Y’A-T-IL UN FILM POUR SAUVER HOLLYWOOD ?

Achevée en 2011 au bout de 8 saisons, la série ENTOURAGE fait aujourd’hui un détour au cinéma pour un double épisode de luxe dont le but n’est pas tant de révolutionner la formule loin s’en faut, mais de jauger si elle a encore un intérêt aux yeux des spectateurs. Peut-être que oui, mais pas forcément sur grand écran !

Pour nous autres cinéphiles, l’intérêt d’ENTOURAGE ne réside pas tant dans le fantasme de réussite que la série fait miroiter à ses téléspectateurs par le biais du parcours de la star de cinéma Vincent Chase et de ses fidèles amis, ni même dans sa façon de représenter le Hollywood actuel de manière particulièrement romancée (au point de ne jamais montrer de drogues dures pour faire de l’addiction un enjeu majeur de la saison 7). Non, l’intérêt pour nous réside dans la façon dont l’écriture de la série se nourrit de véritables anecdotes et rumeurs hollywoodiennes pour en faire de purs enjeux de fiction à peine déguisés (par exemple, la sous-intrigue concernant la suite d’AQUAMAN était ainsi directement inspirée par le bras de fer contractuel entre Sony et les agents de Tobey Maguire sur SPIDER-MAN 2). Il n’est donc pas étonnant que le personnage d’Ari Gold soit le plus fascinant de la série, et pas seulement pour sa flamboyance typique des grandes figures hollywoodiennes. C’est en effet lui qui dévoile les clés de la politique hollywoodienne et du fonctionnement des studios, et le fait d’en faire un chef de studio est certainement l’idée la plus intéressante et la plus crédible de cette transposition cinématographique, même s’il ne s’agit finalement pour lui que de gérer la crise issue d’un bête dépassement de budget (ce qui n’est tout de même pas très rare à Hollywood). Car pour le reste, il est difficile de croire que Vinnie Chase devient un grand réalisateur dès son premier film (les extraits présentés ici laissent même à penser qu’il s’agit d’une bouse victime de la mode !), et encore moins que son frangin Drama – le has-been de la famille – est en lice pour une nomination aux Golden Globes. Malheureusement, pour quelques joutes oratoires et autres démonstrations de pouvoir entre Ari et les financiers du studio (représentés par Billy Bob Thornton et Haley Joel Osment), il faut compter sur les enjeux habituels pour le reste des personnages, qui ne semblent pas vraiment avoir évolué d’un iota : est-ce que l’insouciant Vincent va avoir sa rallonge financière pour terminer son premier film ? Est-ce que E et Sloan vont se remettre ensemble ? Est-ce que Turtle va enfin se trouver une copine ? Est-ce que Ari va régler ses problèmes de colère et mener son ancien assistant gay Lloyd à l’autel pour son mariage ?

Image de prévisualisation YouTube

Au delà des réponses attendues, le véritable constat, au bout du compte, est que la série ENTOURAGE elle-même n’a pas évolué en passant sur grand écran, ne profitant jamais des changements actuels au sein d’Hollywood pour en tirer quelques conclusions, jouant au contraire la sécurité un peu comme cela se fait en ce moment à… Hollywood justement. En l’état, ce film ne représente en aucun cas un événement susceptible de justifier une transposition cinématographique, d’autant que le pitch aurait très bien pu justifier une nouvelle saison, propice à développer les enjeux de manière plus équilibrée. Preuve de la teneur non évènementielle du film : les habituels caméos de la série, de Mark Wahlberg (qui a inspiré la série) à Andrew Dice Clay en passant par Gary Busey, Mark Cuban et Bob Saget, sont ici les mêmes, et les nouvelles apparitions (Liam Neeson, Jon Favreau, Pharell Williams) ne génèrent finalement aucune reprise d’une anecdote croustillante ! Il serait dommage de penser que les amateurs d’ENTOURAGE – qui ont boudé le film aux États-Unis – n’attendent qu’un double épisode tourné en CinemaScope, même si le carton du film semble assuré… en vidéo ! Et oui, ce n’est peut-être pas vraiment du cinéma, mais c’est HBO par contre !

TITRE ORIGINAL Entourage
RÉALISATION Doug Ellin
SCÉNARIO Doug Ellin & Rob Weiss
CHEF OPÉRATEUR Steven Fierberg
PRODUCTION Stephen Levinson, Mark Wahlberg & Rob Weiss
AVEC Kevin Connolly, Adrian Grenier, Kevin Dillon, Jerry Ferrara, Jeremy Piven, Emmanuelle Chriqui, Perrey Reeves, Rex Lee, Debi Mazar…
DURÉE 105 mn
DISTRIBUTEUR Warner Bros France
DATE DE SORTIE 24 juin 2015

Pas encore de commentaire

Laissez un commentaire