TRAIN-TRAIN FANTÔME

MURDERED : SOUL SUSPECT propose au joueur d’incarner un détective qui mène l’enquête sur sa propre mort. Une bonne idée de départ, très proche d’un pitch de roman de gare teinté de surnaturel, mais dont les développeurs d’Airtigh Games (DARK VOID) ne savent malheureusement pas vraiment quoi faire…

Ronan ne se rend pas tout de suite compte qu’il est mort. Après avoir été poussé par la fenêtre du haut du deuxième étage, il se relève et découvre qu’il ne peut pas revenir à la charge contre son adversaire, le « Crieur des morts », un tueur en série qui sévit dans les rues de Salem. Maintenant qu’il n’est plus qu’un ectoplasme coincé dans un purgatoire où les âmes en peine ne peuvent connaître la paix, Ronan mène l’enquête aux quatre coins de la ville pour empêcher le tueur de frapper à nouveau… S’il fallait définir le jeu au terme de l’expérience globale, alors on pourrait dire que MURDERED : SOUL SUSPECT s’adresse avant tout aux maniaques des collectibles. En effet, la boucle de gameplay principale consiste ici à recueillir les indices et à les examiner afin de tirer une conclusion qui permet de progresser dans l’enquête et de fait, dans l’intrigue. Attention, le challenge ne consiste pas à les trouver, puisque la scène de crime indique le nombre d’indices à trouver. Il ne s’agit même pas de les remettre dans l’ordre, puisqu’en cas de mauvais raisonnement, le jeu accorde autant de tentatives que possible. À vrai dire, et c’est tout le problème de MURDERED : SOUL SUSPECT : il ne propose absolument aucun challenge, et étend au contraire cette boucle aux intrigues secondaires, des petites histoires de fantômes liées à la ville de Salem et qu’il est possible de débloquer en… collectionnant les indices (le jeu en compte plus de 250 au total). Rien ne se perd, même au purgatoire !

Image de prévisualisation YouTube

La mécanique est donc peu engageante, et révèle à quel point MURDERED : SOUL SUSPECT manque d’enjeux, étant donné que l’intrigue ne met jamais Ronan – donc le joueur – en difficulté, un peu comme si sa mort le dispensait d’être vraiment en danger. Certes, les développeurs intègrent une menace surnaturelle avec une poignée de mauvais esprits (même pas une dizaine par niveaux !) susceptibles d’avaler l’âme du protagoniste, mais il suffit d’observer leur ronde pour les éliminer furtivement et surtout avec une facilité déconcertante. Pour raccrocher les wagons, MURDERED : SOUL SUSPECT mise donc avant tout sur son écriture, sans grand succès. Certes, le joueur pourra faire quelques rencontres empathiques ici et là, des fantômes au destin tragique, mais Ronan confirme qu’il est aussi transparent qu’il en a l’air, malgré la tentative d’en faire un ancien voyou au grand cœur. Tout le paradoxe de MURDERED : SOUL SUSPECT est là : bouclé en quelques heures, le jeu ne propose pas grand-chose à se mettre sous la dent. Et pourtant, les ingrédients sont réunis pour intriguer le joueur, à défaut de le convaincre de la proposition. Peut-être qu’il aurait simplement fallu que MURDERED : SOUL SUSPECT démontre que rien n’est facile après la mort et c’est assez ironique pour le souligner, mais il manque finalement un véritable supplément d’âme pour rendre le jeu véritablement attachant.

À LIRE ÉGALEMENT
La critique de DARK VOID

TITRE ORIGINAL Murdered : Soul Suspect
GENRE Aventure
ÉDITEUR Square Enix
DÉVELOPPEUR Airtight Games
CONSOLE Xbox 360 / PS3 / PC / Xbox One / PS4
DATE DE SORTIE 06 juin 2014

1 Commentaire

  1. jackmarcheur

     » bouclé en quelques heures » : n’est ce pas là une qualité lorsque les autres demandent 40 h ou plus de jeu ?

Laissez un commentaire