ON SE (RE)FAIT UNE TOILE ?

Au jour d’aujourd’hui, l’annonce par Activision d’une nouvelle déclinaison d’une de leurs franchises est à peu près aussi surprenant que de découvrir que le jour s’est levé en se réveillant le matin. Autant dire donc que c’est avec une absence totale de stupéfaction que nous avons accueilli la révélation de l’existence de SPIDER-MAN : EDGE OF TIME, prochaine incarnation vidéoludique de notre Tisseur préféré. Le souvenir de SHATTERED DIMENSIONS (dont le patron vous causait tantôt) étant encore frais dans nos mémoires, la perspective de rempiler aussi vite ne nous fait pas particulièrement trépigner (d’autant que Beenox reprend du service au développement), mais de peu encourageant le jeu devient carrément pas emballant dès qu’on y regarde de plus près.

Encore une fois centré sur les différentes incarnations de Tête de Toile, EDGE OF TIME met en scène « Amazing Spider-Man » et la version 2099, qui vont devoir lutter de concert pour empêcher un évènement catastrophique résultant en la mort du premier et entraînant une alteration dramatique de l’histoire. Malgré la présence de Peter David à l’écriture, difficile de ne pas voir là-dedans une intrigue qui sent le réchauffé, même si on nous promet de véritables interactions entre les deux timelines, et une option picture in picture pour la communication entre les héros (si vous ne voyez pas l’intérêt d’annoncer ça, je vous rassure, moi non plus). Le plus alarmant dans l’affaire n’est cependant pas l’intrigue mais bien le court teaser présenté par l’éditeur, qui laisse entrevoir des similitudes beaucoup trop prononcées entre le jeu et son prédécesseur, dans le gameplay comme dans le level design. On ne peut guère s’attendre à des trésors d’inventivité avec un turnover d’un an, mais à ce niveau de similitudes, ça sent quand même un peu la grosse flemme. Il n’y a donc visiblement pas grand chose à attendre d’un titre qui sent un peu trop l’exploitation paresseuse d’un filon, et on se prend de plus en plus rêver à ce qu’un vrai studio serait capable de faire avec la licence. Dites messieurs de chez Rocksteady, vous avez un créneau dans votre emploi du temps post-ARKHAM CITY ?

Image de prévisualisation YouTube

Pas encore de commentaire

Laissez un commentaire