TITANESQUE !

Disponible en Blu-ray depuis quelques semaines, TITANIC propose une édition assez complète, avec le film en version classique, en 3D (sur deux disques), deux nouveaux bonus conséquents… et toujours le même grand absent !

Depuis son triomphe absolu dans le monde entier – durant l’hiver 1997/1998 – TITANIC a régulièrement vu son statut changer au fil des années : d’abord considéré comme un  « gouffre à pognon » par la presse hollywoodienne avant la sortie du film, le film de James Cameron est ensuite devenu un grand film classique (avec 11 Oscars à l’appui), pour finir par être considéré comme un aimant à gamines de 14 ans, surtout par les petits malins qui ont oublié de revoir le film une fois de temps à autre (et ils sont nombreux apparemment). En Angleterre, un très sérieux sondage a même classé TITANIC comme « le pire film de tous les temps », tout juste trois ou quatre ans après sa sortie. C’est dire à quel point le plus grand succès de l’histoire du cinéma (avant la sortie d’AVATAR en 2009, et sans compter la remise à niveau, en dollars constants, des triomphes de films comme STAR WARS ou AUTANT EN EMPORTE LE VENT) a cristallisé toute une problématique sociale qui dépasse, et de loin, le cinéma. Heureusement, la conversion du film en 3-D, et sa ressortie au printemps dernier, ont quelque peu rappelé aux étourdis gonflé de leur propre cynisme les qualités initiales du film, en même temps que son statut universel a repris le dessus, puisque le film a rapporté plus de 300 millions de dollars supplémentaires dans le monde entier : peut-être pas un score de blockbuster selon les standards actuels, mais pour une ressortie, cela donne quand même quelques indices de popularité. Et il y a des grandes chances que l’édition Blu-ray qui nous concerne aujourd’hui se vende remarquablement bien, étant donné que TITANIC n’a donc aucunement perdu son pouvoir de fascination, quoi qu’en disent les mauvaises langues.

Image de prévisualisation YouTube

Parmi les nouveaux bonus de cette édition, on compte deux nouveaux documentaires plutôt conséquents. Force est de constater que l’un d’entre eux ne concerne pas tant les cinéphiles, mais plutôt les amateurs d’histoire et d’ingénierie, puisqu’il réunit James Cameron et quelques spécialistes du Titanic, qui tentent tous ensemble de déterminer ce qui s’est vraiment passé à l’intérieur du bateau lorsque celui-ci a percuté l’iceberg et s’est mis à couler. Certes, l’aventure humaine est clairement au centre de ce document intitulé « La conclusion de James Cameron », mais c’est plutôt le second module qui nous intéresse, puisque celui-ci revient de manière presque exhaustive sur le phénomène engendré par le film, et ce sans langue de bois. On dit presque, car comme à l’époque de l’édition DVD de 2005, il manque encore et toujours un grand absent : à savoir Leonardo DiCaprio, qui n’apparaît dans les bonus qu’à travers les images d’archives, alors que tous les autres intervenants ont été interrogés cette année. Dans ce documentaire d’une petite heure très serrée, sobrement intitulé « Le Titanic », James Cameron et Jon Landau reviennent en priorité sur la difficulté à tourner le film alors que la presse hollywoodienne a décidé de s’acharner sur le projet, publiant jour après jour des rumeurs qui manquent de ruiner la réputation du cinéaste. L’intérêt de rappeler cette cabale est d’autant plus primordial que d’autres films très chers pour l’époque (des titres ? SPEED 2 : CAP SUR LE DANGER en priorité. Je sais, ça ne se voit pas !) n’ont pas reçu les mêmes suspicions constantes et dévastatrices, et surtout que le retournement de veste du gratin de la presse américaine compte parmi l’un des plus spectaculaires qui soit. Bien évidemment, la leçon n’a pas été apprise, étant donné que les mêmes génies ont prédit le bide massif d’AVATAR, quelques douze années plus tard, mais il faut reconnaître que ces informations manquaient clairement à l’édition précédente, afin de remettre les compteurs à zéro. En outre, le bonus donne la parole à quelques professionnels de la profession, qui expliquent qu’un triomphe aussi imposant que celui de TITANIC ne peut pas être uniquement généré par l’intérêt d’un public de jeunes filles fascinées par le beau Leo, une précision qui a le mérite de dévoiler le manque de maturité d’une telle supposition, largement relayée elle aussi par l’association-de-la-grande-critique-intelligente (ah bon, elle n’existe pas cette assoc’ ?).

Outre la qualité de la copie (rappelons que le film  a été nettoyé de fond en comble pour sa sortie en 3D) et des nouveaux suppléments (la majeure partie des suppléments de 2005 est reprise ici, dont les scènes coupées en HD), il faut reconnaître à cette édition la volonté de replacer le film dans son contexte d’origine et de donner un début d’explication sur le phénomène cinématographique de la fin du siècle dernier. Malheureusement, il y a des grandes chances pour que cela ne soit pas suffisant pour vaincre l’infantilisme avec lequel TITANIC est encore perçu aujourd’hui, comme si la force d’évocation du film devait automatiquement être accueillie avec une défiance générale qui va clairement à l’encontre de son propos universel. Les voies de l’inconstance sociale sont impénétrables, mais en cherchant bien pourtant, tout a déjà été écrit sur ses qualités cinématographiques, sur la volonté de James Cameron de mettre l’homme face à la technologie qu’il a engendrée, sur l’aspect mythologique de l’événement (jusque dans le nom du bateau, et donc le titre du film), ou encore sur l’émotion la plus simple et la plus pure que le film a su transmettre à ses spectateurs. Bref, tout a été écrit sur le fait que TITANIC parle plus à l’humain que n’importe quelle autre film ou presque. Il ne va pas falloir tout réécrire non plus ?

RÉALISATION James Cameron
SCÉNARIO James Cameron
PRODUCTION James Cameron & Jon Landau
CHEF OPÉRATEUR Russell Carpenter
MUSIQUE James Horner
AVEC Leonardo di Caprio, Kate Winslet, Billy Zane, Bill Paxton, Gloria Stuart…
DURÉE 194 mn
ÉDITEUR Fox Pathé Europa
DATE DE SORTIE En salles en France : le 07 janvier 1998. En salle en France en 3-D : le 04 avril 2012. En Blu-ray : le 14 septembre 2012
BONUS
– 2 documentaires inédits : Le Titanic : une fascinante plongée dans les profondeurs du film (HD) et Titanic : la conclusion de James Cameron (HD) : Produit par la chaîne National Geographic, ce documentaire interroge les plus grands experts du Titanic sur les mystères liés au naufrage d’un bateau réputé « insubmersible ».
– 29 scènes coupées (HD)
– La fin alternative du film (HD)
– Plus de 60 modules sur les coulisses du tournage
– Un aperçu sur les incroyables effets spéciaux
– Plus de 1000 photos
– 3 commentaires audio

2 Commentaires

  1. JP Koff, le fils

    Me l’était refait en trois dimensions à sa sortie, et je dois dire que oui, le film est dément.
    Grand grand chef d’oeuvre…

    (mise à part les éclairages Jean-Michel Jarre du segment « Rose en mode retraite »).
    Sinon la classe.

  2. Je me le suis revue il y a quinze jours / trois semaines et il ce bonifie avec l ‘ age , il est à toute comparaisons voulu , aussi estomaquant que  » Docteur Jivago  » , meme si celui ci est encore plus sombre

Laissez un commentaire