BiTS, LE MAGAZINE DES CULTURES GEEK

Aujourd’hui mercredi 16 octobre 2013 marque le début d’un nouveau magazine hebdomadaire en ligne proposé sur le site d’ARTE et consacré aux cultures geek. Son nom : BiTS. Et le monsieur qui se cache derrière n’est pas étranger aux habitués de Capture Mag…

Si vous lisez un peu moins de Rafik Djoumi ces derniers temps sur Capture, c’est parce que notre éminent collaborateur et néanmoins ami travaille depuis quelque temps sur un nouveau projet. En l’occurrence BiTS, un magazine hebdomadaire de format court (8 minutes par numéro) qui se propose de balayer ce qu’on appelle la culture geek en la désenclavant du ghetto dans lequel l’establishment culturel français aimerait la voir demeurer. Au menu : cinéma, jeux vidéo, séries télévisées, web-culture, bandes dessinées, littérature, etc. Bref, des sujets tournant essentiellement autour de la culture populaire contemporaine, abordant l’imaginaire et la technologie qui vont avec pour mieux les resituer dans un contexte à la fois historique, sociologique et même philosophique. Le premier numéro se propose de réfléchir sur le phénomène des jeux vidéo « bac à sable » à l’occasion de la sortie de GRAND THEFT AUTO V, en convoquant notamment l’expertise de spécialistes du jeu vidéo, d’un chercheur en neurosciences et d’une pédopsychiatre. Suivront le cinéma virtuel pour la sortie de GRAVITY le 23 octobre (avec la participation de Julien Dupuy, autre Capture Guy bien connu de nos lecteurs – ce n’est plus un website, c’est un lobby !), l’émotion dans les jeux vidéo à travers l’œuvre du studio Team Ico (ICO, SHADOW OF THE COLOSSUS, THE LAST GUARDIAN) le 30 octobre et le téléchargement illégal le 7 novembre (une émission qui risque de faire du bruit !). La forme adopte celle d’un magazine d’images reprenant les codes visuels de la génération Internet, avec notamment une touche d’humour fort bienvenue fonctionnant sur le principe des gifs animés que les internautes utilisent sur les forums (l’ignorance consternante d’une chroniqueuse anti-jeux vidéo entrecoupée de la scène de Y A-T-IL UN PILOTE DANS L’AVION ? dans laquelle Leslie Nielsen administre des gifles à une passagère hystérique !). Co-réalisé par Rafik Djoumi (également auteur des textes et voix off) et le journaliste Christophe Rivoiron, BiTS est co-produit par Arte et La Générale de Production (le doc LA REVANCHE DES GEEKS, diffusé l’an dernier sur la chaîne franco-allemande). Donc, si vous voulez voir les sujets qui vous passionnent traités (pour une fois) avec respect, réflexion et humour, on vous donne rendez-vous tous les mercredi, à partir de 16 heures à l’adresse suivante : http://bits.arte.tv/. Venez nombreux, ça vaut le coup, promis !

Image de prévisualisation YouTube

MAJ : Voici le lien de la première émission, en ligne depuis le 16 octobre.

Image de prévisualisation YouTube

8 Commentaires

  1. quelqu’un arrive-t-il à voir l’émission ? Parce qu’il est 16h15, et moi, j’ai rien du tout sur le lien. J’ai actualisé, changé de navigateur, essayé sur un autre ordi, et rien du tout.

  2. Bonjour,
    Nous avons pris un peu de retard à la mise en ligne, mais ça y est. Tout est disponible sur http://bits.arte.tv/

  3. Matt

     » en la désenclavant du ghetto dans lequel l’establishment culturel français  » De moins en moins, non ?

  4. Très bonne émission ! Merci à toute l’équipe de Bits !

    J’en profite pour vous suggérer de plus mettre en avant vos activité annexes à Capture. Si vous donnez des conférences, animez des Masterclass, sortez des livres (comme pour Arnaud en ce moment), des documentaires ou je ne sais quoi encore faites le nous savoir.
    Je pense que vos lecteurs seraient intéressés de suivre votre actu hors site.

  5. TheDdx

    Les commentaires sur Youtube sont dingues.

    Parler culture jeux vidéo à la télé, c’est pire que réaliser un Star Trek : le bûcher est allumé avant même la diffusion.

    Maintenant que les médias acceptent de parler sérieusement de JV, on en arrive au point où ce sont les geeks eux-mêmes qui sont contre cette médiatisation.

    Bravo Rafik.

  6. Max

    Je suis d’accord avec Matt (voir plus haut). Comme toute culture originellement subversive parce que , elle est récupérée depuis longtemps par le monde du spectacle (Debord & Baudrillard, aidez-nous! 😀 ). Cette émission fait plus figure de résistance, à mon humble avis.
    Excellent n°1 en tout cas, mais beaucoup, beaucoup trop court!
    Bits, c’est énorme! 😉

  7. Matt

    Oui, dans ce sens où la culture Geek se démocratise de plus en plus, enfin c’est plus compliqué que ça je crois. J’ai oublié de dire que l’émission est, bien sûr, très intéressante, et mériterai de durer plus longtemps. Mais un numéro par semaine, ça promet de belles analyses!

  8. Joe

    Bonjour,
    Quelques petits points de désaccords avec l’émission de rafick Djoumi. Tout d’abord, je me permets rapidement de faire un petit point sur mon rapport avec la culture Geek pour ne pas me faire traiter de Ségolène Royale en puissance. J’ai eu quelques consoles chez moi, mais je n’ai jamais été un grand Gamer. Comme beaucoup qui viennent consulter ce site, j’ai tué quelques zombies combattu les dieux de l’Olympe. Je précise que je suis complétement nul en informatique et n’utilise internet qu’avec parcimonie. Cela ne m’empêche pas de suivre depuis quelques années, les écrits et les interventions de Rafick Djoumi. J’allais sur son blog et j’éprouvais un grand plaisir à lire ses articles. Je me souviens en particulier de ses analyses de mise en scène chez Spielberg. Je suis très sensible à son rapport à la mythologie et l’idée que les grands récits seraient essentiels pour nous construire en tant qu’être humain. Voilà, cette intro était un peu longue mais elle était essentielle pour vous montrer que bien que n’étant pas un geek, je me retrouve dans certains intérêts et questionnements posés par certains membres de cette communauté. Donc ce n’est pas la haine anti-geek qui me motive pour intervenir. Néanmoins je pose un regard critique sur les univers qui composent cette culture et en particulier les jeux vidéo. J’ai regardé avec beaucoup d’intérêts l’émission de Rafik mais je suis forcé de constater que je suis en désaccord avec certaines idées qui y ont été émises.
    Tout d’abord, j’aimerais revenir sur l’intervention de Khan Dao Du dans votre émission. Ce monsieur est présenté comme chercheur alors que moi je ne suis qu’un simple éducateur et donc je ne fais pas autorité dans les domaines de la science. Néanmoins, je me permets quelques remarques.
    Dans son intervention, Khan Dao Du parle de l’intérêt des neurosciences pour les jeux vidéo et explique que les études montrent que les personnes qui jouent aux jeux vidéo améliorent leurs capacités dans les domaines de l’attention visuelle, des processus cognitifs, la prise de décision, et les temps de réaction. Dans une conférence du pédopsychiatre Bruno Harlé sur l’influence des écrans (visible sur youtube), celui-ci explique que pas une once de recherche sérieuse ne montre que la pratique des jeux vidéo augmentent les capacités d’attention. Seule la cognitiviste Daphné Bavelier pense que les joueurs de jeu vidéo ont des capacités plus importantes dans l’attention visuelle, mais dans des tâches tellement simples qu’en aucun cas, on ne peut conclure que le jeu vidéo rend certains processus cognitifs plus performants. Il faut voir la vidéo hilarante que passe Bruno Harlé durant sa conférence pour montrer dans quels types de tâches les gamers sont plus performants (voir sur youtube : « l’influence des écrans , conférence de Bruno Harlé, partie 2, à 15min 30). Donc, lorsque Rafick tire la conclusion que les jeux vidéo rendent le cerveau plus performant, cela est faux.
    Un autre point sur lequel j’aimerais revenir est celui du jeu vidéo comme outil cathartique. En gros, on se défoule pendant deux heures sur des zombies, à tuer tout ce qui bouge dans GTA et on se sent bien mieux après, on redevient un être sociable et agréable puisqu’on a évacué toute notre agressivité né de ce monde pourri et violent dans lequel nous évoluons. Je me suis longtemps réfugié derrière ce genre d’argument pour justifier le fait que je vois des films violents. Mais cet argument ne tient pas quand il est mis en comparaison avec les nombreuses études faites sur le sujet. Selon Michel Desmurget, Docteur en neurosciences et directeur de recherche au CNRS de Lyon :
    « Dans une revue exhaustive, l’Académie américaine de pédiatrie a répertorié plus de 3 500 études pour la seule question de savoir si l’exposition à des contenus audiovisuels violents augmentait le niveau d’agressivité du spectateur. Seuls dix-huit travaux n’ont pas révélé d’influence. Tous les autres ont rapporté une association positive d’une magnitude équivalente à celle qui lie tabagisme actif et cancer du poumon. Pas une seule recherche n’a identifié d’effet cathartique, c’est-à-dire de diminution des comportements violents en présence d’images violentes. »(Le Monde du 22/06/2011). Je cite Michel Desmurget et Bruno Harlé car ils ont la particularité de s’appuyer sur une littérature scientifique solide. Vous pourrez trouver certains articles du monsieur sur internet ainsi que des vidéos assez facilement. Dois-je préciser que sa position sur le jeu vidéo est radical : il rend plus violent. Les effets du jeu vidéo sont très proches de ceux de la TV, désastreux.
    Voilà, en espérant que mon message ne provoquera pas un déversement d’insultes.
    Salut à tous.

Laissez un commentaire