RESIDENT DÉBILE

Au vu des catastrophes intégrales qu’étaient RESIDENT EVIL APOCALYPSE et RESIDENT EVIL EXTINCTION, c’est peu dire que l’on n’attendait strictement plus rien de la franchise RESIDENT EVIL au cinéma (si tant qu’il y ait jamais eu quelque chose à en attendre). La loi des chiffres étant ce qu’elle est chez nos amis d’Hollywood, et les deux navets de compétition suscités ayant engrangé la thune en dépit de leur piètre qualité, la série se poursuit malgré tout avec un nouvel opus qui signe le retour aux manettes de Paul W.S. Anderson, qui s’était après le premier film cantonné aux scénarios des suites. Portant le doux sous-titre de AFTERLIFE, ce nouvel opus vient de se dévoiler via une bande-annonce pas piquée des hannetons, certes annonciatrice d’un très mauvais film mais surtout assez révélatrice de l’état d’esprit du réalisateur.

Evidemment, au bout de trois films ayant allègrement saccagé la mythologie des jeux (qui vaut certes ce qu’elle vaut mais qui est bel et bien présente et tenue au long des différents épisodes), on se doute bien qu’il n’y a pas grand chose à espérer de ce côté là pour ce nouvel opus. Mais on a beau être prévenu, on reste tout de même pantois devant la façon dont Paul W.S. Anderson continue à piocher à droite à gauche dans les jeux pour faire sa tambouille sans le moindre souci de cohérence. Pour ce nouvel opus, c’est donc au tour des majinis de RESIDENT EVIL 5 (et en particulier la figure imposante du bourreau) et de Chris Redfield de se retrouver balancé dans le gloubi-boulga qu’est devenu l’intrigue de la franchise, sans qu’on sache trop ce qu’ils viennent bien foutre là hormis remplir le quota de fan-service. Au vu des antécédents de la série dans le domaine, on se doute bien que les pauvres se verront probablement aussi bien servis que le Tyran ou Némésis (douloureux souvenirs…) et que les fans vont encore une fois en bouffer leur chapeau de frustration, Anderson continuant visiblement à servir avant tout la soupe à sa Milla Jovovich photoshoppée d’épouse et à son personnage de superwoman crispant.

Image de prévisualisation YouTube

Par-dessus tout, c’est l’impression tenace de « wannabisme » qui se dégage de cette bande-annonce qui a de quoi provoquer l’hilarité. La bande-annonce vante ainsi un tournage ayant fait usage de la fameuse caméra 3D Fusion créée par James Cameron et Vince Pace pour les besoins d’AVATAR, un argument qui pourrait avoir du poids (en ce qu’il indique un film bel et bien pensé pour la 3D) si les exemples du procédé qu’on nous montre ne se résumaient pas aux sempiternels objets balancés dans la gueule du spectateur ! Un bien bel exemple de récupération, qui n’est surpassé que par la repompe absolument éhontée de plans à M:I 2 ou MATRIX RELOADED, qui voit le saut de Trinity à travers la fenêtre totalement décalqué ici. Si il y en a qui doutaient encore qu’Anderson regrette très fort de ne pas avoir réalisé MATRIX… En bref, et comme on pouvait s’en douter, il n’y a strictement rien à attendre de ce RESIDENT EVIL AFTERLIFE qui s’annonce dans la droite lignée qualitative de ses sinistres prédécesseurs. On attendra donc encore patiemment une bonne adaptation cinématographique de jeu vidéo et, la mode étant visiblement aux reboots, on se prend à rêver que Capcom décide d’arrêter le massacre et de repartir à zéro en confiant cette fois ci les rênes du projet à un réal susceptible de réussir la transposition à l’écran.

6 Commentaires

  1. Arno

    ça c’est de la critique de bande-annonce rondement menée, bravo Matt, tu as dit exactement tout ce qu’il y avait à dire !

  2. Loic

    Je kiffe l’avion en SFX-comodore 64 qui atterrit sur le toit pour te faire comprendre que « Eh ouais,mec, ici c’est « the world’s most advanced 3D technology »!
    Non, mais putain, ils vont nous la tuer la 3D de James à ce rythme là.

    Sinon, ça risque d’être un film à retrouver sur le topic de la honte du forum tichoux, ça 🙂

  3. Christian

    Si au moins c’était drôle. Mais ces films sont surtout très chiants ! Ca manque de pantalonade gonzo…

  4. Arno

    Bah Christian, y’a quand même deux ou trois trucs rigolos dans le deuxième : je me souviens notamment qu’avec le tôlier de Game Parallax, on s’était pris deux ou trois bonnes barres de rire sur Nemesis, notamment quand, à la fin, y’a le plan sur la route où on le voit se ramener pépère, avec une démarche de gros lourdaud…

  5. Matthieu GALLEY

    Effectivement le Nemesis il fait plutôt marrer par moments, je me rappelle aussi du passage où tu vois sa fiche avec une photo d’identité genre prise dans un photomaton, c’était complètement gol et ça m’a fait crever de rire, de même quand tu vois le gros machin pourri en latex pour la première fois. Mais bon après tu réalises que les mecs sont en train de foutre en l’air un streum mortel et tu pleures un peu quoi…

  6. David Bergeyron

    Devant une telle B.A. il n’y a qu’une chose à dire : ……….
    Bah non en fait je reste sans voix tellement c’est affligeant !
    Le pire c’est que ça va marcher du feu de Dieu !

Laissez un commentaire