MISE DE DÉPART

Lentement mais sûrement, Jason Statham continue de mener sa carrière cinématographique vers les rives du DTV qui sort en salles, en s’entêtant à apparaître dans des projets qui ne semblent pas taillés pour tirer partie de ses capacités, quand bien même ils se montent sur son nom. Comme CRAZY JOE, JOKER en est encore un exemple frappant.

Remake du film BANCO (réalisé par Dick Richards et interprété par Burt Reynolds), JOKER reprend plus ou moins la même trame signée William Goldman, à quelques coups de lattes près. Cette fois, Jason Statham incarne Nick Wild, un chaperon qui surveille les frêles joueurs de Las Vegas contre les personnes mal intentionnées rodant autour des tables de jeu. Lorsque son amie Holly (Dominik García-Lorido) l’appelle, il accourt tel un chevalier servant et accepte de lui permettre d’assouvir sa vengeance : celle-ci a été violée et battue par Danny DeMarco (Milo Ventimiglia) et souhaite lui rendre la monnaie de sa pièce. Problème : Danny est protégé et Nick s’est mis dans de beaux draps en acceptant d’aider son amie.

Image de prévisualisation YouTube

Malgré ce que laisse suggérer la bande-annonce ci-dessus, l’intrigue minimaliste imaginée par Goldman mise tout sur l’ambiance, celle du Las Vegas interlope et peuplé de personnages louches. C’est pourquoi JOKER s’offre un joli casting de seconds rôles qui viennent rapidement faire une petite panouille dans des emplois soi-disant savoureux. Malheureusement, la présence successive de Sofia Vergara, Max Casella, Jason Alexander ou Stanley Tucci ne relève pas vraiment le niveau. Si Jason Statham lui-même fait la blague (il n’a cependant rien à défendre), ce gros bourrin de Simon West semble vraiment se demander pourquoi un tel projet lui a été confié, étant donné qu’il est totalement incapable de retranscrire l’atmosphère des lieux. Preuve en est que sa caméra se déchaîne dans les trois petites scènes de baston totalement anecdotiques du film, comme s’il s’agissait impérativement des passages les plus importants de la bande-annonce, heu… de l’intrigue. Pour le reste, JOKER n’est finalement qu’une légère modernisation de BANCO, qui était déjà un piètre film dont le bide a participé à enterrer la carrière de Burt Reynolds pendant quelques années. Espérons que ce remake ne produise pas le même effet sur celle de Jason Statham, mais ça devrait aller étant donné qu’il vient tout juste de signer pour la suite du FLINGUEUR… Comment ça, non ?

TITRE ORIGINAL Wild Card
RÉALISATION Simon West
SCÉNARIO William Goldman
CHEF OPÉRATEUR Shelly Johnson
MUSIQUE Dario Marianelli
PRODUCTION Steve Chasman
AVEC Jason Statham, Michael Angarano, Dominik García-Lorido, Hope Davis, Milo Ventimiglia, Max Casella, Stanley Tucci, Jason Alexander, Sofia Vergara, Anne Heche…
DURÉE 93 mn
DISTRIBUTEUR La Belle Company
DATE DE SORTIE 14 janvier 2015

Pas encore de commentaire

Laissez un commentaire