L’ART DE L’INDÉPENDANCE

Le jeu indépendant est aujourd’hui solidement ancré dans le paysage vidéoludique, au point d’en représenter le deuxième pôle principal, après les titres AAA. Pourtant, il reste encore assez peu étudié en dehors d’articles dans la presse spécialisée et du célèbre documentaire INDIE GAME : THE MOVIE. Ancienne rédactrice en chef du magazine IG MAG, Bounthavy Suvilay ambitionne de combler ce manque avec le bien nommé INDIE GAMES, un luxueux ouvrage de plus de 200 pages entièrement dédié au phénomène, paru récemment aux éditions Bragelonne.

De par son expérience, Bounthavy Suvilay s’est retrouvée aux premières loges pour observer l’éclosion du mouvement du jeu indépendant et a pu donc l’appréhender sous tous ses aspects au fur et à mesure qu’il prenait de l’ampleur. INDIE GAMES est donc un compte rendu du jeu vidéo « indé » dans sa globalité, prenant à la fois en compte l’expérience de la réalisation d’un jeu indépendant mais aussi l’historique du mouvement. C’est d’ailleurs sur cet historique que Bounthavy Suvilay choisit pour débuter le livre afin d’offrir au lecteur une porte d’entrée vers le phénomène. Elle y opère une remise en perspective salutaire (notamment un parallèle pertinent entre les pionniers du jeu vidéo travaillant en solitaire dans leur coin et la scène « indé » actuelle) et ouvre sur l’avenir en tordant le cou à certaines idées reçues, notamment celle de la fameuse indiepocalypse, selon laquelle le marché « indé » arrive aujourd’hui à saturation et ne serait donc plus viable. Si cette première partie n’est pas assez exhaustive pour prétendre à un historique définitif du mouvement (qui reste donc à faire), elle plante efficacement le décor et ouvre sur la véritable force du livre.

La réussite d’INDIE GAMES tient en effet à ce que Bounthavy Suvilay parvient à faire vivre à son lecteur les diverses implications de la création de jeu en indépendant. S’appuyant sur la participation d’une pléthore de développeurs et artistes issus de la scène « indé », l’auteure aborde dans le détail des problématiques variées. Le facteur humain, les difficultés financières, la communication avec le public, l’étape difficile du second jeu, les choix relatifs au game design et on en passe sont autant de questions illustrées avec force exemples pour offrir un panorama extrêmement complet de ce que signifie réellement développer un jeu en indépendant à l’heure actuelle. Dans le lot, on apprécie tout particulièrement les deux longs chapitres consacrés l’un à la direction artistique et l’autre au sound design et à la musique. Trop souvent laissées pour compte lorsque l’on évoque le jeu vidéo, ces deux disciplines fondamentales sont pourtant essentielles et les jeux indés s’illustrent souvent à travers elles, de sorte qu’il est réjouissant de les voir ainsi mises à l’honneur de façon exhaustive. INDIE GAMES réussit ainsi son pari d’offrir un panorama complet de la scène indépendante dans ses bons comme dans ses mauvais aspects, quitte à parfois répéter certaines informations ou perdre un peu son lecteur dans la profusion de noms propres à retenir.

À l’actif du livre, il convient aussi de citer une iconographie particulièrement soignée. Les 200 pages sont truffées d’images grand format et haute résolution (captures d’écran et concept arts) en provenance d’une multitude de jeux indépendants. Les amoureux de FURI, CUPHEAD, JOURNEY, BROKEN AGE, SEASONS AFTER ALL et on en passe seront ainsi à la fête devant la profusion d’images toutes parfaitement choisies et reproduites avec le plus grand soin. Et ce d’autant plus que la richesse iconographique, loin de servir de bouche-trou, vient au contraire complémenter idéalement le texte. En montrant la richesse et la diversité des formes graphiques du jeu indépendant, elle vient appuyer l’idée abondamment développée dans le corps du livre que c’est précisément dans son absence d’uniformisation et sa multiplicité formelle que résident sa force et sa richesse. INDIE GAMES parvient donc à trouver le juste équilibre entre l’historique et l’analytique et l’on peut sans se tromper lui décerner le titre de premier ouvrage à véritablement rendre compte de ce que représente le jeu indépendant de nos jours. Les néophytes biberonnés aux blockbusters ludiques y découvriront une autre forme de jeu tandis que les connaisseurs chevronnés de la scène pourront y gagner une compréhension approfondie de ce milieu et de ces enjeux. Le pari est donc largement tenu pour Bounthavy Suvilay et on espère que Bragelonne n’en restera pas à ce coup d’essai et appliquera le même traitement de luxe à d’autres secteurs ou acteurs du jeu vidéo.

INDIE GAMES : HISTOIRE, ARTWORK, SOUND DESIGN DES JEUX VIDÉO INDÉPENDANTS de Bounthavy Suvilay – Disponible aux éditions Bragelonne depuis le 14 mars 2018.

Pas encore de commentaire

Laissez un commentaire