TU NE TUERAS POINT

Petite édition Blu-Ray, mais grand film ! Le second opus du cinéaste Sean Penn débarque enfin en HD et permet d’apprécier, malgré ses 17 ans d’âge, la beauté presque intemporelle de ce drame déchirant.

Assez nombreuses sont les stars qui ont fini, un jour ou l’autre, par passer le cap de la réalisation, parfois juste le temps d’un film. Avec quelques autres personnalités, comme Clint Eastwood, Kevin Costner ou John Cassavetes, Sean Penn fait partie de ceux qui ont opéré cette démarche de manière finalement assez naturelle, tant leur univers intérieur ne pouvait plus se contenter de leur métier initial. La preuve par l’image avec CROSSING GUARD, pour la première fois disponible en Blu-Ray. Deuxième film de Penn, ce faux revenge movie dissimule en fait un drame bouleversant, pétri d’une humanité à fleur de peau et filmant ses personnages au plus près de ce qu’ils sont.  C’est l’histoire de deux mecs. John Booth, qui est en taule pour avoir écrasé une fillette alors qu’il conduisait sous l’emprise de l’alcool. Et Freddy Gale, le père de la fillette, qui attend que Booth soit libéré pour lui faire la peau. Sur ce canevas simplissime, Penn tisse une sorte de parcours initiatique qui voit son héros confronté à la plus grande épreuve que puisse endurer un être humain : faire le deuil de son propre enfant. La filmographie du réalisateur Sean Penn tourne entièrement autour de ce thème : comment arriver à surmonter une perte, que ce soit celle d’un enfant, celle d’un frère rongé par ses démons ou encore celle des repères de la civilisation.

Image de prévisualisation YouTube

D’où, malgré les sentiments les plus extrêmes et les plus torturés qui s’y déploient, malgré l’infini tristesse qui les habitent, des films aux vertus apaisantes. Et CROSSING GUARD ne déroge pas à la règle, en baladant constamment son spectateur entre l’enfer et le paradis, entre la misère morale et la rédemption. Même topo au niveau des partis-pris narratifs : du magnifique générique d’ouverture, rythmé par le poignant « Missing » de Bruce Springsteen et habité par le charisme viril totalement intact de Jack Nicholson (voir la vidéo ci-dessus), jusqu’au magnifique tableau final, qui fait mouche malgré sa nature particulièrement casse-gueule, le film ne cesse jamais d’avancer sur un fil tendu entre le sublime et le ridicule. Et le tour de force de Penn réside justement dans le fait que, à une ou deux exceptions près peu dommageables à l’impact de l’ensemble (et puis, à vaincre sans péril…), il réussit à ne jamais basculer du mauvais côté. Bref, un film beau et courageux, qui n’emprunte jamais les sentiers de la facilité et du tout-venant. Et un film qui, à ce titre, méritait largement mieux que cette édition de fond de catalogue, totalement expurgée de tout bonus (même pas une toute petite bande-annonce alors que l’édition DVD zone 2 de 2005 contenait notamment un commentaire audio du cinéaste entouré de quelques membres de son équipe) et bénéficiant d’un transfert HD perfectible. Bon, allez, maintenant, on veut le Blu-Ray de THE INDIAN RUNNER, LE chef d’œuvre de Penn !

2 Commentaires

  1. Et le blu-ray de The Pledge aussi, quand même !

  2. Robin

    Moi qui pensais être le seul à ne pas avoir oublié ce film…

Laissez un commentaire