PERPÈTE !

Ils le jurent, le cœur sur la main : après des années passées à se lancer des regards en chiens de faïence, Arnold et Sly ont longuement cherché le bon projet pour pouvoir travailler ensemble. Et pour eux, le bon projet, c’est ÉVASION, film de prison high-tech dans lequel les deux beefcakes vont devoir collaborer pour se sortir de là. Forcément, depuis le temps qu’on attend de les voir tous les deux réunis sur grand écran, c’est obligé, le film va cartonner non ? Non ?!?

« Tu cognes comme un végétarien ». Voilà, c’est la nouvelle punchline d’Arnold Schwarzenegger, celle qui risque de rester dans les mémoires d’autant qu’elle s’adresse directement à Sylvester Stallone, son grand rival des années 80 et 90. Et après s’être reniflés le cul de film en film, cumulant les vannes tantôt vachardes ou bon enfant (une affiche de T2 avec Sly dans LAST ACTION HERO par-ci, une référence à la carrière politique de Schwarzie dans DEMOLITION MAN par-là), c’est à peu près tout ce qu’il reste de la rivalité entre les deux stars de l’action dans ÉVASION. Autant dire plus grand-chose. Mais admettons, nos deux idoles sont désormais copains comme cochons et ils ne souhaitent pas se foutre sur la gueule. Au contraire, ils ont décidés d’allier leurs forces pour offrir à leurs fans communs ce qu’ils attendent depuis maintenant 25 ans : le double de bourrinage ? Si seulement !

Image de prévisualisation YouTube

Pour une raison assez obscure, Sly et Arnold semblent penser que le script d’ÉVASION a été taillé pour cette rencontre tant attendue, ce qui n’est pas forcément aussi évident pour les spectateurs. À la simplicité d’un film basé sur leur antagonisme musclé ou encore sur une collaboration typique des buddy-movies, les deux hommes choisissent au contraire un projet high concept qui jure avec la raison d’être du film (leur rencontre au sommet), et dont les prémices rappellent l’une des sous intrigues de VOLTE/FACE, lorsque le personnage de Nicolas Cage est envoyé dans une prison réputée pour son imperméabilité. Rappelons d’ailleurs que VOLTE/FACE avait été à l’origine pensé comme un véhicule pour les deux stars, ce qui était déjà totalement absurde en soi. Mais dans les faits, ÉVASION ne profite jamais de l’événement (quelque peu éventé par les participations d’Arnold aux deux EXPENDABLES, il est vrai) et la plupart des séquences communes consistent à montrer Sly et Arnold se prendre la tête à échafauder des plans un peu fumeux dans le réfectoire de la prison (au production design vide et affreusement daté), tels deux grands esprits qui n’auraient jamais pu se sortir de là sans l’apport intellectuel de l’autre. En gros, ils ne cognent pas (même pas les autres hein, enfin pas avant le climax), ils causent !

Forcément, avec un yes-man de la trempe de Mikael Håfström (DÉRAPAGE, CHAMBRE 1408, LE RITE), difficile d’en avoir pour son argent, d’autant que l’intrigue nous propose un Stallone embourgeoisé et manucuré, et au jeu intériorisé, à la manière des personnages qu’il a interprété dans les années 90. Inutile de préciser qu’il se fait donc voler la vedette par le personnage d’Arnold, seul véritable vecteur de petits plaisirs coupables au sein de ce projet affreusement mal pensé : il jure en allemand, dessine une carte vers le cul de son interlocuteur pour l’envoyer se faire foutre et manie – très brièvement – une grosse sulfateuse comme au bon vieux temps, même si ce n’est que pour dézinguer quatre pauvres cascadeurs masqués. Une véritable force de la nature qui aurait dû être au centre d’ÉVASION, et aurait pu nourrir le ton que le film aurait pu avoir, s’il ne se prenait pas autant au sérieux par ailleurs. En l’état, l’écriture et le filmage en mode automatique (méchant suave, visualisation en grilles de surimpression du mode de pensée du héros, on en passe) en font un produit de consommation courante, que la présence des deux stars dessert plus qu’autre chose, puisque leur aura condamne le film à passer pour autre chose que ce qu’il est réellement, à savoir un petit thriller sans envergure, plus bavard que véritablement musclé. Un film d’action de végétarien quoi !

TITRE ORIGINAL Escape Plan
RÉALISATION Mikael Håfström
SCÉNARIO Miles Chapman & Jason Keller
CHEF OPÉRATEUR Brendan Galvin
MUSIQUE Alex Heffes
PRODUCTION Robbie Brenner, Mark Canton, Remington Chase , Randall Emmett, Kevin King Templeton.
AVEC Sylvester Stallone, Arnold Schwarzenegger, Jim Caviezel, Amy Ryan…
DURÉE 115 mn
DISTRIBUTEUR SND
DATE DE SORTIE 13 novembre 2013

2 Commentaires

  1. Exactement, un film bavard, aussitôt vu aussitôt oublié. En même temps c’était prévisible (bande-annonce, choix du réal, design en général…).

  2. Mola Ram

    Au bout de 5 minutes, un ennui total s’installe… jusqu’à la dernière image. Je ne suis pas loin de penser que de ce point de vue, c’est peut-être le pire film de l’un comme de l’autre. A fuir.

Laissez un commentaire