MONTS ET MARVEL

En salles depuis le 13 août dernier, LES GARDIENS DE LA GALAXIE a rapidement acquis une cote d’amour d’autant plus étonnante que le film ne propose finalement rien de bien différent des autres productions Marvel qui sortent en salles depuis deux ans. Ceci explique peut-être cela ?

« Merci du fond du cœur à tous ceux qui ont vu et qui vont voir LES GARDIENS DE LA GALAXIE ce week-end. Les « Gardiens » forment un groupe de personnages excentriques, de parias et de geeks. Le film a été conçu pour tous ceux qui ont été laissés pour compte, qui se sont sentis délaissés ou différents. Il est fait pour tous ceux qui n’appartiennent à aucun groupe. Ce film est fait pour vous. Et aujourd’hui, j’ai l’impression qu’on s’en tire plutôt bien ». Voici le début du message laissé par le réalisateur James Gunn sur son compte Facebook, au lendemain du premier week-end d’exploitation de son film LES GARDIENS DE LA GALAXIE, qui a connu un succès fracassant et aurait même dépassé les attentes des analystes d’Hollywood, sans compter les estimations de la Marvel. Cela fait des mois que le studio responsable des cartons de AVENGERS, IRON MAN 3, THOR – LE MONDE DES TÉNÈBRES ou encore CAPTAIN AMERICA – LE SOLDAT DE L’HIVER (pour ne citer que les projets qui datent de ces deux dernières années) déclame – à travers son porte-parole le producteur Kevin Feige – que LES GARDIENS DE LA GALAXIE est son projet le plus risqué à ce jour. Certes, il s’agit de l’adaptation d’un comics relativement inconnu mais c’est à peu près le seul critère à risques, étant donné qu’une bonne campagne marketing savamment orchestrée peut suffire à régler le problème à coups de millions de dollars. Depuis son annonce au Comic-Con en 2012, le projet attise la curiosité générale, et la première bande-annonce du film aura suffi à se mettre les fanboys dans la poche en ce début d’année : un peu de démystification héroïque, un doigt d’honneur (censuré) aux autorités, un raton-laveur avec une mitrailleuse, un tube qui évoque une reprise de David Hasselhoff (sic)… Bref, rien de bien nouveau au royaume de la Marvel, puisque ce nouveau film est vendu comme un ersatz cosmique d’AVENGERS. Il n’en faut d’ailleurs pas plus pour enflammer la toile et mettre LES GARDIENS DE LA GALAXIE sur orbite, faisant du film l’un des blockbusters les plus attendus de l’été 2014 (comics inconnu ou pas). Vous avez dit « projet risqué » ?

Image de prévisualisation YouTube

La question mérite d’être posée, car malgré sa volonté affichée de passer pour une œuvre frondeuse, subversive et décontractée du gland (dans les limites d’un gros blockbuster), LES GARDIENS DE LA GALAXIE puise régulièrement dans la formule AVENGERS, à tel point que les intentions de départ ne sont clairement plus celles que l’on retrouve à l’arrivée. Comme THOR : LE MONDE DES TÉNÈBRES et CAPTAIN AMERICA : LE SOLDAT DE L’HIVER auparavant, LES GARDIENS DE LA GALAXIE dilue donc sa proposition initiale dans un cadre balisé qui reprend les grandes lignes du plus gros succès de Marvel, jusque dans l’emploi d’un climax de destruction massive similaire (et c’est donc le même depuis… quatre films !). Il ne fait donc aucun doute que la confection foutraque et improvisée des débuts (sur les deux premiers IRON MAN notamment) a laissé la place à un cadre particulièrement contrôlé qui n’accorde finalement quasiment aucune expression intimiste. James Gunn a beau s’enorgueillir d’avoir fait le film personnel qu’il avait en tête, il ne suffit pas de coller un caméo de ce bon vieux Lloyd Kaufman pour en faire du Troma pété de thunes. Certes, ce n’est pas la première fois que le réalisateur de SUPER et HORRIBILIS fait preuve d’un certain carriérisme (rappelons tout de même que le monsieur a commis les scénarios des deux SCOOBY-DOO) et si l’on s’en tient au déroulement de son film, cette volonté d’appartenir à un groupe aurait plutôt tendance à confirmer sa volonté de plaire au plus grand nombre. Mais LES GARDIENS DE LA GALAXIE renvoie finalement tellement aux autres films produits par Marvel qu’il est impossible pour nous de l’appréhender comme une œuvre individuelle et faire table rase du grand projet global du studio. Les défenseurs du bidule auront beau sortir les meilleurs superlatifs pour nous convaincre de sa qualité, LES GARDIENS DE LA GALAXIE n’est rien d’autre qu’un film dans l’air du temps, où le référentiel se substitue à une quelconque construction de l’émotion (pas besoin de faire une scène de romance, autant évoquer directement FOOTLOOSE), où les personnages principaux subissent le bon vouloir de l’intrigue et ne peuvent finalement prendre leur destin en main qu’en commettant des actes plus stupides les uns que les autres, et où il vaut mieux faire le malin, quitte à glisser sur une peau de banane dans l’instant qui suit. Forcément, face à un tel renoncement à une forme plus pure de narration, les scènes les plus étonnantes des GARDIENS DE LA GALAXIE ne peuvent jamais véritablement influer sur la tonalité globale du film. On pense notamment à cette ouverture étrangement douce-amère, qui n’aura jamais eu le temps de s’installer, comme s’il ne fallait surtout pas que le public se dise qu’il est venu voir une œuvre mélancolique, même l’espace d’un instant. Cette précipitation constante achève de transformer les personnages en pantins certes reconnaissables mais sans véritable caractère, ce qui est tout de même problématique pour une œuvre qui prétend prendre la défense des parias et des geeks.

Et ce n’est pas étonnant finalement, puisque le système de production mis en place par Marvel est carrément antinomique avec la notion de construire et défendre quelque chose ou quelqu’un de profondément unique, une notion au centre même de tout ce qui est considéré comme « différent » pour reprendre les termes de James Gunn. Dans un monde médiatique qui fustige constamment la logique mercantile d’Hollywood, le passe-droit qui est accordé au studio Marvel est tout de même particulièrement étonnant. Après tout, le pendant cinématographique de la « Maison des idées » ne fait que cumuler une franchise après l’autre avec un résultat d’une égalité confondante, pour aboutir à une sorte de méga-franchise qui se rappelle désormais à son public deux à trois fois par an. Et personne n’y trouve finalement rien à redire, tant que la saveur reste la même. C’est probablement ça, la « Starbucksisation » du monde dont parlait Edgar Wright dans LE DERNIER PUB AVANT LA FIN DU MONDE. Pas étonnant que celui-ci ait donc préféré lâcher le projet ANT-MAN, plutôt que de se faire lui-même assimiler par la machine Marvel.

TITRE ORIGINAL Guardians of the Galaxy
RÉALISATION James Gunn
SCÉNARIO James Gunn et Nicole Perlman
CHEF OPÉRATEUR Ben Davis
MUSIQUE Tyler Bates
PRODUCTION Kevin Feige
AVEC Chris Pratt, Zoe Saldana, Dave Bautista, Bradley Cooper, Vin Diesel, Lee Pace, Michael Rooker, Karen Gillan…
DURÉE 121 mn
DISTRIBUTEUR The Walt Disney Company France
DATE DE SORTIE 13 août 2014

53 Commentaires

  1. Dans le genre mauvaise surprise , NRJ fait de la publicité pour le mégamix volume 1 de GoTG … ce qui est pour moi la pire des choses , avec les promesses non tenue de ce film en matière de badasserie

  2. Ok, les films Marvel ont une formule (gags débiles, destruction finale…), mais il ne me semble pas qu’ils se ressemblent tant que ça. Captain America 2 tentait une structure de film d’espionnage (ratée, certes, mais présente), et celui-ci lorgne vers le space opera (tendance JJ Abrams, certes, mais tout de même).

    Au-delà de cette formule / structure, sans être un grand film, j’ai trouvé que ces gardiens étaient un peu meilleurs que ce à quoi on nous a habitué.
    Le début, qui fonctionne très bien, je trouve, comme ça a été évoqué.

    L’humour fonctionne tout de même bien mieux qu’à l’accoutumé, non ? Et moins au détriment de ses personnages ?

    Mais surtout, la réalisation, sans être véritablement originale a l’avantage d’être claire (là où la shaky cam de Cap Am 2 nuisaient à la lisibilité), et je crois quand même que c’est la première fois que je vois un Marvel qui semble avoir été pensé pour la 3D. Peut-être pas intelligemment comme Detective Dee 2, mais la grosse majorité du film comporte des effets de relief et de jaillissement, là où d’habitude, il n’y a que dalle.

    Voilà, ça n’empêche pas tous les arguments de cette critique d’être totalement recevable, mais je trouvais juste que certains points n’étaient pas abordés.

    • ah, et j’oubliais, contrairement aux autres productions Marvel, dans celui-ci, ils ont pris soin d’évacuer la ville avant de la détruire (détail qui a son importance, car ce sont des héros, et contrairement au Superman de Snyder et aux Avengers, ils ne détruisent pas une ville entière pleine d’innocents).

  3. wondawom

    Ok. Et à par dire ce que tout le monde sait déjà, elle est où la critique du film ? N’est exposé ici qu’une comparaison avec les autres films du MCU, mais pas vraiment une critique du film en lui-même…

  4. Malastrana

    Mouai… la formule Marvel est là, rien à redire là dessus, et c’était prévisible avant de voir le film. Mais le fait est que le film propose des petits trucs réussis qui lui font tenir la tête hors de l’eau avec aisance. L’humour est inégal mais reste du bon côté de la barrière; le rythme est plus soigné que ne le laisse présager le bête enchaînement de séquences du script prétexte; et globalement ça ressemble pour une fois à du cinéma (les sfx sont beaux, la photo est propre, les cadrages sont corrects, le montage permet une bonne lisibilité de l’action à défaut d’une implication). Ne pas aimer le film je le conçois, mais le mettre au même niveau des autres marveleries c’est exagéré.

  5. Anthony

    Il y a des choses vrai dans ce qui est dit mais je commence à trouver les critiques des films MARVEL particulièrement énervantes. On doit en être au 75ème film et c’est toujours les mêmes reproches. Quand on va voir un Marvel on sait maintenant à quoi s’attendre. Certains sont mieux que d’autres mais on sait qu’on a plus affaire à une énorme série TV de luxe qu’à une multitude de films indépendant. On peut le regretter mais de là à le rabacher à chaque nouveau film ça devient ridicule. Apprenez à voir les qualités des Marvel plutôt que de vous plaindre de ce que vous n’y voyez pas !

  6. Fest

    Pas encore vu le film (c’est prévu) mais cette critique a au moins le mérite d’aller à contre-courant de ce qu’on lit un peu partout.

    Je m’attends un peu à ce que je vais voir mais je suis plutôt bon public, à condition que l’action ne se limite pas à 2 scènes de 3 minutes et que l’humour soit plus du niveau d’un IRON MAN 3 que d’un AVENGERS.

    En gros j’espère passer un moment sympa mais je m’attends certainement pas à être émotionnellement transporté (à vrai dire ça m’est pas vraiment arrivé devant un blockbuster depuis PACIFIC RIM).

  7. Nicolas

    Bonjour

    Je dois avouer que cette analyse du film « Les gardiens de la galaxie » est très proche de ce que j’ai ressenti après avoir vu le film. J’ai trouvé que c’était du réchauffé. Tout ce qui a été développé dans le film est du déjà vu dans d’autres productions Marvel entre autre. Et ce qui est avancé par Monsieur MOÏSSAKIS quant aux personnages se laissant porté par l’intrigue est très vrai. Le film est bien mais il reste dans la moyenne de ce qui c’est fait dans les précédents Marvel.

  8. Un peu à l’instar de James Cameron pour Avatar, il faut quand même saluer la performance : nous faire (en tout cas dans mon cas) adhérer après deux heures de film à un groupe pareil. Narrativement parlant c’est très pauvre (et j’ai l’impression qu’il manque une scène au milieu du film qui retourne au drame de l’intro, coupée au montage?) mais jsuis sorti de la salle en ayant découvert un casting que j’ai vraiment envie de retrouver. Contrairement aux autres productions Marvel où je ne me trouve aucune empathie pour ses personnages.

  9. Il y a de la casse quand même et que l ‘ on arrête le loop  » Marvel casse pas de ville par rapport au méchant DC  » , Cap América 2 , fait de jolie dégâts , IM3 rase un port . Asgard est très abîmé dans Thor 2 …

  10. Chris

    Très mauvaise critique et pourtant j’aimais beaucoup ce qu’écrivais Stéphane à l’époque de Mad. Ça fait vraiment papier écrit en vitesse après avoir été obligé à regarder les deux Scooby Doo en famille. Le film est à peine évoqué dans ces lignes ! Un paragraphe complet pour dire que le film est un succès assuré alors qu’on pouvait le résumer en une ligne (formule Marvel toussa). C’est aussi peut-être parce que le film plaît au public hein (pour beaucoup c’est le meilleur Marvel, même devant le si « populaire » Avengers) pas comme John Carter (exemple au grand hasard bien sûr).

    Ensuite un autre paragraphe pour dire que Gunn est un vendu et un carriériste (comme Whedon), alors que Wright c’est trop un rebelle (comme Del Toro). Je ne comprends pas la remarque sur le même climax depuis 4 films (parce à un moment un vaisseau s’écrase ? ok), ni sur la formule Avengers (le seul rapport étant l’équipe). Et puis franchement les remarques du style « Les défenseurs du bidule auront beau sortir les meilleurs superlatifs pour nous convaincre de sa qualité » ça fait Télérama causant d’un film de genre (et encore le vieux Télérama coincé de l’époque). Sérieux quoi, ça fait pitié ce genre de phrase.

    Puis bon la fin sur Marvel, c’est le mal blabla… Pas très intéressant. Ce n’est pas vraiment ce que j’ai envie de lire, surtout que comme dit plus haut : on a toujours pas vraiment parlé du film.

  11. tonton

    « un tube qui évoque une reprise de David Hasselhoff (sic) » : si quelqu’un pouvait m’expliquer ce que vient faire le « (sic) » ici…
    Sinon, elle est rigolote la critique de la citation Facebook. J’ai hâte de lire celle du film.

  12. larry underwood

    Je plussoie tonton. Pourquoi « sic » ?

    (Les madnautes complotent.)

  13. Delgado

    C’est quoi ce papier torché entre la poire et le fromage ? Vous parler sans cesse du marketing, des méchants costards-cravates de chez Marvel, de James Gunn le vilain yes-man qui a les dents lisses à force de pomper, mais quand est-ce que vous allez vous décider à parler du film ? C’est même à se demander si vous l’avez vu …

    Vous passez votre temps à nous rabâcher que c’est encore la même formule que d’habitude et que le film est un décalque d’Avengers. Pourquoi, parce que GOTG tourne autour d’un groupe et qu’à la fin il y a des aliens avec un vaisseau qui s’écrase ? Ouh, impressionnant, quel sens aigu de la déduction Monsieur Bond. C’est quand même le propre du cinéma de genre que de fonctionner sur des structures assez similaires entre les films. Vous pouvez reprocher ça aux Marvels (dont beaucoup sont merdiques, nous sommes d’accord), mais à ce compte-là autant cracher sur 90 % des westerns ou des films de zombies … Vous auriez pu justement souligner tout ce que GOTG a de différent avec Avengers : notion de groupe qui fonctionne véritablement, humour qui ne se transforme jamais en scène de stand-up débile, pas de star qui prend toutes la place, scènes d’actions relativement propres, référentiel populaire généreux …

    On peut tout à fait ne pas aimer le film, d’ailleurs il y aurait mille trucs qu’on pourrait lui reprocher. Mais l’attaquer en-dessous de la ceinture en nous faisant le coup de la machine marketing et du public lobotomisé, je trouve ça un peu bas et inintéressant. Ça vous arrache tant les fesses que ça d’admettre que le film est fun et sans prétention et qu’on peut l’apprécier pour cette simple raison ? Ou alors vous préférez la métaphysique péteuse et condescendante d’un Christopher Nolan ? Très décevant …

    • Jesse Pinkman

      Ah bravo monsieur…

  14. Anthony

    Dans un des podcast ils ont bien expliqué pourquoi Gunn est « le mal »: il n’a pas défendu Mc Tiernan parce qu’il était pote avec un des mecs que McT avait fait mettre sur écoute… Franchement, j’ai envie de dire « Quelle horreur d’être fidèle à ses potes ! ». Mc T s’est fait enfler par le gouvernement mais il n’était pas rose non plus !

    • Fasola

      1. McT n’a mis ou fait mettre personne sur écoute, jusqu’à preuve du contraire. (et engager un détective privé n’a en soi rien d’illégal)
      2. Gunn est homophobe, et c’est bien suffisant pour avoir une piètre opinion de l’individu.

      • Chris

        C’est quoi le rapport avec le film ?

        (a moins qu’on voit McT dans la prison dont s’évade Star Lord et ses potes)

        • Fasola

          Bin j’ai pas bien compris non plus. Moïssakis n’en parle à aucun moment.

      • Moi

        « 2. Gunn est homophobe, et c’est bien suffisant pour avoir une piètre opinion de l’individu. »

        Non. James Gunn racconte la première chose qui lui passe par la tête sans réffléchir et sans penser une seconde aux conséquences. Ca n’en fait pas un homophobe.

        Toi, par contre, tu m’as l’air de taxer les gens d’homophobie bien légèrement.

        • Fasola

          Alors je corrige : c’est juste un abruti fini qui tient les propos homophobes qui lui passent par la tête, sans penser aux conséquences qu’ils impliquent.
          Bienvenue au Kitano Club, James.

          • Moi

            On pourrait dire aussi que Gunn raconte des blagues homophobes comme il raconterait n’importe quel autre blague, mais que faire de l’humour est devenu dangereux de nos jours.

            Je ne comprend pas ce qui à put provoquer des réactions pareil. Ce que disais Gunn n’était pas homophobe ou choquant, c’était juste graveleux. Il aurait put dire le même genre de choses sur des hétéros, et personne n’aurait rien dit. D’ailleurs il l’a fait, et personne n’a rien dit.

            Que le bonhomme ait un côté sale con, soit très excessif et globalement bien zarb est une évidence. Mais à un moment faut arrêter de déconner. On lui fout n’importe quoi sur le dos sur une simple interprétation biaisée de quelques blagues qu’il raconte. C’est affligent. Y’a quand même suffisamment à reprocher à James Gunn sans aller en rajouter pour le plaisir, non?

            Cette attitude commence à me les briser sévère. On n’est pas raciste simplement parce qu’on fait une blague sur les noirs. Ni antisémite parce qu’on fait une blague sur les juifs… Par contre on est un sale con (au moins de l’envergure de James Gunn, d’ailleurs) quand on croit ça.

  15. Fest

    Sans vouloir me faire l’avocat de l’auteur qui est assez grand pour répondre, s’il le souhaite, nulle part dans cette critique il n’est question du positionnement de Gunn dans l’affaire McT.

    Ensuite je peux comprendre qu’on ait pas envie de s’étendre sur ce qui différencie le film du tout-venant de chez Marvel si l’on estime à la vision du résultat que c’est la même soupe…

    Encore une fois je n’ai pas vu le film, peut-être que ça me plaira, peut-être pas, mais je suis surpris par la virulence des commentaires.

    • Delgado

      Non mais pour être clair, j’aime bien Capture Mag et les articles de Stéphane Moïssakis en général, on apprend toujours des choses intéressantes, je dis simplement que je trouve ça assez déplorable de descendre intégralement le film à partir du marketing ou de la manière dont il a été vendu (surtout quand on sait d’avance ce qu’on va aller voir) en ne rentrant quasiment pas dans les détails du film en question.

      D’autant plus que ce n’est pas la première fois et que comme je l’ai dit, on pourrait faire ça avec beaucoup d’autres catégories de métrages. Je ne comprends pas pourquoi Marvel ferait l’objet d’un traitement de défaveur à ce niveau, surtout qu’à l’inverse d’Avengers, GOTG est objectivement assez loin d’être un film chiant, merdique et purement opportuniste. Alors on est d’accord que ça ne bouleverse complètement ni les productions Marvel ni les films de super-héros (mais en est-ce bien un ?), mais si on ne devait encenser que les films révolutionnaires …

  16. LePhasme

    C’est vrai que le film aurait été tellement meilleur si James Gunn avait apporté un panier d’oranges à John McTiernan… (C’est d’ailleurs le barème de notation officiel de Capture Mag : le nombre d’oranges apportées à McT, objectivité imparable en plus d’être diététique (ah non c’est « diégétique » le mot qu’il faut coller au moins trois fois par papier, zut…))

  17. Rod

    Un bel étron, il était tant que quelqu’un s’élève pour le dire !

    • Jesse Pinkman

      ÉTRON….ta pas du voir beaucoup de films pour qualifier le film d’étron….enfin si ça fait plaisir a certain!!!

  18. Big Mammaire

    Plouf

  19. Havoc

    Euh… Elle serait pas un peu à côté de la plaque votre critique. Je veux dire, je vois bien le point commun avec les Avengers: un film de groupe adapté de l’univers Marvel.
    En revanche pour le reste, j’avoue que je vois très peu de points communs entre les deux films, à moins que l’équipe des Vengeurs se forme aussi au terme d’une scène qui mélange action et humour sans que l’un ne parasite l’autre, tout en présentant les caractéristiques de chaque personnage, le tout au bout de trente minutes de films. Je fais appel à mes souvenirs… la scène de la mort de Coulson..aïe, non, pas ça!!!
    Ah oui, il y a aussi le climax typique des films Marvels, mais aussi de Transformers 3, Star Trek 2 (dont le film est tout de même plus proche dans le déroulement des pérpéties) et donc pas que des films Marvels du coup, ach. Pourquoi retrouve-t-on ce genre de climax dans une bonne partie des blockbusters d’action-aventure récent? Est-ce du aux conditions de productions des effets spéciaux, yé sais pas. En tout cas, la forme générique n’est pas un défaut en soi si elle est bien utilisé, avec par exemple des héros qui agissent en parallèle avant de se retrouver dans un face à face où ils mettent la race au méchant grâce à l’esprit d’équipe.
    En ce qui concerne l’utilisation des références et l’émotion, il me semble que les deux sont liés par le personnage de Star-Lord: un personnage arraché à son monde qui s’y raccroche via les références pop mais il aurait ptet mieux fallu une vraie scène pleine de tristesse avec une chaussure rouge en 3d qui fonce vers la caméra, le tout en grand angle.
    Du coup, la critique ressemble plus à une critique générique des films de Marvel (de merde, excepté Cap Am le soldat d’Ophélie Winter), sans s’intéresser à ce qui fait la spécificité de celui là

  20. runningman

    Pourquoi ne suis je plus étonné par cela……?!!!!

  21. Jesse Pinkman

    Okkkk
    Ce qui me gêne dans votre »critique »…c’est quand que vous parlez du film???
    Non par ce que, mis a part pour dire »Marvel c’est le malllllll », bah j’apprends rien hein.

    Puis vous dites des choses qui sont pas nouveau, puis que vient foudre l’histoire de MCT…(bonjour l’objectivité)…sérieux les gars…

    Est NON, le film n’est pas un ersatz de Avengers(n’importe quoi…mais bon), bref…ça fait plusieurs fois que je vois lis…et pas mal de connerie et de HS sort de vos critique(sur d’autre films)…dommage!

  22. dreef

    Je croyais naïvement qu’il s’agissait d’un site de critiques ciné et non marketing. J’attends toujours la critique du film.

  23. greeengoliath

    Quelle surpise!Woauh! Une fois de plus, Moissakis nous surprend avec son avis qu’on avait pas vu venir six mois à l’avance! Vivement le prochain film de wright qui saura nous emouvoir avec sa sincerité qui rembourre bien du slibard!

  24. Pascal Turbin

    Dans un podcast, je ne sais plus qui traitait le réal de « pute » parce qu’il n’avait pas soutenu les pro-McT. C’est un de ses potes qui avait été espionné. On peut comprendre son point de vue. Quant à l’analyse du film (en bien, en mal) on se demande oú est-elle passée ? Déçu.

  25. Guillaume Duval

    Le film est finalement peu évoqué dans cette critique… C’est un peu frustrant peut-être mais il y a quand même des pistes de réflexion intéressantes. Notamment l’ argument pertinent concernant la référence qui remplaçant l’émotion qui pourrait faire l’objet d’un long développement (peut être lors du podcast)… C’est je crois le problème de ce film… Ici seule importe le discours et les intentions qui nous ont été rabâchés lors de la campagne de presse, mais pas leur réalisation effective dans le film…Même si certains lecteurs râlent, je crois qu’il est absolument nécessaire de rappeler les conditions de production de ces films et la personnalité du réalisateur, surtout après une telle déclaration d’intention… Chapeau au exécutifs de Marvel pour le Beau tour de passe-passe: d’un côté exhiber un réalisateur et un discours si ce n’est « subversif » au moins « décalé » et de l’autre nous refiler un produit sans saveur et sans âme… Pour finir, les commentaires nous invitant à laisser notre cerveau de côté sous prétexte que ce que nous voyons est du pur divertissement me consterne… Quant à savoir si l’auteur de la critique a aimé le film, il me semble pourtant que l’article est assez clair là-dessus… Que faut-il de plus? Un avis chiffré suivi d’une formule lapidaire?

  26. Tangoche

    Ça serait bon d’avoir autant d’ardeur, pour les commentaires, concernant les autres articles de capturemag… On peut rêver, je crois (du coup, quitté à qualifier la ligne éditorial de capturemag de mono maniaque, concernant les marvel, on pourra en dire autant concernant certains commentateurs)

  27. Pieric

    Les gens qui veulent que la critique parle du film et qui accusent limite Stéphane Moissakis de ne pas l’avoir vu ne savent pas lire.
    Même si je ne partage pas à 100% l’avis du critique sur le film, je partage à 300% le dernier paragraphe. Le seul moyen de remédier à ce nivellement serait que Marvel se prenne une grosse gaufre, une seule (à 200 patates de budget, ça doit piquer quand même). Ca remettrait peut-être certaines choses en question. Mais j’ai le sentiment que c’est pas demain la veille.

  28. tangoche

    On va remettre une chose aux claires pour les lecteurs-trices outragé(e)s :

    Une critique n’est pas un avis (même si on peut y trouver, et c’est fourbe, un avis).

    Merci de m’avoir lu.

  29. Moonchild

    Très décu par ce film et par James Gunn qui nous avait habitués à des œuvres autrement plus pertinentes et personnelles.

    Mis à part une facture formelle honorable (vive les couleurs, un peu comme dans Pacific Rim), le film est d’une pauvreté qui tutoie le vide sidéral : des personnages absolument pas travaillés, des situations sans relief (l’évasion de la prison spatiale est d’une rare pauvreté) et des dialogues affligeants (et je ne parle pas que de l’humour débile).

    Ce serait bien que Capture mag évoque quelques films de bonne facture sortis cette semaine, en l’occurrence Enemy, 22 Jump Street ou encore The salvation.

    Je conseille aussi à tout le monde de regarder L’enlèvement de Michel Houellebecq (réalisé par Guillaume Nicloux), disponible sur Arte TV + 7, c’est vraiment excellent, très fin, parfois hilarant (voir les discussion autour de Lovecraft et du Seigneur des anneaux).

  30. Moi

    Ce que dit l’article est assez vrai. Malgré tout, il manque la moitie de la critique, celle qui parle du film en lui-même.

  31. Seb le Babe

    Salut à tous
    En tant que lecteur assidu et adhérant très souvent à la ligne de capture, je considère pour ma part que la critique en dit assez sur le film. Je ne l’ai pas vu et attendait de savoir s’il y avait du neuf chez Marvel. Apparemment non ou si peu.
    Au vu des autres critiques des marvels que j’ai pu voir qui exprimaient bien souvent mon propre avis,je trouve l’article assez complet pour se faire une assez bonne idée du film. Je changerais peut-être d’avis en le voyant, mais comme je vais pas m’y précipiter on verra ça plus tard.
    Tout ça pour dire que je trouve moi aussi certaines réactions exagérées et particulièrement stériles.
    Maintenant si c’est suffisant qu’un film soit un peu moins nul que les autres pour le défendre aussi passionnément, alors Kevin feige a tout compris et on est loin du renouveau du film de super héros.

  32. John Atroomi

    « Maintenant si c’est suffisant qu’un film soit un peu moins nul que les autres pour le défendre aussi passionnément »

    sauf que t’en sais rien vu que l’as pas vu…

  33. Jerome M.

    La critique de Stephane Moissakis est validee par les reactions: un certain nombre de personnes deplorent le fait que l’article ne parle pas du film lui-meme et ne s’attarde que sur le placement marketing de son
    « concept risqué ». Car Marvel ne prend effectivement aucun risque: parler de ‘risque’ a tout-va au cours de la promo est un discours bien huilé prepare par les services marketing de Disney/Marvel. Comme les personnages sont peu connus, on cherche a nous inviter a aller verifier par nous-memes si l’ « audace » du studio est payante, apers nous avoir regale d’une serie de films (phase 1 et 2 confondus) qui commencent gentiment a se conformer les uns aux autres.
    La seule reponse qui semblent interesser le public, c’est : « est-ce que le film il est bien? » (si vous cherchez un avis purement subjectif, direction Tele7Jours rubrique sorties week-end!) alors qu’au fond, le public est deja tellement habitué aux normes Marvel que son avis est deja etabli avant meme d’entrer dans la salle (on aime les Marvel ou on les trouve creux – de toutes facons, depuis que Whedon est devenu le superviseur de cet univers, tous les films sont effectivement issu du meme moule a idees).
    Merci donc a Moissakis de tenter de decrypter et dejouer le discours marketing de Marvel, meme si certains semblent avoir du mal a admettre que les films Marvel soient un peu devenus le coca du 7eme art: on sait que c’est mauvais pour la sante, mais on ne peut pas s’empecher de trouver ca cool. Alors forcement, on en veut aux critiques qui osent nous gacher notre plaisir coupable!

    Go Stephane Go!

  34. Je tient à remercier personnellement Stéphane pour cette critique. Face à un tel consensus de la part de la presse et du public, il fallait que ce soit écrit (même s’il n’est pas le seul à rentrer dans le lard de cet insupportable film).

  35. Florian

    C’est bizarre comme on pardonne à GOTG ce que l’on a reprocher à PACIFIC RIM.

    En gros GOTG, c’est fun donc c’est génial et PACIFIC RIM c’est fun donc c’est bête ??? !

    A la différence près que Del Toro respecte à la lettre son postulat et ses promesses (et aussi la culture geek accessoirement même si je n’aime pas trop parler comme ça) là où GOTG est vendu sur des promesses qu’il ne tient jamais !

    Alors oui GOTG c’est sympa, mais je reste 100% d’accord avec Stéphane sur sa critique !

  36. Havoc

    @Florian
    Le reproche fait à Pacific Rim c’était d’être fun donc bête… mmmhhhh.
    Sinon les promesses d’un film: ça veut dire quoi? Ça compte? On s’ en fout en fait, non?

    • Florian

      @Havoc..

      Comprend pas ta première phrase… Oui bon nombre de critiques ont reprochés au film d’être juste un film avec des robots qui se bastonnent… pour moi on ne peut pas reprocher au film d’être exactemetn ce qu’il promet…

      Deuxièmement oui, les promesses d’un film ca compte. Quand on te promet un film d’épouvante et que ca te fait marrer et bin c’est raté. Quand on te promet un film drôle et que ça ne l’est pas c’est raté.
      Là on m’a vendu un film qui parle de héros à la marge, un film de super-héros décalé et qui sort du moule… Et bin non, c’est juste une prod marvel de plus… certes plus réussi que les autres quoique…

      Comme disait yannick Dahan pour Avengers, oui on passe un bon moment mais ça reste un mauvais film de cinéma (et j’insite sur le « de cinéma », c’est pas un épisode de Buffy, que j’aime beaucoup par ailleurs).

  37. Seb le Babe

    Effectivement, je ne l’ai pas vu et je ne demande qu’à être agréablement surpris lorsque je le verrai.
    Ma dernière remarque était plutôt un sentiment général.
    Il me semble en effet que le public et notamment les amateurs de cinéma de genre, réputés exigeants voire trop exigeant à une époque, ont méchamment revu leurs aspirations à la baisse ces dernières années.
    Je pense entre autre aux défenseurs des derniers Ridley Scott, de Robert Rodriguez, de Zack Snyder ou de l’inénarrable Guy Ritchie …
    Voilà, tout ça pour dire que je ne me serais jamais permis de critiquer un film sans l’avoir vu. ( sinon j’irais postuler chez télérama … ).

  38. Havoc

    @Florian

    Concernant ma première remarque: tu prêtes un discours aux detracteurs, « fun donc bête », qui me parait un peu fantasmé, comme le « c’est nul pcq il y a des robots qui se battent ».

    Pour le deuxième point, je veux juste clarifier un truc, quand tu dis « on me promet », « on m’a vendu », tu parles du marketing, du genre abordé (qui conditionnerait in fine le traitement) ou d’autre chose (le parti pris du film par exemple).

    • Florian

      @Havoc, je parle des promesses du réal, donc du marketing, mais bon le genre abordé est celui qui nous a été vendu, donc je vois pas trop de différence dans le cas de GOTG…

      Pour résumer le film se veut être ce qu’on nous vend sauf qu’au final ce n’est ni subversif, ni différent de ce que nous livre Marvel d’habitude…

      Mais on passe un agréable moment je le répète. Sauf que je trouve ça rageant de voir des gens s’enthousiasmer comme ça sur un film tout juste au dessus de la moyenne…

      Je ne fantasme pas le discours de certains détracteurs (je dis bien certains), notamment ceux qui se veulent « geek » et qui disait en gros que c’était fun donc bête… sauf que j’ai pas l’impression d’avoir vu un film bête (c’est sur que c’est pas Citizen Kane non plus hein !)

      • Florian

        Pour le dernier paragraphe je parlais de Pacific Rim, désolé de ne pas l’avoir précisé.

  39. Havoc

    Daccord, du coup comme je me contrebranle des declarations d’intention, du marketing quand je vais voir un film, on risque pas de s’entendre. (Ils ont vraiment vendu le film comme subversif, un film à 150 millions de dollars!!!) Par contre, je trouve le film franchement different des autres prods Marvel, à un Cap Am 2 près. Certes il en reprend des éléments mais en bien. En gros, le melange action/humour fonctionne vachement mieux. L’humour ne se fait jamais au dépend des persos, genre Robert Downey Junior fait pipi ds sa combi (rires). Et au niveau des éléments essentiels de l’intrigue, il ne faut pas 5 films plus une heure trente et un element federateur tout moisi pour voir l’équipe des gardiens se constituer. Ici 30 minutes suffisent et en plus cela se fait au terme d’une très chouette séquence.

    Sinon, je comprends pas comment les gens ont pu s’emballer sur un film de gros robots contre des monstres, tourné dans l’eau et le noir et qui rend un vibrant hommage à Emmerich. Comme quoi.

  40. q-tip

    Le film n’est pas foncièrement mauvais , mais c’est vrai que les studio derrière et toute la démarche mercantile qui entour le film a tendance a le rendre antipathique . Pour moi les Gardiens de la galaxie est une simple comédie dans l’espace, il faut le voir comme ça et je ne pense qu’il est la prétention d’être plus que ça , il n’y a de S-F que les effets speciaux certes très beau et la production design vraiment top mais voila a coté de sa le scénario est très creux ,les personnages agissent de manière assez mécanique tout comme le tissement de leurs relations , mais ils sont attachants . Mais moi le plus gros probleme que j’ai avec le film (même si au fond j’men tape hein) c’est son infantilisme , c’est vraiment une comedie pour mioche de 12 ans quoi , Drax est juste ridicule , c’est censé être le personnage au trauma familial grave (sa femme et sa fille ont quand meme étaient tués) et le gros bad-ass de la bande et ils en font un simplet au grand coeur et a la sensibilité débordante qui se prend une branler en 2 temps 3 mouvements par le bad guys du film dés leurs premier rencontre.., donc voila sa casse pas trois patte a un canard c’est sympathique surtout pour les ados ,et c’est plutot divertissant ..

Laissez un commentaire