UN AIR DE FAMILLE

Drôle d’année pour Judd Apatow. Après les réceptions mitigées de ses productions PEACE, LOVE ET PLUS SI AFFINITÉS et CINQ ANS DE RÉFLEXION, son quatrième film en tant que réalisateur, 40 ANS MODE D’EMPLOI ne connaît pas les mêmes faveurs critiques et publiques que l’excellent EN CLOQUE MODE D’EMPLOI, dont il est pourtant la pseudo-suite. Et ce n’est pas étonnant, puisque les deux films ne s’adressent absolument pas au même public !

Première constatation : 40 ANS MODE D’EMPLOI est certainement le film le plus personnel de Judd Apatow, et par la force des choses, de sa moitié Leslie Mann. En tout cas, c’est certainement celui dans lequel il se met le plus à nu. Deuxième constatation : de par son sujet, le film ne s’adresse pas au même public que celui d’EN CLOQUE MODE D’EMPLOI et pour tout dire, il est difficile de s’y projeter pour ceux qui n’ont pas l’expérience d’une vie de famille envahissante, à la manière de Pete et Debbie, les deux personnages principaux de 40 ANS MODE D’EMPLOI. Et pour ne rien arranger, Judd Apatow évite consciemment de faire référence aux personnages principaux d’EN CLOQUE MODE D’EMPLOI, qui pourraient au moins servir de repères aux fans du premier film. Troisième constatation : ce nouveau film de Judd Apatow est loin d’être aussi drôle que les précédents. Et c’est carrément intentionnel.

On rassure les fans de 40 ANS TOUJOURS PUCEAU, EN CLOQUE MODE D’EMPLOI et FUNNY PEOPLE, 40 ANS MODE D’EMPLOI propose tout de même son lot de scènes drôles, dont une impro hilarante de l’imposante et talentueuse Melissa McCarthy, une spécialiste du vol de scènes déjà à l’œuvre dans MES MEILLEURES AMIES. Et dans les faits, le film de Judd Apatow propose également des portes d’entrées pour les spectateurs qui ne sont pas forcément en phase avec le sujet, notamment dans sa représentation très crédible de la problématique parentale qui pèse sur chaque couple qui tente de construire une relation en dehors d’une logique de fonctionnement tribal. La grande force du cinéaste a toujours été de surélever ses concepts comiques de base (un puceau de 40 ans, un gros moche qui engrosse un canon) en les ancrant dans une sorte de réalité contemporaine très naturelle, qui permet au spectateur de s’identifier aux personnages avec une telle aisance qu’ils lui semblent être des amis de longue date. 40 ANS MODE D’EMPLOI ne déroge pas à la règle, et les rapports particuliers de Pete et Debbie avec leurs parents sont autant d’échos pertinents à leur relation particulièrement complexe avec leurs propres enfants (une fois de plus incarnés par les jeunes filles Apatow). À vrai dire, ces mécanismes semblent si crédibles qu’ils ont tendance à montrer les limites de ce procédé quasi-naturaliste. En effet, les sous-intrigues interprétées par des véritables vedettes de cinéma – comme Megan Fox qui représente la jeunesse perdue de Debbie – ont du mal à s’inscrire dans l’ensemble, à plus forte raison quand le réalisateur essaye de nous faire croire à sa beauté naturelle justement.

Sans ligne claire et sans chercher à forcer la sympathie avec les fans de la première heure, Judd Apatow parvient tout de même à ses fins avec 40 ANS MODE D’EMPLOI, à savoir partir d’une expérience particulièrement personnelle pour créer une situation de proximité, susceptible de faire écho au vécu familial des spectateurs. De fait, l’écriture du film est particulièrement pertinente, notamment dans sa façon de prendre un événement familial traditionnel (ici, une fête pour les 40 ans de Pete) et de le transformer en véritable catalyseur de toutes les frustrations dysfonctionnelles des personnages, au lieu justement de faire en sorte que tous les problèmes soient réglés juste à temps pour couper le gâteau et profiter de la cérémonie. Légèrement dépressif et désabusé puisqu’il est pertinent dans son étude des mœurs et de la crise de la quarantaine, 40 ANS MODE D’EMPLOI ne pouvait forcément pas fédérer autant de monde qu’EN CLOQUE MODE D’EMPLOI. En somme, ce que Judd Apatow essaye de nous dire ici, c’est que sa vie n’est pas aussi drôle que ses films. C’est probablement pour cela qu’on s’y retrouve !

À lire : notre critique de CINQ ANS DE RÉFLEXION

TITRE ORIGINAL This is 40
RÉALISATION Judd Apatow
SCÉNARIO Judd Apatow
CHEF OPÉRATEUR Phedon Papamichael
MUSIQUE Jon Brion
PRODUCTION Judd Apatow, Barry Mendel & Clayton Townsend
AVEC Paul Rudd, Leslie Mann, Maude Apatow, Iris Apatow, Jason Segel…
DURÉE 134 mn
DISTRIBUTEUR Universal Pictures International France
DATE DE SORTIE 13 mars 2013

2 Commentaires

  1. iron fag

    Le film a les qualités de son concepteur, certes, mais t’as pas trouvé ça un peu long, terne, moche, forcé et vaguement bourgeois ? Parce que moi, si…
    Et je vois ce que tu veux dire sur le décalage volontaire entre KNOCKED UP et THIS IS 40, mais je trouve qu’on tombe ici un peu dans les défauts de films d’auteur français, qui croyant « parler de la vraie vie », en oublient un peu de faire du cinéma… Avec ici et là quelques gags pour nous rappeler qu’il s’agit d’une comédie…
    Pour moi très en-dessous de Funny People, que j’ai trouvé à la fois plus drôle, plus poignant, et plus dérangeant…

  2. Malastrana

    En fait Apatow ça devient le nouveau Woody Allen. Dommage…

Laissez un commentaire