NOUS AVONS GAGNÉ CE SOIR

Il est temps de parler de L.A. NOIRE ! Et oui, ça faisait bien quelques jours au moins qu’on n’avait pas évoqué le jeu, et la troisième et impressionnante bande-annonce officielle, mise en ligne aujourd’hui, nous permet quelque peu de revenir sur les nouveaux détails dévoilés par Rockstar Games et Team Bondi, à un mois et demi de la sortie, toujours maintenue au 20 mai prochain (ironie mise à part, on se souvient encore que RED DEAD REDEMPTION avait été repoussé de plus de trois semaines à la dernière minute). Bref, cette nouvelle annonce tombe à point nommé pour jeter un oeil sur des nouveaux screenshots, mais également sur la liste des succès/trophées qui seront décernés aux joueurs les plus acharnés. C’est à dire nous quoi !

Il ne fait plus aucun doute à la vision de cette nouvelle bande-annonce que c’est bien l’ambiance cinématographique et la digestion des multiples références aux films noirs qui risquent définitivement de faire le sel de L.A. NOIRE, surtout couplé au sentiment d’immersion provoqué par un gameplay (très) relativement dirigiste, du moins plus que dans les précédents jeux Rockstar. Difficile de savoir ce que nous réserve exactement le jeu en ce qui concerne son monde ouvert, mais il ne serait pas étonnant que son apport soit mis en retrait, afin de faire en sorte que le joueur puisse se concentrer sur les ramifications d’une intrigue longue et tortueuse, dans laquelle les enquêtes se suivent et se répondent parfois. Ici, on appréciera particulièrement la référence à NOUS AVONS GAGNÉ CE SOIR de Robert Wise, puisque une enquête semble partir d’un match de boxe truqué pour aboutir à une sordide affaire de détournement de drogues médicinales.

Image de prévisualisation YouTube

En plus d’une poignée de nouveaux screenshots, que vous pourrez admirer dans la galerie ci-dessous, Rockstar a communiqué les 40 succès/trophées qu’il sera possible de débloquer en jouant le jeu à fond les manettes. Gageons que les traducteurs trouveront bien un moyen de faire quelques références au GRAND DÉTOURNEMENT ou LA CITÉ DE LA PEUR, histoire de ne pas faillir à leur réputation.

[nggallery id=9]

Pas encore de commentaire

Laissez un commentaire