CAPTURE MAG – LE PODCAST : ÉPISODE 26 (troisième partie)

Troisième et dernière partie de CAPTURE MAG – LE PODCAST : ÉPISODE 26 consacrée au grand Michael Mann. Cette fois, c’est parti pour une heure autour de COLLATERAL, MIAMI VICE, PUBLIC ENEMIES et HACKER.

Cette dernière partie de carrière – qui couvre une bonne décennie entre fin 2004 et tout début 2015 – n’est pas forcément la plus populaire auprès des amateurs du cinéaste, et pourtant Michael Mann y signe certains de ses films les plus risqués et les plus expérimentaux, notamment dans sa recherche de l’esthétique du cinéma numérique sur COLLATERAL et MIAMI VICE.

Confinement oblige, le prochain épisode de CAPTURE MAG – LE PODCAST ne sera malheureusement pas disponible d’ici une dizaine de jours, comme nous l’annonçons en fin d’épisode. Merci à tous de nous suivre, on se retrouve très rapidement dès la sortie de cette situation particulière.

CAPTURE MAG – LE PODCAST : ÉPISODE 26 (troisième partie) en version mp3

Abonnez-vous à nos podcasts via notre nouvelle page Soundcloudflux RSS ICI ou iTunes
Remerciements à Alain Mercier, Thomas Cappeau et Benoit Thuault à la technique.

2 Commentaires

  1. Bob

    Bonjour à l’équipe, c’est super de vous retrouver !
    Excellent triptyque sur M. MANN.
    Juste une simple demande : pour les prochains Capture pourriez-vous vous attardez quelques secondes pour introduire les films (pitch, acteurs, etc.). Vous ne le faîtes pas systématiquement, par exemple j’ai eu du mal à me remettre en tête le film « Le sixième sens », alias Manhunter, que j’ai vu il y a bien longtemps en VF.
    Hâte de continuer à vous écouter, surtout en ce moment.

    En espérant que vous et vos proches vous portez bien.

  2. popapo

    Comme d’habitude en fait, un podcast on l’on apprend littéralement plein de choses en fait, comment dire, j’aime beaucoup vous ecouter en fait mais faut faire un peu gaffe en fait, comment dire, aux tics de langage en fait, parce que c’est vraiement relou en fait. Litteralement, en fait.

Laissez un commentaireRépondre à popapo