LES « NOCINÉ » ET « NOGAME » DE MARS 2016

Au programme des divers épisodes de NoGame et NoCiné de ce mois-ci, on retrouve Batman (deux fois), Michael Bay, une petite peluche de laine craquante, un sous-Steven Spielberg, des acteurs oscarisés, des hommes préhistoriques badass, Ken et Ryu prêts à en découdre ou encore Ben Affleck pété à la gonflette (ah, on me signale que c’est lui Batman en fait, au temps pour moi !). Mais que demande le peuple franchement ?

XTRA : BATMAN DE LESLIE H. MARTINSON

Sous le micro de l’irremplaçable Thomas Rozec, Stéphane Moïssakis revient rapidement sur le BATMAN de 1966, ressorti dans quelques salles françaises histoire de se payer la tronche du film de Zack Snyder à peu de frais… ah, on me souffle dans l’oreillette que ce n’est pas la véritable raison de cette ressortie. Bon, tant pis !

13 HOURS : UN SURVIVAL PAS TRÈS MUSCLÉ

Stéphane Moïssakis, toujours lui, se lance seul dans un plaidoyer pour défendre Michael Bay à l’occasion de la sortie de 13 HOURS. Son objectif ? Changer l’opinion de Thomas Rozec et des cinéphiles du monde entier sur le réalisateur de TRANSFORMERS et BAD BOYS 2. Mais bon, c’est mal engagé apparemment !

BATMAN V SUPERMAN : LE FESTIVAL DU GROTESQUE

Yannick Dahan, Stéphane Moïssakis, Daniel Andreyev,Pia Jacqumart, Charline Roux et Thomas Rozec sont à peu près tous d’accord sur la non-qualité de BATMAN V SUPERMAN : L’AUBE DE LA JUSTICE de Zack Snyder. Avec un tel consensus, on aurait pu croire que l’affaire serait entendue en une dizaine de minutes, et pourtant non !

MIDNIGHT SPECIAL : LEAVE SPIELBERG ALONE ?

Daniel Andreyev et Arnaud Bordas s’écharpent sur MIDNIGHT SPECIAL, le premier film de studio de Jeff Nichols. Étant donné que le film a été comparé aux premiers long-métrages de Steven Spielberg, on vous laisse deviner lequel de nos deux loustics n’est pas vraiment d’accord avec cette comparaison !

JODOROWSKY’S DUNE : MERCI D’EXISTER

Tablée pleine pour ce documentaire sur ce grand film de science-fiction qu’Alejandro Jodorowski n’a jamais pu tourner dans les années 70 : Arnaud Bordas, Alexandre Hervaud, Stéphane Moïssakis et Rafik Djoumi évoquent l’importance du film de Frank Pavich, qui se base sur la « bible » graphique pour expliquer à quel point cette adaptation de DUNE a changé la donne en matière de science-fiction à Hollywood, et ce même si aucune image n’a été tournée !

X-TRA : MICHAEL CIMINO ET L’ANNÉE DU DRAGON

L’éditeur et distributeur Carlotta Films nous propose deux belles éditions de L’ANNÉE DU DRAGON et DESPERATE HOURS, et cela suffit pour que Stéphane Moïssakis vous intime à redécouvrir l’œuvre du cinéaste maudit d’Hollywood en une dizaine de minutes bien condensées.

ZOOLANDER 2 : AUSSI RINGARD QUE LE CONCEPT ?

Alexandre Hervaud et Stéphane Moïssakis ne sont pas d’accord sur la qualité de ZOOLANDER 2 et pourtant, leur sens de la camaraderie et de la bromance traverse tous les pores de cet épisode de NoCiné. On ne peut pas en dire autant de cette suite toujours signée par Ben Stiller !

X-TRA : LE BILAN OSCARS 2016

Pour son bilan sur la fournée des oscars 2016, Thomas Rozec convoque Stéphane Moïssakis, Arnaud Bordas, Rafik Djoumi et Alexandre Hervaud : forcément, ça parle de Leonardo DiCaprio, SPOTLIGHT, MAD MAX : FURY ROAD et Sylvester Stallone !

HITMAN : L’ÉPISODE DE TROP ?

Vincent Jolly, Stéphane Moïssakis et Marilys Vallet rejoignent Jean Zeid pour évoquer le reboot de HITMAN, du moins le premier épisode puisque ce jeu AAA est d’abord disponible en kit avant d’être proposé en version complète et en boite au début de l’année 2017.

THE DIVISION : CE CARTON ÉTAIT-IL PRÉVISIBLE ?

Gros carton du moment, THE DIVISION ne divise pas vraiment Daniel Andreyev, Vincent Jolly et Marilys Vallet, qui trouvent leur compte dans le nouveau MMO/TPS/Monde ouvert produit par Ubisoft, comme cela semble être le cas de la plupart des joueurs !

STREET FIGHTER V : CIRCULEZ, Y’A RIEN À VOIR

Daniel Andreyev rejoint Jean Zeid pour évoquer la déception STREET FIGHTER V, autre exemple de jeu vendu en kit et destiné à être constamment rehaussé par des patchs qui vont arriver dans les prochains mois.

FAR CRY PRIMAL PEUT-IL RELANCER LA SAGA FAR CRY ?

Marilys Vallet, Daniel Andreyev et Yann François nous parlent de FAR CRY PRIMAL, le nouvel opus de la licence quasi-annualisée d’Ubisoft, qui a néanmoins le mérite de proposer une époque rarement représentée dans le jeu vidéo, à savoir la préhistoire.

UNRAVEL : TROP BEAU POUR ÊTRE FRAIS ?

Stéphane Moïssakis, Yann François et Marilys Vallet ne sont pas vraiment d’accord sur les qualités d’UNRAVEL, un petit jeu signé Coldwood Interactive, mais qui a bien été mis en avant par son éditeur, le tout puissant Electronic Arts. Malgré tout, UNRAVEL vaut-il le coup ? Réponse dans l’épisode ci-dessous !

XCOM 2 : LE (GRAND) RETOUR DE L’ALIEN ?

Vincent Jolly et Yann François profitent de la sortie de XCOM 2 pour revenir sur cette licence classique du RTS et donner leur impression sur ce nouveau jeu plus moderne qu’il n’y paraît au premier abord.

Pour info, No Ciné c’est chaque semaine et vous pouvez également retrouver l’actualité de l’émission sur FacebookTwitter et Soundcloud.
Et pour suivre l’actualité de NoGame, il faut également se rendre sur les Facebook, Twitter et Soundcloud dédiés !

2 Commentaires

  1. jackmarcheur

    Mille mercis pour toutes ces interventions que je suis en train d’écouter petit à petit dans ma bagnole tous les jours

    Concernant Batman v Superman, mis à part le fait que je suis MDR comment vous descendez le film, alors que tout le monde est allé le voir; je suis entièrement d’accord avec Pia (ou Charline ?) qui dit que (certains) films sont dangereux (je n’ai pas vu B v S), et je pense qu’on (vous?) ne parle (z) pas assez de l’influence (mauvaise ou bonne) du cinéma sur le comportement des spectateurs dans la vie de tous les jours.

    Le magazine Mad Movies et son directeur de l’époque, le mythique Jean Pierre Putters, se foutait ouvertement dans les années 80, des journalistes qui faisaient un lien entre les fusillades ou tueries de psychopathes et le fait que ces « méchants » avaient visionné tel ou tel film d’horreur. A l’époque j’étais plutôt de l’avis de JPP, mais en 2016, je pense que l’on ne peut plus nier le fait que le Cinéma, la télé, les séries, l’internet, les reseaux sociaux influent sur le comportement des gens, en bien ou en mal, mais le plus souvent en mal à mon avis.

    Ce qui revient à parler finalement de la RESPONSABILITE de ce qu’un réalisateur montre à ses spectateurs sur un écran de cinéma.

    Or actuellement, j’ai comme l’impression que plus on montre des scènes de destruction massive et plus tout le monde se « repait » de ces scenes, comme le dit le méchant de Tomorrowland, et le pire c’est que ça rapporte un max de pognon !.

    Il n’y a jamais autant de films catastrophes et de destruction massive que ces dernieres années, ET qui font venir les gens dans les salles.

    Il n’y a jamais eu autant d’actes terroristes dans nos contrées depuis… la guerre mondiale ?

    Non non je ne fais pas de raccourci hasardeux.. .^^

    Bon sinon l’autre chose que je ne comprends toujours pas : 700 millions dollars de recettes pour un film de merde, mais…. c’est moi qui suis anormal ou ce sont les spectateurs qui aiment le bouzin?

    Merci encore à Thomas Rozec et tou(te)s ses invité(e)s d’égayer nos moments de solitude !^^

  2. runningman

    Je tiens à m’insurger contre la critique de Zoolander 2 Il n’y a absolument RIEN de ringard dans le dernier Ben Stiller, alors dire dans un premier temps que l’on est inondé de sketch que ça soit à la télé ou sur le net, est peut-être le cas si l’on est du genre à se marrer à la moindre connerie sur le net ou à la télé américaine et ce qui personnellement n’est pas mon cas.
    J’ai comme l’impression que l’on n’a pas dû voir le même film, car qu’est-ce qu’était le premier film, si ce n’est-ce moqué d’un milieu déconnecté des réalités, ce qui par ailleurs reste toujours d’actualité et ce que cette suite montre une fois encore en reprenant les meilleurs aspects du premier tout en poussant le curseur encore plus loin.
    Par ailleurs dire que les personnages non pas évolués est franchement réducteurs car cela nous ramène au milieu même ou ce passe le film c’est-à-dire un monde qui se veut à la mode mais qui reste quelque part figé sur lui-même et n’évolue pas et qui de facto est devenu ringard, et de faite, les personnages jouent là-dessus tout en réussissant à être funs et délirants…
    Un film qui est ,sur bien des points, faussement con et certainement pas ringard ou raté.

Laissez un commentaire