L’ÉPREUVE DE LA FORCE

Double événement à l’occasion de la convention « Star Wars Celebration » avec la mise en ligne de la deuxième bande annonce de STAR WARS : ÉPISODE VII – LE RÉVEIL DE LA FORCE et de la toute première pour le jeu STAR WARS : BATTLEFRONT. De quoi nous rappeler que STAR WARS peut encore faire vibrer.

Clou de la conférence de presse ouvrant la convention, la bande-annonce de STAR WARS : ÉPISODE VII – LE RÉVEIL DE LA FORCE se devait de faire monter la pression, après un premier teaser plus que cryptique dévoilé en décembre dernier. Mission accomplie puisque ces deux minutes auront réussi à réveiller le fanboy qui sommeille en chacun de nous. Et une fois n’est coutume, ce n’est pas par pure nostalgie, même si le plan final est clairement pensé dans ce sens. Ce teaser suscite l’espoir en laissant entrevoir un film conscient et respectueux de son héritage. On se réjouit de renouer avec un univers qui sent le vécu et l’habité, loin du clinquant artificiel de la prélogie et de la disparité qu’il entrainait. Les designs bien qu’ancrés dans le passé donnent un sentiment d’inédit et le choix d’utiliser au maximum maquettes et constructions en dur se ressent immédiatement dans le cachet des images (d’ailleurs, le petit robot BB8 risque bien de voler la vedette). Surtout, et c’est inhabituel pour les blockbusters récents, le trailer laisse s’installer ses plans sur la longueur pour leur permettre d’être évocateurs, plutôt que de nous bombarder d’un foisonnement d’images annihilées par un montage cut. À ce titre, le plan d’ouverture apparaît comme une véritable déclaration d’intention et atteint une majesté que l’on n’avait pas ressenti devant la saga depuis bien longtemps. Peu d’indications quant à l’intrigue en revanche, même si l’on apprend par ailleurs que l’Empire et l’Alliance Rebelle s’appellent désormais « The First Order » et « La résistance », que le personnage d’Oscar Isaac est envoyé en mission par la princesse Leïa ou que la planète désertique que l’on pensait être Tattooine se nomme en réalité Jakku. Il se murmure également qu’un personnage d’envergure (on vous laisse deviner lequel) pourrait ne pas survivre à cet épisode et si c’est avéré, on imagine bien la volonté de J.J. Abrams de marquer les spectateurs avec ce retournement de situation, de la même manière que L’EMPIRE CONTRE-ATTAQUE en son temps. Évidemment, les multiples déceptions liées aux retours d’anciennes gloires cinématographiques qui s’accumulent depuis des années encouragent à garder un fond de méfiance mais le fait est là : nous avons désormais vraiment envie de voir STAR WARS : ÉPISODE VII – LE RÉVEIL DE LA FORCE. Autre rumeur insistante : Abrams serait bien placé pour revenir prendre les commandes sur STAR WARS : ÉPISODE IX, le 8ème épisode étant déjà confié à Rian Johnson (LOOPER).

Image de prévisualisation YouTube

De son côté, STAR WARS BATTLEFRONT dégaine un impressionnant trailer qui, s’il ne montre pas de gameplay à proprement parler (seul ceux présents à la convention peuvent en voir), se veut une représentation des possibilités du moteur de jeu. Si le produit fini suit, la claque graphique et sonore devrait être au rendez-vous. Marquant le retour de la série initialement créée par Pandemic, ce nouveau STAR WARS BATTLEFRONT est confié aux bons soins de DICE. Jouable à la première ou à la troisième personne, le titre sera essentiellement orienté multijoueur avec des matches jouables jusqu’à 40 personnes. Entièrement situé dans la période temporelle de la trilogie d’origine, STAR WARS BATTLEFRONT n’aura pas de campagne solo narrative mais proposera une série de missions jouables également en co-op. Comme de coutume l’action prendra place autant sur terre que dans les airs et il sera possible, sous certaines conditions, d’incarner des personnages emblématiques de la saga, dont Darth Vader et Boba Fett qui viennent faire coucou dans la bande-annonce. Le jeu sera disponible le 19 novembre prochain sur Playstation 4, Xbox One et PC, un mois avant la sortie de STAR WARS : ÉPISODE VII – LE RÉVEIL DE LA FORCE. Notons qu’un DLC gratuit sera disponible le 8 Décembre, afin de permettre aux joueurs de faire l’expérience de la bataille de Jakku. De quoi encore alimenter la hype pour le film. S’il concrétise ses promesses sur le papier, STAR WARS BATTLEFRONT pourrait bien être le premier jeu estampillé STAR WARS digne d’intérêt depuis bien longtemps.

Image de prévisualisation YouTube

4 Commentaires

  1. runningman

    c’est sur que la dernière bande-annonce du prochain starwars, très attendu, voire même trop par certains des fans, se joue évidement en premier lieu sur le côté nostalgique de service, et cela va de pair avec la conception du cinéma de J.J. Abrams, véritable nouveau représentant de la « twitterisation » du cinéma.

  2. tontonbateman

    Le rédacteur se focalise surtout sur la structure même du teaser qui, pour le coup, s’inscrit de toute évidence en porta-à-faux par rapport à la norme dans ce domaine. Exposition de plans longs et symboliques (cf la carcasse du destroyer au début signifiant par l’image le rapport de force empire/rébellion). Si rien que dans un simple teaser de l’évocation commence à poindre… On est loin de l’accumulation indigente d’images de surface sacrifiant le symbolique sur l’autel de l’instantanéité à laquelle Abrams nous a habitué.

  3. Poivre

    Sympathique ce deuxième teaser de l’épisode 7, même si effectivement la prudence reste de mise. On se souvient de l’engouement suscité par les trailers de La Menace Fantôme avec la douche froide qui a suivie.
    Cette nostalgie qui transpire par tous les pores combinée à l’appât du gain de l’empire Disney pourrait bien avoir raison du peu d’espoir que l’on peut placer dans ce projet (Spoiler ? : les premières rumeurs concernant le scénario faisaient état d’une secte qui chercherait à ressusciter d’anciens Jedis morts, le bon prétexte foireux pour ressortir du merchandising sur Darth Maul et Darth Vador…).

    Même si le cinéma de JJ Abrams me laisse de marbre, je reconnais néanmoins qu’on aperçoit quelques jolis plans dans cette BA. Surtout, si le film pouvait relancer la mode des effets spéciaux « en dur » et nous délivrer de la bouillie numérique qu’on bouffe depuis des années, ça serait déjà une sacrée réussite en soi.

  4. tontonbateman

    Peut-être que Lawrence Kasdan y est pour beaucoup.

Laissez un commentaire