CRÉATURES TERRESTRES

Peter Jackson a accepté de produire un documentaire aussi révoltant que captivant sur l’une des plus grandes erreurs judiciaires (mais jamais reconnue comme telle) qu’ait connu l’Amérique au cours de ces dernières décennies : l’histoire tragique et surréaliste des West Memphis Three, trois adolescents accusés à tort par des policiers insouciants et des juristes carriéristes d’un horrible triple meurtre. Ce documentaire, baptisé WEST OF MEMPHIS, est sorti en DVD il y a quelques jours dans les bacs. À voir pour comprendre comment un système corrompu peut arriver à broyer gratuitement des individus innocents.

Le documentaire sur les erreurs judiciaires est pratiquement un genre à part entière. Avec ses vilains petits canards (qui se drapent un peu trop facilement dans une indignation a posteriori) et ses réussites incontestables (le formidable DOSSIER ADAMS d’Errol Morris, qui parvint à faire sortir du couloir de la mort Randall Adams, condamné pour un meurtre qu’il n’avait pas commis). WEST OF MEMPHIS fait indéniablement partie de la seconde catégorie. Couvrant la période allant de 1993 à 2012, le film d’Amy Berg raconte par le détail le calvaire judiciaire de trois adolescents : Damien Wayne Echols, Jason Baldwin et Jesse Misskelley, également connus sous le nom des « West Memphis Three » – du nom de la petite ville où ils habitaient, située dans l’état de l’Arkansas. Le 6 mai 1993, les corps attachés et mutilés de trois petits garçons de 8 ans – Steve Branch, Michael Moore et Christopher Byers – sont retrouvés dans un cours d’eau. Dans les heures qui suivent, Echols, Baldwin et Misskelley sont arrêtés. Respectivement âgés de 18, 16 et 17 ans, ces trois adolescents en difficulté sont des jeunes « white trash » qui ont grandi dans les « trailer parks » insalubres de la banlieue de West Memphis. Amateurs de hard rock et affichant un comportement à la limite de la délinquance, ils sont suspectés sur la seule base de leur mauvaise réputation. Le majeur de la bande, Echols, est le meneur, tandis que Baldwin, plus timide, et Misskelley, mentalement déficient, sont décrits comme les suiveurs de leur aîné. Un élément va permettre à l’accusation de monter la culpabilité des trois ados en épingle : les aveux de Misskelley, qui accrédite la thèse du crime sataniste, obtenus à la suite d’un interrogatoire au cours duquel les policiers soufflent au garçon ce qu’il a à dire. Ce qui n’est pas bien difficile étant donné que Misskelley a l’âge mental d’un enfant de 7 ans et qu’il ne saisit aucunement les conséquences dramatiques de ses paroles, prononcées uniquement pour qu’on le laisse tranquille.

Image de prévisualisation YouTube

À partir de là, l’accusation, les médias et l’opinion publique vont s’engouffrer dans la brèche du procès en sorcellerie, aboutissant à une condamnation d’emprisonnement à perpétuité pour Baldwin et Misskelley, et à une condamnation à mort pour Echols. En 1996, 2000 et 2011, les réalisateurs Joe Berlinger et Bruce Sinofsky avaient réalisé pour la chaîne de télé HBO une trilogie de documentaires intitulée PARADISE LOST, qui mettait à mal la thèse de l’accusation et qui montrait comment le procès avait été mené de manière totalement partiale et aléatoire. WEST OF MEMPHIS permet de faire le point sur l’ensemble de l’affaire et de montrer comment, au fil des ans, la mobilisation de citoyens choqués par le destin des West Memphis Three (y compris des personnalités comme les chanteurs Henry Rollins et Eddie Vedder ou l’acteur Johnny Depp) a abouti à la libération des trois condamnés. Peter Jackson et sa femme Fran Walsh ont également fait tout ce qu’ils ont pu pour faire connaître cette terrible injustice, produisant notamment ce documentaire tandis que le réalisateur du SEIGNEUR DES ANNEAUX y apparaît en tant qu’intervenant. Tout au long des 2h20 que dure le film, on se surprend à écarquiller les yeux devant l’indigence du procès mené par un procureur d’un cynisme effrayant (qui avoue en coulisses qu’il ne s’agit pas d’un crime sataniste tout en martelant l’inverse devant la Cour), un juge qui travaille main dans la main avec le procureur de manière totalement décomplexée et des experts corrompus et incompétents (le médecin légiste qui a obtenu son diplôme dans une pochette surprise et dont l’expertise ubuesque sera ultérieurement contestée par plusieurs légistes professionnels outrés !) Peu à peu se dessine le portrait d’un système judiciaire dans lequel certains juges et procureurs (élus par le peuple, rappelons-le) n’hésitent pas à manipuler les faits et envoyer un adolescent innocent à la mort pour servir leur carrière politicienne. Une histoire d’autant plus choquante que Terry Hobbs, le beau-père du petit Steve Branch, celui que tout désigne comme le vrai coupable (les tests ADN, les témoins l’ayant vu en compagnie des trois enfants peu de temps avant le meurtre et ses déclarations contradictoires), n’a jamais été réellement inquiété et fut même protégé par les autorités policières locales qui le connaissaient bien. Aujourd’hui encore, il est libre et ne fait l’objet d’aucune poursuite alors que les trois innocents condamnés ont dû accepter un accord kafkaïen pour pouvoir sortir de prison : un cas de figure rarissime dans lequel les condamnés doivent reconnaître leur culpabilité pour pouvoir être libérés ! Un accord tragique également car, de fait, la justice tenant donc des coupables, elle ne devrait engager aucune nouvelle procédure à l’encontre de Hobbs et les West Memphis Three ne devraient donc jamais être innocentés !

Ce documentaire choc est servi par une interactivité de premier choix, tout simplement parce qu’elle permet d’élargir considérablement les connaissances du spectateur sur l’affaire. Notamment en nous permettant de voir et d’entendre vraiment les trois innocents parler après leur libération alors que le documentaire ne les montrait ainsi que dans sa conclusion afin de préserver la chronologie des faits et aussi une certaine objectivité. Ainsi, le commentaire audio de Damien Wayne Echols, accompagné de sa femme Lorri Davis (qui l’a épousé et soutenu durant son incarcération) et de la réalisatrice Amy Berg, est à écouter impérativement en entier tant il permet de revoir toutes les images du film et donc les événements de l’affaire à travers le point de vue de l’une des victimes principales de l’injustice. Echols apporte ainsi des informations supplémentaires capitales, notamment sur ce qui se tramait en coulisses du procès initial avec, par exemple, une séquence effrayante sur un témoin à charge délinquant dont la déposition mensongère avait été arrangée par l’accusation en échange d’une remise de peine. Ensuite, les copieuses scènes supplémentaires (1h25 en plus) permettent de revenir sur les aveux bidons de Misskelley à travers un débat entre le jeune adulte fraîchement libéré et ses avocats, d’assister à un long débat publique sur l’affaire avec plusieurs avocats des West Memphis Three et le dernier procureur à avoir instruit l’affaire (une discussion qui frappe par sa parfaite tenue et sa courtoisie typiquement anglo-saxonnes, malgré toute l’émotion et l’indignation suscitée par l’affaire) ou encore de revenir sur les lieux du crime en compagnie de la bouleversante Pam Hobbs, mère brisée du petit Steve Branch qui a depuis quitté son mari Terry Hobbs et rallié la cause des West Memphis Three. Bref, un excellent DVD pour un film exemplaire.

Affiche

TITRE ORIGINAL West of Memphis
RÉALISATION Amy Berg
SCÉNARIO Amy Berg et Billy McMillin
PRODUCTION Amy Berg, Lorri Davis, Damien Wayne Echols, Peter Jackson et Fran Walsh
MUSIQUE Nick Cave, Warren Ellis
AVEC Damien Wayne Echols, Jason Baldwin, Jesse Misskelley, Lorri Davis, Pam Hobbs…
DURÉE 141mn
ÉDITEUR Sony Pictures Entertainment
DATE DE SORTIE En DVD : le 18 septembre 2013
BONUS
Commentaire audio
Scènes supplémentaires
Le passé de Damien (reconstitution)
Bande-annonce

2 Commentaires

  1. Kall

    Les WM3 sont entièrement coupables. Leurs avocats poussent les multiples théories depuis des années comme doit le faire un bon avocat mais cela ne change rien à la vérite. Ces trois hommes sont coupables. Visitez le site WM3TRUTH.COM ou CALLAHAN WM3. Vous vous rendrez compte a quel point ce film n’est qu’une propagande de plus (apres Paradise Lost 1, 2 et 3).

    • Aima

      Vous êtes qui pour être si affirmatif? Par-delà des preuves filmées, manipulations de preuves avérées, avis des 3 familles, et des preuves adn?
      Vous devez avoir de sacrés arguments…

Laissez un commentaire