VOUS AVEZ UN MESSAGE

Pour le suspense rondement mené, mieux vaut passer son chemin. Mais si votre idée du cinéma d’action moderne consiste à voir Liam Neeson enchaîner les mandales, alors peut-être que NON-STOP peut vous satisfaire. Quoique…

En 1988, un film d’action a redéfini le genre, à tel point que tous les studios – et même les petits artisans de la série B – se sont empressés d’en faire des copies sans jamais réussir à retrouver la qualité première de leur modèle, comme s’il suffisait de localiser le concept pour obtenir un résultat équivalent : avec des titres comme PIÈGE EN HAUTE MER, PASSAGER 57, MORT SUBITE, SHADOWCHASER, L’ÉCOLE DES HÉROS, AIR FORCE ONE, la « DieHardsploitation » est donc née un beau matin du début des années 90. À la tête du projet d’origine, il y avait bien évidemment John McTiernan mais également le producteur Joel Silver, qui a su parier sur le bon réalisateur et le bon concept pour donner corps à ce classique instantané qu’est DIE HARD – PIÈGE DE CRISTAL. 20 ans plus tard, ce n’est pas vraiment un classique qui sert désormais de mètre-étalon au sein des boîtes de production du monde entier. Et encore moins un classique « instantané », étant donné que TAKEN a été distribué dans des dizaines de pays avant de faire le carton que l’on sait au moment de sa sortie tardive aux États-Unis. Un carton d’autant plus surprenant que la formule est plus ou moins la même que celle d’un Steven Seagal, mais avec un solide comédien de la stature de Liam Neeson à la place. Il n’en reste pas moins que le succès de cette production Luc Besson pas plus imaginative que les autres fascine. Et Liam Neeson n’est pas non plus le dernier pour capitaliser dessus.

Image de prévisualisation YouTube

Tout ça pour dire que sous ses airs de thriller aérien au suspense prenant (ce que tente de nous vendre la bande-annonce), NON-STOP n’est rien d’autre qu’un « TAKEN dans un avion », de la même manière que SANS IDENTITÉ était un « TAKEN a perdu la boule » ou TAKEN 2 était un « TAKEN fait la Turquie ». Bref, malgré son concept intriguant ou du moins avec lequel il est possible de générer de la tension (Bill Marks, « air marshal » de son état, est accusé de détourner l’avion qu’il est censé protéger), NON-STOP semble avoir été réécrit pour rentrer dans les cases de la « Takensploitation », puisque l’intrigue abandonne rapidement toute notion d’ambiguïté propre à son personnage principal, dès lors qu’il enchaîne les prises d’aïkido pour éclater ses adversaires dans les toilettes du zinc. Le plus fascinant dans ce projet totalement contradictoire reste encore de constater que chaque nœud scénaristique (quand les supérieurs de notre héros l’accusent de terrorisme, quand les passagers se retournent contre lui) est résolu à coups de bourre-pif, à plus forte raison quand il s’agit pour Bill de clamer son innocence. Malgré ses airs mystérieux, NON-STOP n’est donc qu’une petite production timorée, un simple whodunit qui joue la carte de la sécurité et préfère capitaliser sur la mode du moment plutôt que d’aller au bout de ce que l’intrigue suggère au spectateur. Rien de bien nouveau à cela, si ce n’est que l’orientation semble avant tout venir du producteur, qui n’est autre que Joel Silver. Et quelque part, il est assez triste de constater que celui qui avait su redynamiser le cinéma d’action dans les années 80 et 90 en soit aujourd’hui réduit à copier les formules faisandées de la concurrence. Il est bien loin le temps des DIE HARD et autres MATRIX, le temps où celui-ci donnait le ton en matière de cinéma d’action hollywoodien.

TITRE ORIGINAL Non-Stop
RÉALISATION Jaume Collet-Serra
SCÉNARIO John W. Richardson, Chris Roach & Ryan Engle
DIRECTEUR DE LA PHOTOGRAPHIE Flavio Martinez Labiano
MUSIQUE John Ottman
PRODUCTION Alex Heineman, Andrew Rona & Joel Silver
AVEC Liam Neeson, Julianne Moore, Lupita Nyong’o, Anson Mount, Michelle Dockery…
DURÉE 106 mn
DISTRIBUTEUR StudioCanal
DATE DE SORTIE 26 février 2014

7 Commentaires

  1. jackmarcheur

    en tous cas la BA me botte bien meme si elle a spoilé tous les bons moments !

    J’ai adoré Taken, detesté Taken 2, bien aimé Sans Identité!
    Que Liam continue dans la meme veine ne me choque pas encore. Faut bien qu’il bouffe non ?

    J’ai pas mal aimé aussi son survival avec les loups là ! j’ai oublié le titre !

  2. cmf

    SKIN TRADE avec Dolph Lundgren, Tony Jaa, Ron Perlman et Michael Jai White va enterrer le Pierre Morel !

    Il avait d’ailleurs été écrit par Lundgren en 2006 soit 2 ans avant TAKEN, et remanié depuis par John Hyams notamment, qui failli le réaliser).

  3. JLP

    « voir Liam Neeson enchainer les mandales »
    « la formule est celle d’un Steven Seagal, mais avec Liam Neeson à la place »
    « ’il enchaine les prises d’aïkido pour éclater ses adversaires dans les toilettes »
    « chaque nœud scénaristique est résolu à coups de bourre-pif »

    Mais c’est le paradis!
    Que demander de plus, sacré bon dieu?
    (je précise que je n’ai pas encore vu le film)

  4. runningman

    Liam Neeson est en train rejoindre Steven et Jean-Claude dans les films à l’intrigue et aux genres totalement éculés et qui essaye de surfer sur des concepts à la mode.

  5. Larry

    « « voir Liam Neeson enchainer les mandales »
    « la formule est celle d’un Steven Seagal, mais avec Liam Neeson à la place »
    « ’il enchaine les prises d’aïkido pour éclater ses adversaires dans les toilettes »
    « chaque nœud scénaristique est résolu à coups de bourre-pif »

    Mais c’est le paradis!
    Que demander de plus, sacré bon dieu?
    (je précise que je n’ai pas encore vu le film) »

    Carrément !
    Stéphane Moissakis m’a donné encore plus envie, sans le vouloir je crois.

    • Stéphane MOÏSSAKIS

      Je vous en prie les gars, faites-vous plaisir !

  6. LordGalean

    Ceci étant, j’ai quand même bien aimé la justification des terros de Non-Stop que je trouve pleinement justifié en soit, et assez proche du piège des faux terros dans Die Hard, d’ailleurs, j’ai pensé quelquefois à Die Hard pendant la projo, même si Liam ne souffre pas assez physiquement pour rejoindre John Mc Clane en esprit.

Laissez un commentaireRépondre à runningman