MÉSENTENTE CORDIALE

Une comédie au pitch classique et archi-rebattu peut-elle donner lieu à un film vraiment drôle ? C’est ce que confirme NOS PIRES VOISINS de Nicholas Stoller, qui débarque dans nos salles cette semaine, après avoir fait un énorme carton aux États-Unis en mai dernier.

Au sein de la comédie américaine moderne, la voix de Nicholas Stoller est souvent associée à la famille Judd Apatow, ce qui semble totalement légitime puisque le jeune réalisateur s’est fait connaître avec les productions de son mentor, à savoir les excellents SANS SARAH RIEN NE VA, AMERICAN TRIP et 5 ANS DE RÉFLEXION. Toutefois, le jeune auteur a su s’émanciper de l’influence du mogul de la comédie pour écrire les deux récents films des MUPPETS, ainsi que les véhicules de son ami Jason Segel (récemment, SEX TAPE). Si ces titres sont évoqués, c’est parce qu’ils dénotent d’une certaine façon de penser qui sort clairement des canons moraux de la comédie américaine. Par exemple, AMERICAN TRIP (titre français stupide de GET HIM TO THE GREEK) diffuse un mal-être anxiogène assez étonnant, y compris au sein d’une production Apatow, et 5 ANS DE RÉFLEXION va clairement contre les idées reçues sur le mariage et ses obligations, ce qu’aucune autre comédie romantique n’oserait se permettre aujourd’hui, de peur de s’aliéner son public. C’est pourquoi l’aspect classique de NOS PIRES VOISINS étonne au premier abord, à la fois dans l’antagonisme mis en place comme dans la dynamique morale, qui donne finalement raison aux jeunes parents qui font tout pour se débarrasser des membres de la fraternité qui viennent de s’installer dans la maison d’à-côté. Il faut dire que Stoller n’est pas responsable du scénario, et que le film porte clairement la patte de Seth Rogen, vedette et producteur de la chose. De fait, pour celui qui connaît bien la carrière de Rogen et certaines de ses obsessions récurrentes (la fumette, le cul), NOS PIRES VOISINS s’inscrit dans la norme des comédies de la star, sans jamais vraiment surprendre. Si ce n’est que le film est tout de même infiniment plus drôle que C’EST LA FIN ou THE GREEN HORNET.

Image de prévisualisation YouTube

Si la ligne directrice de NOS PIRES VOISINS a le mérite d’être assez claire et définie, elle permet surtout à Nicholas Stoller de se concentrer sur les personnages pour les rendre suffisamment attachants, et donc de faire ressortir l’essence comique du sujet. En effet, si le film propose certaines des scènes les plus drôles de l’année, c’est bel et bien parce que celles-ci se reposent sur une thématique générationnelle d’autant plus intéressante que le film traite clairement de l’écart entre les deux groupes, à peine séparés par quelques années de différence. L’aspect « méta » totalement fainéant de C’EST LA FIN prend ici tout son sens dans l’emploi de l’humour référentiel, comme lors de cette fête à thème Robert De Niro ou les invités confondent les films et les citations, ou encore dans cette querelle pour savoir quel est le meilleur interprète de Batman, entre Michael Keaton et Christian Bale. L’humour cru (une baston à coups de sexes turgescents imprimés en 3D) est ainsi doublé d’une approche sociologique plutôt pertinente dans sa manière de faire ressortir des différences de mentalité qui amènent fatalement à une guerre de voisinage aux proportions épiques. Bref, NOS PIRES VOISINS ne paye pas de mine mais a le mérite de se concentrer exclusivement sur son sujet, sans perdre de vue sa fonction de comédie fédératrice. À partir de là, même la petite pirouette morale finale (et la « punition » infligée au cancre Zac Efron) ne remet pas vraiment en cause les bons moments prodigués par Seth Rogen et sa bande. On valide !

À LIRE ÉGALEMENT
Notre critique du film LES MUPPETS – LE RETOUR
Notre critique de 5 ANS DE RÉFLEXION
Notre critique de C’EST LA FIN

TITRE ORIGINAL Neighbors
RÉALISATION Nicholas Stoller
SCÉNARIO Andrew J. Cohen & Brendan O’Brien
CHEF OPÉRATEUR Brandon Trost
MUSIQUE Michael Andrews
PRODUCTION Evan Goldberg, Seth Rogen & James Weaver
AVEC Seth Rogen, Rose Byrne, Zac Efron, Dave Franco, Ike Barinholtz, Carla Gallo, Christopher Mintz-Plasse…
DURÉE 97 mn
DISTRIBUTEUR Universal Pictures International France
DATE DE SORTIE 06 août 2014

3 Commentaires

  1. Moonchild

    Petite déception : film assez moyen, pas super drôle malgré quelques moments sympathiques, référentiels, et surtout très paresseux, voire hésitant dans son écriture (le film lorgnerait-t-il par moments du côté de l’abominable Projet X ?).

    Nicholas Stoller nous avait habitués à bien mieux : les plus adultes et profonds Sans Sarah rien ne va et 5 ans de réflexion et le plus original et déjanté American trip.

    PS : pour ma part, je préfère assez largement C’est la fin.

    Re(PS) : je profite de l’actualité de Seth Rogen pour signaler un excellent film auquel il participe et que j’ai découvert récemment : il s’agit de Take this waltz de Sarah Polley (tendre, touchant, déchirant par moments, inventif visuellement), avec en plus une magnifique Michelle Williams.

  2. baka

    Bonjour
    J’ai une question: y a t’il un montage FR différent de l’US? quand on mate le trailer US ya des scènes inédites dans la version FR.

    sinon marrant mais bien trop conformiste

  3. Fest

    Vu.

    J’ai ri mais j’ai ri ! Bon client de Rogen à la base mais là c’est du bon. Et Ephron est excellent (et fait bien Christian Bale).

Laissez un commentaire