer étant de retour à l’écriture, on nous promet bien évidemment moults retournement de situations attendus et un bad guy iconique, le studio n’hésitant pas à rappeler que l’auteur est responsable de la création du Joker de THE DARK KNIGHT. On demande à voir. Jusque là rien que de très routinier dans le petit monde des CALL OF DUTY, mais il semblerait que Treyarch cherche à bousculer un tant soi peu la formule. Le plus gros reproche adressé à la franchise étant sa linéarité et son aspect scripté jusqu’à la gueule, le studio cherche donc visiblement à ouvrir un peu la formule. On nous promet donc des embranchements narratifs, liés à des choix du joueur autant qu’à ses capacités ainsi que des missions plus ouvertes, surnommées « Strikeforce », dans lesquelles le joueur aura la possibilité de switcher entre différentes unités ou de commander son escouade à la manière d’un RTS, et lors desquelles un échec ou une réussite impactera le déroulement de l’histoire. Si la proposition est intrigante, et surtout franchement bienvenue dans le contexte d’une franchise désespérément en mal de nouveauté, on ne peut pas pour autant dire qu’elle soit reflétée dans un trailer coulé dans le moule des précédents, certes toujours spectaculaire mais trahissant également une difficulté à se renouveler, certains plans donnant l’impression d’avoir été déjà vus dans les trois opus d’avant. Au final, la question qu’on se pose surtout est de savoir si les records de vente vont une nouvelle fois exploser ou si cette année marquera finalement un essoufflement de la licence. Comme d’habitude, réponse en Novembre.

Image de prévisualisation YouTube

-