L’HOMME LE PLUS FORT DU MONDE

En 2012, la cage octogonale a définitivement remplacé l’arène des gladiateurs, et peut-être même le ring de boxe où au siècle dernier la foule clamait des légendes comme « The Greatest » Mohamed Ali ou « Iron » Mike Tyson. À travers le monde, l’UFC (Ultimate Fighting Championship) est devenu la fédération incontournable pour tout combattant désirant s’imposer comme « L’homme le plus fort du monde », rien que ça. À la demande de THQ, les développeurs de Yuke’s rempilent donc pour une troisième édition de UFC UNDISPUTED, permettant ainsi aux joueurs de devenir virtuellement le combattant ultime. On l’attendait frappée du millésime 2011, mais ce nouvel opus débarque aujourd’hui avec un peu de retard, d’ou le titre UFC UNDISPUTED 3, signe de changements dans la continuité.

Si les deux précédentes éditions de UFC UNDISPUTED (2009 et 2010 donc) mettaient l’accent sur une simulation sportive pointue – voir un peu trop – les développeurs de Yuke’s ont décidé de revoir leur copie en 2012, pour se concentrer sur l’essentiel, à savoir le combat. Un gameplay déjà fin et complet nécessitait de passer trois quarts d’heure sur le tutorial, puis d’ajouter trois quarts d’heure supplémentaires pour créer votre avatar… pas le meilleur moyen pour entrer dans le vif du sujet. C’est désormais de l’histoire ancienne, grâce à deux systèmes de commande : celui que les habitués connaissent déjà et un autre destiné aux débutants. Le mode carrière est maintenant simplifié et renforcé : fini l’agenda à tenir et les points de compétences à attribuer manuellement, d’autant que toutes les phases d’entrainement sont accessibles au joueur, lui permettant par là même de progresser en même temps que son avatar. Ceci favorise une proximité avec son alter-égo virtuel qui n’a jamais été aussi poussée, ce qui est d’autant plus surprenant dans un jeu de sport (de baston ?) qui n’exploite pas de ficelles narratives. Le joueur découvre et met ainsi en place toute la complexité nécessaire pour tenir un combat de MMA (Mixed Martial Arts), et réalise à quel point la stratégie a son importance, même entre les chocs « d’os et de tendons ». Toujours dans le souci de plonger le joueur dans l’univers sportif des MMA, le mode carrière se voit ponctué de témoignages vidéo de champions qui livrent des discours sur la victoire, la défaite, l’accès au titre de champion, autant d’enregistrements qui se débloquent au gré de votre évolution. Autre nouveauté de taille, le PRIDE, fédération autrefois concurrente de l’UFC, est ici à l’honneur, aussi bien en mode carrière que dans les autres modes, ce qui permet de revivre, manette en main, les combats légendaires du MMA dans les deux organismes. La présence du PRIDE ajoute ainsi une forme de prestige à UFC UNDISPUTED 3 (des grands noms du sport sont passés par là, comme Bob Sapp, Kevin Randleman ou tout simplement Royce Gracie, l’homme à l’initiative des MMA), en même temps qu’il permet de varier les plaisirs dans le gameplay : en effet, la différence entre L’UFC et le Pride ne tient pas seulement à la forme géométrique de l’aire de combat, mais surtout aux règles plus radicales et clairement orientées vers la recherche du K.O ou de la soumission, dans le cas de cette dernière fédération. Cependant, là où le bât blesse, c’est que peu de combattants de légende sont disponibles dans les deux cas, et pour l’heure seulement quatre têtes supplémentaires sont déblocables, dont deux déjà rôdées sur les précédentes éditions. Des titres comme les UFC UNDISPUTED ne peuvent pas rester insensibles au besoin de se mesurer à « Fedor » Emilianenko, Ken « The World’s Most Dangerous Man » Shamrock (et son frère Frank) et d’autres membres de la famille Gracie (notamment Rickson et sa réputation invérifiable de combattant invaincu). Et ce, sans compter sur les talents féminins du MMA qui ne sont tout simplement pas représentés, comme Gina Carano (une future star de cinéma qui vient de tourner en tête d’affiche dans HAYWIRE de Steven Soderbergh) et Kyra Gracie (oui, c’est une grande famille). On peine pourtant à croire que les gameuses ne sont pas intéressées par le sujet.

Mais en définitive, UFC UNDISPUTED 3 demeure la meilleure simulation de MMA sur console, voire un aboutissement dans le jeu de baston en général. La fluidité des échanges et des impacts est réussie mais perfectible, cependant au-delà de l’aspect physique du jeu, c’est bel et bien la communion entre le joueur et son avatar qui permet de garantir le réalisme accru des combats. L’expérience pourrait même se comparer à la première vision de ROCKY : vous assistez à la progression de votre combattant, vous suez avec lui, vous évoluez en même temps que lui et vous vibrez même plus en combat que devant le final contre Apollo Creed, puisque vous voulez mener votre « poulain » à la victoire coûte que coûte, et la moindre erreur peut faire basculer le cours du match. Maintenant doté d’un gameplay complet et accessible, la franchise UFC UNDISPUTED compte parmi les incontournables du genre, et  il est même rarissime de trouver un titre qui offre une telle sensation d’aboutissement en jouant sur l’effort, l’intelligence et la connaissance du « soi digital ». Balaise !

Pas encore de commentaire

Laissez un commentaire