UNE BALLE DANS LE PIED ?

La rumeur, qui courait depuis déjà un moment au point de faire figure de secret de polichinelle, s’est donc vu confirmée à l’occasion du Tokyo Game Show : DEVIL MAY CRY change de mains. Capcom, visiblement décidé à continuer ses collaborations avec des studios occidentaux, a décidé de refiler le prochain opus de son beat them all poseur à Ninja Theory, les papas de HEAVENLY SWORD et du prochain ENSLAVED. But avoué de la manoeuvre; redynamiser la franchise et lui donner un coup de jeune afin de la rendre plus attractive aux yeux du public occidental. Au vu des premiers éléments dévoilés, on est en droit de se poser des questions, tant sur les intentions que sur ce qu’ils laissent entrevoir du résultat potentiel.

Difficile en effet pour les amateurs de la série de reconnaitre leurs petits dans ce qui est vendu comme un reboot de la série, sobrement intitulé DMC. Dante perd son look iconique pour devenir une sorte d’emo qu’on croirait tout droit échappé d’un TWILIGHT, les bribes d’intrigues qu’on daigne nous livrer semblent lorgner très fort du côté du futur SUCKER PUNCH de Zack Snyder et le producteur Tameem Antoniades annonce fièrement vouloir incorporer la « culture jeune » d’aujourd’hui au jeu. Pas franchement de quoi soulever l’enthousiasme donc…

Image de prévisualisation YouTube

Le trailer laisse au moins penser que la nouvelle équipe cherche à conserver le style de combat dynamique et varié, devenu la marque de fabrique de la série, mais là encore, certains concurrents récent ont placé la barre tellement haut qu’il est permis de se demander si les gens de Ninja Theory sont bien les développeurs de la situation, surtout au vu du système de combat franchement médiocre de HEAVENLY SWORD. Malgré un sentiment de gâchis inutile (DMC n’étant pas à proprement parler une série en perdition au niveau des ventes), ce gloubiboulga indigeste laisse surtout penser que Capcom prend les problèmes auxquels fait face l’industrie japonaise du jeu vidéo complètement à l’envers. L’effort de s’ouvrir à l’Occident est louable et compréhensible, mais il est franchement regrettable que cela passe par une uniformisation et un sacrifice de l’identité marquée de certains jeux, qui font une partie non négligeable de leur intérêt (quoi qu’on puisse en penser par ailleurs), au risque qui plus est de laisser les fidèles sur le bord de la route. Et la démarche est d’autant plus incompréhensible que l’introduction de Nero dans DEVIL MAY CRY 4 servait déjà d’ouverture vers un nouveau public tout en enrichissant le gameplay et sans pour autant dénaturer l’esprit de la série. Alors certes, on n’est jamais à l’abri d’une heureuse surprise au final, mais en l’état actuel des choses, on se dit que c’est surtout les joueurs qui risquent de pleurer…

Pas encore de commentaire

Laissez un commentaire