COMME ON FAIT SON LIT…

Depuis que les affres sexuelles de Pamela Anderson et Paris Hilton ont défrayé la chronique, il était évident que le principe de la « sex tape » allait finir par donner lieu à un film susceptible d’analyser ce nouveau phénomène social. On vous rassure, SEX TAPE n’est pas ce film !

Il y avait pourtant de quoi faire avec le sujet, quelque soit l’angle abordé, étant donné l’explosion du phénomène sur Internet auprès des couples amateurs, mais aussi en tant qu’étrange vecteur de réussite sociale et financière dans une société de plus en plus indignée alors qu’elle s’avère être paradoxalement de plus en plus voyeuriste. Mais que les MILF en puissance se rassurent, leurs fantasmes exhibitionnistes ne sont pas remis en question, puisqu’il n’y a pas l’once d’une quelconque réflexion sur le phénomène dans SEX TAPE, qui tient plus du « coup » pour Sony, puisqu’il s’agit de réitérer le succès de BAD TEACHER avec la même équipe (Jason Segel et Cameron Diaz, dirigés par Jake Kasdan) et un sujet hype en prime. Preuve en est que le film ne se mouille absolument pas sur le thème abordé, la présence de Rob Lowe (qui a été tricard à Hollywood pendant plus d’une décennie après que ses ébats filmés avec une adolescente aient créé un véritable scandale) ne sert jamais à alimenter le propos, la séquence concernée étant même exemplaire dans sa façon de détourner l’attention avec des gags superflus, comme cette interminable séquence durant laquelle Jason Segel est confronté au chien de garde d’une énorme villa. Et comme si cela ne suffisait pas, cette édition vidéo enfonce le clou par l’entremise d’une psychothérapeute spécialisée, qui s’invite dans les bonus et aborde la « sex tape » sous l’angle de la thérapie de couple sexuelle, histoire de justifier l’angle du film. Lénifiant.

Image de prévisualisation YouTube

Mais ce ne sont pas les seuls manquements de SEX TAPE. En effet, l’approche timorée du sujet imprègne les éléments comiques du film, à tel point que la fameuse « sex tape » derrière laquelle tout le monde court pendant 1h30 devient elle-même une source de gags acrobatiques (et donc anti sexy au possible), comme si le splapstick permanent était le seul moyen de rendre le sujet inoffensif. Au final, SEX TAPE semble avoir été conçu pour rassurer la quadragénaire Cameron Diaz sur son sex appeal (c’est la première fois qu’elle accepte la nudité depuis sa starification avec THE MASK), ce qui ne semble plus être un argument marketing valable étant donné le faible succès rencontré par le film. Il faut dire aussi qu’en ces temps de « fappening » et autres scandales liés au piratage des nus stockés sur les comptes dématérialisés des stars (survenu au moment même de la sortie du film), SEX TAPE fait vraiment figure de conte moral totalement obsolète et en décalage avec son époque. C’est dire si on se marre !

TITRE ORIGINAL Sex Tape
RÉALISATION Jake Kasdan
SCÉNARIO Kate Angelo, Nicholas Stoller & Jason Segel
CHEF OPÉRATEUR Tim Suhrstedt
MUSIQUE Michael Andrews
PRODUCTION Steve Tisch, Todd Black & Jason Blumenthal
AVEC Cameron Diaz, Jason Segel, Rob Corddry, Ellie Kemper, Rob Lowe, Harrison Holzer…
DURÉE 94 min
ÉDITEUR SPHE
DATE DE SORTIE 10 septembre 2014 (en salles) 14 janvier 2015 (en DVD et Blu-ray)
BONUS
« Vivre le moment » (VOST)
« Faites la connaissance de Hank Rosenbaum » (VOST)
Bêtisier (VOST)
Scènes coupées et étendues (VOST)
Réplique-O-Rama (VOST)
La relance romantique avec le Dr Jenn Berman (VOST)

Pas encore de commentaire

Laissez un commentaire