UN JANVIER DANS L’ESPACE

Afin de célébrer la fin de l’année 2011, nous avons décidé chez GP de faire un petit récapitulatif des événements marquants – du moins ceux qui nous ont marqué – sur une base mensuelle. Un bon moyen de revenir sur l’actualité à travers des liens sur les textes que nous avons publié à l’époque – et que vous auriez éventuellement raté – mais également de rattraper certains titres importants que nous avons passé sous silence par manque de temps – ou tout simplement parce que nous sommes parfois des grosses buses qui préféront nous empiffrer des chips sur le canapé en faisant un second run sur BATMAN : ARKHAM CITY, plutôt que d’écrire un de ces grands textes engagés et analytiques pour lesquels nous sommes mondialement reconnus. Quoi qu’il en soit, le mois de janvier est traditionnellement assez pauvre dans le monde du jeu vidéo, et celui de 2011 n’a pas échappé à la règle, si ce n’est qu’il a été rythmé par la sortie de DEAD SPACE 2, et de tous les titres périphériques qui l’ont accompagné, dont un portage de DEAD SPACE : EXTRACTION sur PS3 et le move, dont nous parlons ici. En avant pour le premier des douze billets de l’année !

1ER JANVIER : C’est le début de l’année, et pour bien donner le ton, GP décide de changer de look ! Ce sera la troisième fois en tout juste 13 mois, mais jusqu’ici, on n’a pas trouvé de raisons pour en changer. Voilà ce qu’on en disait à l’époque.

12 JANVIER : Le jeu aux 200 millions de téléchargements et au marketing agressif, ANGRY BIRDS, débarque dans la gamme « Minis » de Playstation. Il s’agit d’ailleurs de la première incursion du jeu sur consoles, et pour ceux qui y jouent sur la PS3 plutôt que sur la PSP, ça va quand même être dur de battre son record en étant tranquillement assis aux toilettes.

14 JANVIER : GHOST TRICK : DÉTECTIVE FANTÔME débarque enfin sur la DS en Europe, et se présente comme une joyeuse alternative aux nombreuses suites et jeux génériques qui sortent sur le médium. Pour savoir ce qu’on en pensait à l’époque, il suffit de suivre le lien !

19 JANVIER : Alors qu’il devait initialement sortir en novembre 2010, LITTLE BIG PLANET 2 est repoussé au début de l’année et sort donc ce jour-ci. C’est Stéphane qui s’était chargé de nous en parler, en bon fan du premier jeu. Voici sa critique de l’époque.

20 JANVIER : Près d’un an jour pour jour après les versions PC et XBOX 360, MASS EFFECT 2 débarque enfin sur PS3 dans une version complète proposant tous les DLC vendus à prix d’or sur le XBLA. Pour lire notre compte-rendu de l’époque, il suffit de cliquer.

25 JANVIER : La déferlante DEAD SPACE se met doucement en place, notamment avec un petit épisode en forme d’en-cas conçu spécialement pour Iphone et Ipad. Comme Julien Dupuy passe beaucoup de temps aux toilettes avec son téléphone portable, c’est lui qui nous explique si cette version vaut le coup ou pas.

27 JANVIER : Enfin, DEAD SPACE 2 est dans les bacs. Et pour Julien toujours, un grand fan du premier opus, c’est la débandade. Heureusement, il reste DEAD SPACE EXTRACTION. Originellement sortie sur Wii, la préquelle de DEAD SPACE est devenu jouable en version HD pour les possesseurs de PS3 à l’occasion de son inclusion dans l’édition limitée de Dead Space 2 puis d’une sortie sur PSN. Une excellente initiative de la part de Visceral puisque ce spin-off s’avère largement digne d’intérêt. Si le choix d’opter pour un rail shooter, logique compte tenu de l’obligation d’intégrer la Wiimote (et le Move dans le cas présent) tire le jeu du côté de l’action non-stop plus que de l’horreur pure, EXTRACTION parvient néanmoins à s’inscrire de façon cohérente au sein de la série. Par son intrigue tout d’abord, qui permet au joueur de vivre pleinement les débuts de l’invasion des Nécromorphes sur la colonie Aegis VII et le vaisseau Ishimura, et apporte un éclairage nouveau sur la toile de fond narrative globale, mais également en reprenant à son compte la plupart des codes, mécaniques de gameplay et autres figures établies de la franchise. Et en s’éloignant du personnage central d’Isaac Clarke, le jeu parvient même à se permettre quelques expérimentations narratives probantes, notamment un jeu bien vu sur les changements de point de vue permettant des variations qui aident à rompre la linéarité inhérente au genre du rail shooter. Un bon apéritif avant DEAD SPACE 2 donc, qui nous aura permis de commencer l’année en douleur !

Pas encore de commentaire

Laissez un commentaire