UN LIVRE DONT VOUS ÊTES LES HÉROS

Une fois n’est pas coutume, on vous parle aujourd’hui d’un livre. Et pas des moindres puisque SUPER-HÉROS : UNE HISTOIRE FRANÇAISE de Xavier Fournier, en plus d’être un très beau pavé de 1,8 kilo, s’avère être un ouvrage essentiel pour nous autres défenseurs de la grande culture populaire française, puisqu’il recense tous les justiciers masqués et autres surhommes extraordinaires ayant peuplé notre imaginaire national. Véritable pied de nez au discours de notre establishment culturel, qui tient à tout prix à ce qu’on laisse ce genre de personnages aux méchants Yankees, voici un livre qui fera date.

L’histoire culturelle d’un pays est faite de cycles, eux-mêmes rythmés par des zones de rupture plus ou moins dilatées dans le temps. Il est sans doute trop tôt pour identifier une de ces zones-là dans notre époque troublée mais indéniablement, un livre comme SUPER-HÉROS : UNE HISTOIRE FRANÇAISE fait figure de marqueur important. Même s’il se cantonne à un sujet bien précis (la figure du super-héros dans la culture populaire française des 150 dernières années), par son propos comme par son ambition, le livre de Xavier Fournier s’inscrit tranquillement à rebours d’une pensée dominante – celle des élites culturelles de notre beau pays – qui n’a cessé au cours de cette période d’étouffer et de nier la tendance de nos compatriotes à fréquenter le domaine de l’imaginaire. Tranquillement, parce que Fournier, en spécialiste érudit (il est le rédacteur en chef du magazine Comic Box), ne la ramène pas et se contente de faire ressurgir devant son lecteur ébahi un véritable continent englouti constitué de romans, de bandes dessinées, de films et de productions télévisées. Il y a derrière ce panthéon oublié un travail minutieux et chronophage, l’auteur ayant écumé les bouquinistes de France et de Navarre, consulté des kilos d’ouvrages, revues et publications antédiluviennes, et rencontré des dizaines d’auteurs qui croyaient leurs créations cadenassées dans les oubliettes de la mémoire collective. De la préhistoire du genre, avec les vengeurs masqués du roman-feuilleton du XIXème siècle, jusqu’à la renaissance actuelle qui a pour principal théâtre le domaine de la bande dessinée, c’est une armée entière de personnages hauts en couleurs – L’Aviateur Masqué, Judex, le Nyctalope, Fantax, Satanax, Photonik, Mikros, le Garde Républicain et bien d’autres encore – que l’on voit se redresser et réclamer la place qui était la leur dans notre culture. Servie par une maquette sobre et belle, une iconographie aussi rare que somptueuse et un texte agréable à lire (à peine entaché par un nombre assez important de coquilles), cette résurrection en fanfare se double en outre d’un parti pris intéressant.

Même s’il décrit les méfaits de la censure française, qui ont étouffé durant plusieurs décennies la culture des super-héros locaux, et les alliances parfois étonnantes qui en ont découlées (les curés et les communistes main dans la main sur cette question !), l’ouvrage de Xavier Fournier se garde de verser dans l’analyse sociologique à outrance et se contente de livrer à son lecteur les faits, rien que les faits. Du coup, SUPER-HÉROS : UNE HISTOIRE FRANÇAISE fonctionne comme une énorme base de données passant en revue tout ce que le genre a produit dans le domaine de la fiction française depuis un siècle et demi. Et à mesure qu’on avance dans sa lecture, l’accumulation de tous ces titres et de tous ces personnages provoque, presque par défaut, une véritable édification du lecteur, à qui on ne pourra décemment plus répéter en boucle que les super-héros « ce n’est pas notre culture » sans qu’il sente monter en lui une juste colère. Il eût sans doute été intéressant de remonter à la source de ce puritanisme bien français encore à l’œuvre dans notre société et qui prétend subordonner la culture populaire – souvent décrite comme une sous-culture – à une culture officielle plus noble et adoubée par l’aristocratie en place. Mais le livre se suffit à lui-même sans cet appareil analytique et apparaît en fait comme une réponse franche, massive, documentée et imparable à toute forme de discours malhonnête qui tendrait à noyer le poisson en éludant ce problème typiquement français. C’est là tout l’intérêt de cet ouvrage capital, authentique œuvre de salubrité publique qui comble un besoin fondamental pour tous les amateurs sincères de culture populaire française : celui d’une mémoire qu’on leur a volée et contestée depuis trop longtemps. On souhaite donc que ce genre d’initiative trouve un écho salutaire auprès de nos élites culturelles, et notamment celles du cinéma français, LE média de masse actuel qui se trouve également être l’ultime forteresse restant sourde aux demandes d’une multitude de spectateurs et de praticiens ayant grandi avec cette matière imaginaire et souhaitant ardemment la voir se perpétuer. Et en attendant, on adressera à Xavier Fournier un immense et radieux merci. Le combat continue. Et vive la France tiens !

SUPER-HÉROS : UNE HISTOIRE FRANÇAISE de Xavier Fournier – Éditions Huginn & Muninn – 240 pages – 39,95 €

Pas encore de commentaire

Laissez un commentaire