EN BONNE COMPAGNIE

Chez Capture Mag, on ne parle pas autant de séries télés qu’on ne voudrait bien le faire. Et on ne va pas vous vendre LAZY COMPANY comme la sitcom du siècle. Et pourtant, la série comique créée par Samuel Bodin et Alexandre Philip, bientôt diffusée sur OCS Max, mérite qu’on se penche un peu dessus…

Un peu de transparence s’impose : ceux qui suivent un peu la carrière des auteurs de ce blog devraient reconnaître certains noms dans la fiche technique ci-dessous, comme ceux de Thomas Cappeau ou encore du producteur Raphaël Rocher (LA HORDE, jamais entendu parler de ce film). Il ne fait donc aucun doute qu’il n’a pas été difficile pour nous d’obtenir cette « exclue » sur LAZY COMPANY, et certains pourraient même nous taxer de copinage abusif. Soit, on assume. Cela ne signifie pas pour autant que la création de Samuel Bodin et Alexandre Philip, aussi imparfaite soit-elle, n’a pas le mérite d’exister, compte tenue de la santé actuelle du PAF. On ne va pas vous faire le coup du « changement c’est maintenant » dans la création télévisuelle française, d’autant que nous n’avons pu voir que quatre épisodes (les épisodes 2, 4, 5 et 9 sur 10), et cela sans continuité.

Mais derrière son pitch « à la manière » de LA 7ème COMPAGNIE (des bras cassés de l’armée yankee font la guerre de 39/45 aux côtés des résistants français), LAZY COMPANY n’a justement rien de typiquement franchouillard dans sa conception de l’humour. Avec des références allant de Matt Groening aux Monty Pythons, en passant Joss Whedon (dans un épisode tout particulièrement) et le cinéma bis, il ne fait plus aucun doute que Bodin, Philip et toute leur clique ne vont pas nous refaire le coup du « petit verre de rouge pendant la tournée du facteur » et autres grands moments intemporels du cinéma comique français. Et pour tout dire, même si certains des premiers épisodes que nous avons vu souffrent parfois d’une cadence inégale, il devient évident par la suite que l’équipe de LAZY COMPANY a trouvé son rythme de croisière, entre cliffhangers pertinents et une propension très claire à ne jamais s’excuser de faire de l’humour bas de plafond (le meilleur quoi), notamment dans un épisode 9 particulièrement amusant. Bref, ça valait bien le coup d’interroger toute cette petite équipe, qui vient de signer pour une seconde saison. Et si cette progression dans la qualité se confirme avec de nouveaux épisodes, on est prêts à signer nous aussi (mais par contre, faut mettre des singes les gars) !

En prime, voici une petite galerie photo, pour vous mettre en bouche avant la première diffusion, prévue sur OCS Max à partir du vendredi 18 janvier.

[nggallery id=28]

TITRE ORIGINAL Lazy Company
RÉALISATION Samuel Bodin
SCÉNARIO Samuel Bodin & Alexandre Philip
MUSIQUE Jean-Sébastien Vermalle & Thomas Cappeau
PRODUCTION Raphaël Rocher, Henri Debeurme & François Boulard pour Empreinte Digitale / Six pieds sur Terre
AVEC Alban Lenoir, Benoît Moret, Antoine Lesimple, Alexandre Philip…
DURÉE 26 mn par épisode (10 épisodes pour la saison 1)
PREMIÈRE DATE DE DIFFUSION 18 janvier 2013 sur OCS Max

3 Commentaires

  1. david bergeyron

    « Chez Capture Mag, on ne parle pas autant de séries télés qu’on ne voudrait bien le faire. » … T’as entendu Rafik ? Community … tout ça 😉

  2. Pour cacher le copinage c’est raté, on reconnaît le vidéo-club d’OP FRISSON !….

  3. JFH

    Je ne savais pas que Jean-Jacques Goldman avait arrêté la musique pour se lancer dans la production !

    Et c’est vrai, on a peut être le futur d’OP Frisson mode pantouflard, la saucisse de Toulouse sur un canapé avec un pack de 6 et une pizza froide a demi entamée ! :p

Laissez un commentaireRépondre à david bergeyron