LENDEMAIN DE CUITE

La sortie en DVD et Blu-Ray de VERY BAD TRIP 3 permet de questionner la véritable popularité de cette franchise qui a connu un succès inattendu avec le premier opus voici quatre ans, mais qui ne semble plus vraiment intéresser grand monde aujourd’hui, ses instigateurs en premier lieu !

Présenté comme un cinéaste controversé à ses débuts, notamment pour son documentaire punk HATED : GG ALLIN & THE MURDER JUNKIES et ses deux premières comédies classées « R » (les très sympas ROAD TRIP et RETOUR À LA FAC), Todd Phillips se sera cherché sur une étrange adaptation cinématographique de STARSKY & HUTCH (dont les meilleurs gags n’ont aucun rapport avec la série !) et la comédie L’ÉCOLE DES DRAGUEURS, avec Billy Bob Thornton en chantre de la masculinité absolue érigée en mode de vie. C’est avec VERY BAD TRIP que le cinéaste trouve le véritable succès, et d’une certaine manière qu’il finit par vraiment rentrer dans le rang. Le carton de VERY BAD TRIP est soudain, mais il n’est pas vraiment difficile à expliquer. En effet, son point de départ (un enterrement de vie de garçon aux conséquences désastreuses et dont personne ne se souvient, biture oblige) est suffisamment universel et riche en promesses scabreuses pour convaincre les spectateurs du monde entier du potentiel comique d’une telle situation, en admettant qu’ils ne l’aient pas vécue eux-mêmes avec un certain embarras. Peu importe d’ailleurs ce qui est véritablement arrivé au final, étant donné que les faits sont balancés dans le générique de fin du film, sous forme de photos graveleuses, ce qui constitue au passage le moment le plus amusant d’une comédie finalement plus convenue qu’elle ne voudrait bien y paraître.

Hangover302Malgré tout, VERY BAD TRIP apparaît comme un film concept difficile à décliner en véritable franchise, du moins si on veut en conserver l’attrait initial. De fait, le second film aura été particulièrement critiqué pour son manque total de prise de risque, puisqu’il reprend les grands moments du film original et les duplique dans un autre contexte : nous ne sommes plus à Las Vegas, mais cette fois-ci à Bangkok, dans une situation parfaitement similaire. Conscient qu’il ne peut pas forcément refaire le même film à chaque fois, Todd Phillips avait prévenu qu’il allait casser le moule avec VERY BAD TRIP 3, et faire en sorte de boucler la boucle, avec un retour à Las Vegas faisant office de réminiscence du premier film. Seulement voilà, sous couvert de connecter l’intrigue de VERY BAD TRIP à cette nouvelle suite, Todd Phillips et son scénariste Craig Mazin prétextent une intrigue criminelle liée à Mr. Chow, ce personnage très populaire depuis son apparition dans le premier film (et insupportablement interprété par un Ken Jeong en roue libre). Il n’est donc plus question de biture, ou du moins de moments embarrassants, et la plupart des gags de ce troisième opus n’émanent jamais de l’intrigue principale, au potentiel comique très limité. Il semble au contraire que Phillips compte sur la popularité de la franchise et des personnages pour faire passer la pilule, sans recourir à une véritable charpente de comédie, ni même proposer quelque chose de nouveau. Les situations comiques s’enchaînent sans aucun fil conducteur (la girafe décapitée, la voix d’ange d’Alan, l’évasion de Mr. Chow, etc.) et les connexions avec l’intrigue d’origine (dont un retour à Las Vegas en guise de climax) ne débouchent finalement jamais sur des séquences mémorables, comme lorsque le « Wolf pack » retrouve le bébé du premier film pour une séquence qui aboutit… nulle part.

Image de prévisualisation YouTube

Si le succès du premier film est compréhensible, l’échec (relatif, puisque le film reste malgré tout rentable) de ce troisième opus était encore plus prévisible : en se reposant sur des acquis qu’il ne remet pas en question, tout en abandonnant ce qui faisait le sel du film original (ne pas donner les réponses et multiplier les situations rocambolesques), Todd Phillips signe une suite qui pense s’adresser aux fans du premier film (la nuance est subtile), tout en laissant d’éventuels nouveaux spectateurs sur la route. Et surtout, le vrai problème est là : VERY BAD TRIP 3 n’est pas drôle. Et finalement, il n’y a rien de plus sinistre qu’une comédie pas drôle.

TITRE ORIGINAL The Hangover Part III
RÉALISATION Todd Philips
SCÉNARIO Todd Philips & Craig Mazin
CHEF OPÉRATEUR Lawrence Sher
MUSIQUE Christophe Beck
PRODUCTION Todd Phlips & Daniel Goldberg
AVEC Bradley Cooper, Ed Helms, Zach Galifianakis, Ken Jeong, John Goodman…
DURÉE 1h36
DATE DE SORTIE 29 mai 2013 (en salles en France) 02 octobre 2013 en DVD / Blu-Ray
BONUS
Scènes coupées
Les auditions secrètes pour le remplacement de Zach
Les cascades les plus folles de la meute
Interview de Zach Galifianakis
Le tournage de 2 scènes clés
Compilation des scènes d’action
Lumière sur le vrai Chow
Bêtisier

Pas encore de commentaire

Laissez un commentaire