BAYMAX FAIT LE MAXIMUM

Même s’il s’agit d’une adaptation libre d’un comics Marvel méconnu, LES NOUVEAUX HÉROS ne se distingue jamais du tout-venant de la production animée américaine du moment. À un personnage près !

Dans ses intentions, LES NOUVEAUX HÉROS se verrait bien comme une sorte de passerelle entre la tradition culturelle japonaise et l’animation américaine, ce qui est clairement établi par le fait que les réalisateurs Don Hall (WINNIE L’OURSON) et Chris Williams (VOLT, STAR MALGRÉ LUI) situent l’intrigue du film dans la ville fictive de San Fransokyo – sorte de jonction transpacifique de San Francisco et Tokyo. Malheureusement, lesdites intentions restent sur le papier, étant donné que le film ne sort jamais vraiment du cadre formaté qu’il s’est fixé, en limitant les risques au strict minimum. Cela signifie concrètement que LES NOUVEAUX HÉROS ne dévie jamais de l’esthétique policée du moment, que les protagonistes secondaires répondent à des critères de caractérisation bien spécifiques (le black trouillard, la tante hyperactive, le riche héritier geek et on en passe) et que les enjeux émotionnels sont rapidement dilués (voire annulés) par une intrigue qui préfère privilégier le rythme dans son ensemble, afin d’être certain de ne jamais perturber son public familial. D’ailleurs, sorti d’une poignée de références succinctes au théâtre Kabuki, à EVANGELION et éventuellement aux Yokai Monsters, la culture japonaise est très rarement convoquée dans LES NOUVEAUX HÉROS. Certes, Hiro, le jeune protagoniste principal est d’origine japonaise, mais le fait que les auteurs décident de le caractériser par un look dégoulinant de jeunisme et une cool attitude souvent détestable semble aller à l’encontre du deuil qui a frappé sa famille, un événement qui devrait justement provoquer l’empathie du spectateur, ce qui est très rarement le cas. Dix ans après LES INDESTRUCTIBLES, Disney mise donc à nouveau sur un gros film de super-héros animé, sans en tirer les leçons du chef d’œuvre de Brad Bird. Tout est convenu dans LES NOUVEAUX HÉROS, qu’il s’agisse des courtes scènes d’action sans saveur, comme du climax en forme de destruction massive qui reprend plus ou moins ceux totalement interchangeables des films Marvel. Tout, ou presque…

Image de prévisualisation YouTube

Il faut effectivement compter sur l’adorable personnage de Baymax, dont le design simple révèle sa bienveillance programmée et le rend immédiatement accessible auprès du public. Interprété avec justesse par Scott Adsit (le producteur dépressif de Liz Lemon dans 30 ROCK, c’était lui !), Baymax prend la forme d’un robot gonflable créé par Tadashi – le grand frère disparu de Hiro – pour administrer des soins aux humains, et représente le seul personnage qui porte en lui les véritables enjeux émotionnels du film, quitte à les souffler aux autres protagonistes. Sa présence permet de structurer et exprimer le conflit personnel de Hiro, qui cherche à transformer la création pacifiste de son frère en arme de guerre pour assouvir sa vengeance. Et en chemin, les auteurs en profitent discrètement pour citer la science-fiction classique afin d’enraciner le personnage dans une thématique qui offre un certain poids à sa présence dans l’intrigue. En d’autres termes, Baymax vole la vedette à tous les autres personnages, et finit par révéler à quel point LES NOUVEAUX HÉROS s’écroulerait totalement sans sa présence à l’écran. On aurait préféré le découvrir dans un projet qui fasse honneur à son capital sympathie, mais en attendant qu’un véritable cinéaste s’empare du personnage, on peut effectivement dire qu’un héros – sur six – est né. Mais vraiment qu’un seul alors…

TITRE ORIGINAL Big Hero 6
RÉALISATION Don Hall & Chris Williams
SCÉNARIO Jordan Roberts, Daniel Gerson & Robert L. Baird
MUSIQUE Henry Jackman
PRODUCTION Roy Conli, Kristina Reed & John Lasseter
VOIX Scott Adsit, Ryan Potter, Daniel Henney, T.J. Miller, Jamie Chung, Damon Wayans Jr., Genesis Rodriguez, James Cromwell, Alan Tudyk…
DURÉE 102 mn
DISTRIBUTEUR The Walt Disney Company France
DATE DE SORTIE 11 février 2015

Pas encore de commentaire

Laissez un commentaire