DÉROUILLE ET D’OS

Les licences de jeux vidéo canoniques sont-elles forcément tributaires de leur image de marque ? Avec MORTAL KOMBAT X, les développeurs de NetherRealm Studios veulent démontrer qu’il est possible de prendre un matériau farfelu pour en tirer quelque chose de substantiel. Et contre toute attente, ça marche !

MORTAL KOMBAT X est un vrai bon jeu de combat, il faut que ce soit dit. Concrètement, cela signifie que les développeurs de NetherRealm Studios (déjà en charge du reboot de 2011) ont optimisé la profondeur du gameplay, qui peut s’avérer suffisamment technique pour proposer un véritable challenge (rien que les fatalités sont chiantes à placer) tout en restant abordable pour ceux qui veulent juste arracher la tête de leur prochain en appuyant sur tous les boutons à la fois. Et le tout en 60fps, pour accentuer la fluidité des combats. De plus, ceux qui ont déjà tâté le précédent jeu savent à quel point les développeurs de NetherRealm peuvent s’avérer généreux en contenu, proposant quelques petites nouveautés comme la possibilité de placer des « brutalités » plutôt gores, des variations pour chaque personnage, un mode multijoueur solide ainsi que des multiples tours et challenges, rajoutant même ici quelques petites notions de RPG en proposant aux joueurs de rejoindre différentes factions pour leur offrir une expérience et des enjeux supplémentaires. Bref, le package est complet et il y a vraiment de quoi s’amuser pendant des heures, à tel point qu’on se demande même l’intérêt de rajouter ici un mode histoire (comme sur le reboot) au sein d’un jeu de combat ou chaque round dépasse rarement la minute réglementaire. Seulement voilà, si le précédent MORTAL KOMBAT jouait clairement la carte de la nostalgie régressive, du clin d’œil beauf et du second degré assumé dans son intrigue largement inspirée par les trois premiers jeux (et les deux séries Z qui sont sorties sur grand écran), cette suite prend au contraire le parti de rendre la mythologie crédible, sans jamais chercher à la dénaturer pour autant. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que le résultat est plutôt étonnant !

Loin de jouer la carte pseudo-réaliste et noire (façon Christopher Nolan du pauvre) de la web-série qui a accompagné la sortie du précédent jeu, MORTAL KOMBAT X assume au contraire la mythologie hautement fantaisiste de la licence, pour la tirer vers le haut. L’intrigue reste classique (il s’agit d’empêcher Shinnok de conquérir la Terre) mais le fait qu’elle se situe vingt ans après les événements du précédent jeu permet justement aux auteurs de se démarquer en matière de tonalité : les personnages phares de la saga prennent quelques cheveux gris et gagnent en maturité, les nouveaux personnages affichent un charisme évident (on pense notamment au pistolero Erron Black et à la brute Torr, dirigée par le petit combattant Ferra) et les relations conflictuelles entre les différents protagonistes prennent des tournures dramatiques qui les rendent un peu plus humains et attachants. C’est ainsi que la rivalité entre Scorpion et Sub-Zero prend une tournure solennelle (d’autant que les deux ninjas sont présentés à visage découvert) ou encore que la relation amoureuse entre Johnny Cage et Sonya Blade (plus pudique qu’à l’accoutumée) possède quelques accents mélancoliques étonnants. Cette approche a le mérite de valider l’intérêt d’un mode histoire qui offre aux joueurs une bonne raison de se battre, pour ainsi dire. Mieux encore, cette petite couche de caractérisation bienvenue tend à crédibiliser certains des aspects les plus farfelus de MORTAL KOMBAT X, au point de rendre certaines séquences gores particulièrement dégoutantes : on pense notamment à la mise à mort de Mileena, dont le visage est bouffé de l’intérieur par une nuée de guêpes.

La mise à mort particulièrement graphique de Mileena :

Image de prévisualisation YouTube

Difficile de savoir si MORTAL KOMBAT X fera office d’opus canonique au sein d’une licence dont l’image de marque est particulièrement extravagante (et il y a ici encore quelques restes). Mais sous cette forme, le jeu démontre qu’il est possible de détourner n’importe quel concept – aussi stupide qu’il puisse paraître – pour en tirer quelque chose de relativement cohérent. Vu que la tendance contraire est à la mode, on ne va pas se plaindre d’être surpris, qui plus est par un dixième MORTAL KOMBAT !

À LIRE ÉGALEMENT

Notre critique du reboot de MORTAL KOMBAT
Notre critique de INJUSTICE : LES DIEUX SONT PARMI NOUS

TITRE ORIGINAL Mortal Kombat X
GENRE Combat
ÉDITEUR Warner Bros Interactive
DÉVELOPPEUR NetherRealm Studios
CONSOLE Xbox 360 / Playstation 3 / Xbox One / Playstation 4 / PC
DATE DE SORTIE 14 avril 2015

2 Commentaires

  1. Fest

    Ca a l’air sympa, dommage que je soit une quiche.

  2. J’aimais bien le précédent sur PS3, en 3D ça claque…

Laissez un commentaire