CAPTURE MAG – LE PODCAST HEBDO DU 05/01/2017

Le CAPTURE MAG – LE PODCAST HEBDO du 05/01/2017 est en ligne : pour ce premier épisode de l’année 2017, l’équipe se concentre sur un seul film, mais quel film ! Actualité oblige, c’est QUELQUES MINUTES APRÈS MINUIT de J.A. Bayona qui est donc à l’honneur et pour cause, puisque c’est notre coup de cœur de ce début d’année !

S’il n’y a qu’un seul film à voir cette semaine, c’est bel et bien QUELQUES MINUTES APRÈS MINUIT, qui signe le grand retour de Juan Antonio Bayona, presque dix ans après la révélation de L’ORPHELINAT en 2007. Pur projet de mise en scène au service de l’émotion pure, grand film fantastique convoquant une imagerie puissante, œuvre subtile et désarmante sur le deuil, QUELQUES MINUTES APRÈS MINUIT est tout cela à la fois, et bien plus encore ! Toujours pas convaincu ? Prenez 30 minutes pour écouter nos arguments !

La bande-annonce de QUELQUES MINUTES APRÈS MINUIT

Image de prévisualisation YouTube

QUELQUES MINUTES APRÈS MINUIT de Juan Antonio Bayona : en salles depuis le 04/01/2017

CAPTURE MAG – LE PODCAST HEBDO DU 05/01/2017 EN VERSION MP3

Abonnez vous au Podcast via flux RSS ICI ou iTunes
Remerciements éternels à David Oghia et Monsieur Smith, sans qui ce podcast n’aurait jamais existé !

2 Commentaires

  1. Polo

    Merci pour votre retour et cette nouvelle formule Hebdo +émissions longues ( n’hésitez pas à en faire de celles-ci hein 😉
    Toujours aussi passionnant à écouter et bonne année à vous !

  2. Bengal

    « Totalitarisme émotionnel », « psycho de comptoir »… j’ai l’impression que dès qu’un cinéaste exprime avec une simplicité et une aisance déconcertante des sujets durs par le fantastique, on le descend en flèche. Juste parce que pas mal de spectateurs (moi y compris) ont été touchés dans leur cœur par ce film, des personnes à la mords-moi-le-nœud ne peuvent s’empêcher de le passer au bûcher. Mais dès qu’il s’agit de faire dans la complaisance sentimentale bon marché, de rassurer son public que tout va bien, le monde est dégueulasse mais ça va aller quand même… pas de problème on achète et on soutient. Avec un film « réaliste » prouvant que les monstres sont des fantasmes puériles, les critiques peine-à-jouirs auraient sûrement crié au chef-d’œuvre.

    Pour ma part j’ai trouvé le film parfaitement écrit, magnifiquement interprété (notamment le personnage du père, surprenant et touchant dans son impuissance). Il est aussi sincère dans ses intentions, ce qui n’est apparemment plus acceptable de nos jours, et bouleversant dans sa manière de confronter le deuil avec l’imaginaire, qui sont bien plus liés qu’on pourrait le croire. C’est le meilleur film de Bayona à mes yeux. A la fois évident et complexe dans son propos, et courageux dans sa confrontation à la mort qui nous guette tous.

    Bonne année à l’équipe, c’est toujours rassurant de vous écouter.

Laissez un commentaire