LE DIABLE AU CORPS À CORPS

Grand recycleur devant l’éternel, Capcom ne pouvait décemment pas laisser passer la vague actuelle des remakes et autres remasterisations sans réagir, d’autant que l’éditeur a été un précurseur dans le domaine avec le remake du premier RESIDENT EVIL. Au tour donc de DEVIL MAY CRY 4 de passer à la moulinette. Le résultat vaut-il le détour ?

Contrairement à ce que sa réputation (certes méritée) pourrait laisser penser, Capcom figure néanmoins au rang des éditeurs qui abordent l’exercice de la ressortie avec un réel souci de bien faire. De DmC DEFINITIVE EDITION à la version HD du remake de RESIDENT EVIL en passant par DUCK TALES REMASTERED ou DUNGEONS AND DRAGONS : CHRONICLES OF MYSTARA, les portages et autres remakes en provenance de leurs studios bénéficient d’une indéniable plus value, en amenant parfois du contenu supplémentaire ou en repensant l’œuvre d’origine en profondeur. Si elle relève plus de la première catégorie, cette édition spéciale de DEVIL MAY CRY 4 ne déroge pas à la règle. Ainsi, les qualités et défauts du jeu de 2008 restent globalement les mêmes. Il faudra donc encore composer avec un design fortement répétitif qui voit la deuxième moitié du jeu n’être qu’une traversée en sens inverse des mêmes décors. Le principal attrait du titre reste donc son système de combat qui n’a pour sa part que peu subi les affres du temps et s’avère toujours aussi solide à prendre en main et subtil à maitriser pour qui veut bien y consacrer du temps. C’est donc en toute logique sur lui que s’appuie le gros des ajouts de cette ressortie.

Si le passage au 1080p et (surtout) aux 60fps constitue un gain évident dans le cadre d’un beat them all, les principales nouveautés de cette édition viennent avant tout enrichir le gameplay. Déjà présents sur le portage PC de DEVIL MAY CRY 4, le mode « Turbo » et la difficulté « Legendary Dark Knight » amènent un challenge supplémentaire par le biais d’une vitesse de jeu et d’un nombre d’ennemis à l’écran accrus. La pièce de résistance reste bien évidemment l’ajout de trois nouveaux personnages jouables, avec Vergil, Trish et Lady. Bien connus des aficionados de la saga, les trois protagonistes amènent chacun un style de combat bien spécifique et par extension un gameplay supplémentaire à apprendre. Il y a donc un réel intérêt à refaire le jeu avec eux, d’autant que si Trish et Vergil étaient déjà jouables auparavant (dans les deuxième et troisième épisode respectivement), leur intégration dans le moteur de combat de cet opus rend leur maniement d’autant plus complexe. Lady accède quant à elle pour la première fois au rang de personnage jouable et son gameplay axé avant tout sur les armes à feu et donc le combat à distance représente une réelle nouveauté dans la façon d’aborder les affrontements pour une série qui a toujours mis l’accent sur le combat rapproché. Rajoutons à cela que ces nouveaux personnages peuvent également être sélectionnés pour s’attaquer au fameux Bloody Palace et qu’ils bénéficient de quelques cinématiques lorsqu’on les incarne dans la campagne principale et l’on comprend que Capcom ne se fout pas de la gueule de son public. Déjà considérable de base, la rejouabilité du titre gagne encore grâce à ce contenu additionnel pléthorique.

La question est donc désormais de savoir si DEVIL MAY CRY 4 vaut encore le détour en 2015, ce à quoi nous répondons oui sans hésiter. Comme souligné plus haut, même si le temps n’a pas joué en faveur de certains aspects de son design, le jeu demeure malgré tout l’un des fleurons du genre. Il faut dire que dans les sept ans qui nous séparent de la sortie du jeu, le character action game n’a finalement connu que peu de représentants, et la plupart ne sont pas vraiment brillants. Pour deux BAYONETTA venus reprendre le flambeau avec brio, combien de YAIBA NINJA GAIDEN Z mal dégrossis ? Même l’étonnant reboot DmC n’a pas totalement su retrouver ce qui faisait le charme de ses prédécesseurs. En se replongeant aujourd’hui dans DEVIL MAY CRY 4, on a donc le plaisir de retrouver le ton unique de la série, qui n’a jamais peur de franchir les frontières du grandiloquent et du ridicule tout en se mettant la complicité de son public dans la poche. Ce ton qui lui permet par exemple d’introduire et conclure un combat de boss en montrant les deux antagonistes nous jouer un air d’opéra, ou de créer les chorégraphies les plus outrées et jouissives dans ses cinématiques. Il faut bien l’avouer, ça nous avait fortement manqué.

Image de prévisualisation YouTube

DEVIL MAY CRY 4 SPECIAL EDITION est donc hautement recommandable, que vous soyez un vétéran ayant retourné la version d’origine dans tous les sens ou un petit nouveau désireux de découvrir la série. Souhaitons maintenant que les rajouts de cette édition servent aussi de laboratoire d’expérimentation pour la suite de la franchise, que ce soit sous la forme d’un DEVIL MAY CRY 5 ou d’une séquelle à DmC. Rendez-vous au Tokyo Game Show ?

TITRE ORIGINAL : Devil May Cry 4 Special Edition
GENRE : Action
ÉDITEUR : Capcom
DÉVELOPPEUR : Access Games
CONSOLES : Playstation 4 / Xbox One/ PC
DATE DE SORTIE : 23 Juin 2015

1 Commentaire

  1. Fest

    Pas touché à la série depuis… le premier opus sur PS2 !

    Du coup ça me tente bien de m’y remettre dans de bonnes conditions si je le trouve pas cher. Merci pour cet avis.

Laissez un commentaire