CINÉMA ET JEU VIDÉO : UNE CONFÉRENCE À LA FÉMIS

C’était le 27 mai dernier. La Fémis, la célèbre école de cinéma parisienne, et son étudiant Yann Delattre nous ont conviés dans ses murs pour participer à une conférence sur les relations entre le cinéma et le jeu vidéo, et plus spécifiquement sur la narration dans le jeu vidéo. Les enregistrements qui suivent sont un condensé, monté de manière thématique et savante par Yann et son ami Gaël Eleon (qui a également assuré la prise de son), de la conférence qui a duré près de deux heures et demie, et a été émaillée de plusieurs extraits de films (le SILENT HILL de Christophe Gans) comme de jeux (ASSASSIN’S CREED II, METAL GEAR SOLID), pour étayer les réflexions de chaque intervenant. Étaient d’ailleurs présents à la table des invités, les journalistes Rafik Djoumi et Pierre Gaultier, ainsi que le scénariste Kostia Testut et votre serviteur. Avant de se lancer dans l’écoute, une petite présentation du contexte et des intervenants s’impose.

La conférence s’est ainsi déroulée après une intervention séparée de David Cage, ce qui explique le nombre de fois où les intervenants se réfèrent à lui dans les enregistrements ci-dessous. L’auteur de FAHRENHEIT et HEAVY RAIN a effectivement présenté son travail aux élèves qui ont par la suite assisté à la conférence, en décortiquant les divers éléments constitutifs de son métier, à travers l’exemple de HEAVY RAIN, insistant d’ailleurs sur le fait qu’il était à la recherche « du sens » dans sa création artistique, pour reprendre ses propres termes. Bien qu’il aurait été intéressant qu’il participe au débat avec nous, David Cage n’est pas resté après son intervention et n’est donc pas présent dans la salle lorsque nous faisions référence à lui. Face aux étudiants présents, on pouvait donc retrouver Rafik Djoumi, journaliste que beaucoup de lecteurs de ce blog connaissent bien et dont la plume s’est régulièrement épanchée sur le jeu vidéo, que ce soit dans les pages du magazine Mad Movies dans la rubrique concernée, comme sur le site Arrêt sur Images. À ses côtés, le journaliste spécialisé Pierre Gaultier, que les amateurs de presse vidéoludique connaissent bien et dont une partie des travaux est référencée sur cette page très utile. Celui-ci ne sera malheureusement pas présent pendant toute la durée du débat, du fait du retard pris sur le planning de la conférence. Enfin, le scénariste Kostia Testut, qui a notamment travaillé sur quelques productions Ubisoft, était également parmi nous durant toute la durée de la conférence. Notons enfin que les différents extraits sont classés selon une logique thématique et sont présentés dans l’ordre, afin de faciliter les références de chacun des intervenants, et ce d’autant qu’ici, un sujet de discussion en amène régulièrement un autre. Ainsi, pour chaque extrait, les participants seront cités dans leur ordre d’intervention, afin que l’auditeur puisse savoir à qui sont attribués chacun des propos.

LE MÉDIUM ET L’INFLUENCE DU CINÉMA

Pour lancer le débat, Yann Delattre a posé une simple question : Quelle est l’influence du cinéma dans le jeu vidéo ? La première réponse vient de Rafik Djoumi. La seconde de Pierre Gaultier, et ensuite de votre serviteur.

LA PLACE DU JOUEUR

À travers un extrait de METAL GEAR SOLID, Rafik Djoumi explique la place du joueur par rapport au jeu vidéo. Pierre Gaultier poursuit la réflexion, et Kostia Testut s’interroge sur la question et nous informe à travers son expérience dans l’écriture de jeu vidéo.

LE TEMPS

Rafik Djoumi évoque l’importance du temps dans la construction de la narration d’un jeu vidéo, et notamment GTA IV. Avec une petite intervention de Kostia Testut et de ma part à la fin.

L’INFLUENCE RÉCIPROQUE

Kostia Testut pose la question de l’influence du jeu vidéo au cinéma, en me posant directement la question sur l’écriture du film LA HORDE, auquel j’ai participé. Rafik Djoumi intervient par la suite pour parler du « filmage » de GTA IV et de l’utilisation du « Ghost » dans le film SPEED RACER, extrait du film à la clé.

SILENT HILL ET LA GESTION DU TEMPS

Rafik Djoumi évoque le rapport de SILENT HILL avec le concept de « L’inquiétante étrangeté » de Freud pour expliquer la peur que provoque le jeu. On en arrive à parler de la gestion du temps dans des jeux ouverts comme GTA IV et ZELDA.

BIOSHOCK ET LA MISE EN ABIME

La dernière partie de la conférence nous aura permis de répondre à quelques questions des personnes présentes dans la salle, et de parler de la mise en abime dans le jeu vidéo, notamment à travers le jeu BIOSHOCK.

ASSASSIN’S CREED 2 IMPLIQUE LE JOUEUR

Enfin, il s’agit ici d’un dernier petit bonus, qui ne rentre pas vraiment dans une des cases précédentes, mais la conférence m’a permis de parler de la façon dont ASSASSIN’S CREED 2 parvient à impliquer le joueur à mes yeux, en me servant de l’exemple des plumes qu’il faut aller chercher en mémoire du frère cadet d’Ezio. Mon explication ayant été faite sur les images du jeu, ils nous a semblé judicieux de reprendre ce commentaire sur les mêmes images.

Image de prévisualisation YouTube

Un remerciement particulier à Rafik Djoumi, Pierre Gaultier et Kostia Testut pour leur participation au débat, ainsi qu’à Yann Delattre et Gaël Eleon, pour leur initiative et le montage de cette conférence. Sans eux, nous n’aurions pas pu la poster ici. La barre ci-dessous présente la conférence dans le désordre, mais vous permettra de télécharger un par un les fichiers pour les écouter à votre guise.

Pas encore de commentaire

Laissez un commentaire