L’ANNÉE DU DRAGON

Ça y est. Il est en ligne ! Le teaser officiel du HOBBIT : LA DÉSOLATION DE SMAUG confirme les choix spectaculaires (et les trahisons nécessaires) qui vont permettre à Peter Jackson d’adapter le conte de Tolkien tout en l’élevant au caractère épique que les spectateurs attendent de lui.

En ce début d’année, nous vous annoncions à propos de LA DÉSOLATION DE SMAUG que, selon, toute vraisemblance, « Zatagrif i ki Gurul Gamut ! ». Si l’on accepte avec bienveillance la grammaire fort hasardeuse d’une telle sentence, on pourra néanmoins juger, au vu du teaser paru cette semaine, qu’elle renfermait une prophétie vérifiable. Avec UN VOYAGE INATTENDU, Peter Jackson et ses équipes avaient démontré que, malgré une source littéraire enfantine voire même bucolique, ils n’étaient pas disposés à faire du HOBBIT la version amoindrie et apaisée de la saga qui les a rendu célèbres. Cet élan vers le caractère épique justifie quelques trahisons scénaristiques dont l’exagération spectaculaire peut à l’occasion surprendre (voire même décevoir) les fans les plus attachés au roman de Tolkien. Ainsi, exit l’évasion tout en discrétion du palais du roi elfe Thranduil dès l’instant où nous apercevons des elfes des bois pourchasser de branche en branche les tonneaux où sont embarqués les nains. Entraperçu dans le prologue du premier film, Thranduil semble ici jouer un rôle/miroir de celui du roi des gobelins (l’architecture fantastique de son palais rappellant confusément les enchevêtrements de la cité souterraine) et l’on peut ainsi s’attendre à ce que la séquence d’évasion duplique les enchaînements slapsticks qui donnaient toute son énergie à la fuite dans les mines. Bien sûr, comme nous l’avions constaté en décembre, ce genre de séquence prend tout son sens et toute sa lisibilité en HFR 3D ; et il va sans dire que l’aspect étrangement flou des silhouettes elfes dans ce plan trahit l’absence d’une perspective qu’on imagine grandiloquente et beaucoup plus « naturelle ».

Image de prévisualisation YouTube

Exagération également avec le personnage de Beorn, incarné par le comédien Mikael Persbrandt perfcapturé, et que l’on pouvait déjà apercevoir, transformé en ours, en compagnie de Gandalf dans l’énorme bannière mise à disposition sur le net, bien avant la sortie du premier volet. Plusieurs tolkiendil s’étaient convaincus que le chapitre chez Beorn serait absent des adaptations filmiques (à la façon du Tom Bombadil du SEIGNEUR DES ANNEAUX) mais c’était sous-estimer le caractère potentiellement spectaculaire de cet aparté. Les bonus DVD du premier volet donnaient à contempler une partie des décors de la maison du géant, construits à l’échelle. Ce teaser permet d’entrapercevoir sa transformation en ours et de comprendre qu’à l’inverse du livre, la rencontre entre Beorn et la communauté des nains, n’aura pas forcément les atours d’un « tea time » protocolaire. Enfin, on ne manquera pas de constater les figures acrobatiques que nous dispensent les elfes Legolas et Tauriel, et qui n’étaient qu’effleurés par le Legolas (vieilli) du SEIGNEUR DES ANNEAUX. Comme un effet d’annonce du teaser, la photo de la comédienne Evangeline Lilly en Tauriel (seul nouveau nom « marketable » de ce volet) avait été officiellement révélée dans une pose assez neutre aux médias américains dans la semaine, bien que déjà visible dans un flash du making-of du premier volet. On s’amusera à comparer les différences d’évocation que proposait ce cliché passe-partout face aux galipettes « capoeiresques » que la demoiselle enchaîne dans ces quelques secondes, et qui, pour le meilleur et aussi le… meilleur, n’ont pas grand chose à voir avec ce que le vénérable Tolkien décrivait de ses créations.

Mais évidemment, la grande vedette de ce second volet, qui ne pouvait pas ne pas apparaître enfin dans ce teaser, c’est le dragon Smaug lui-même ! Incarné en perfcap par Benedict Cumberbatch, ce dernier se dévoile d’une façon princière à la faveur d’un travelling circulaire, autour d’un pilier où se cache Bilbo (le plan est magnifique mais il joue également du souvenir et des correspondances puisque c’est de la même façon que Frodon tentait d’échapper au troll de la Moria dans LA COMMUNAUTÉ DE L’ANNEAU). Or, ce qui n’apparaît dans ce plan qu’en filigrane, et qui prendra donc tout son sens à l’écran (en HFR 3D on vous dit !) c’est que le dévoilement progressif de l’échelle réelle de Smaug par rapport à Bilbo se fait par l’effet de perspective. Si l’on regarde attentivement les épines sous le cou du dragon, on verra en effet que la mise au point ne correspond pas à celle des pièces d’or au sol. Attendez vous ici à ce que Smaug « sorte de l’écran » ! Au vu de toutes ces réjouissances, il devient plus facile de comprendre ce qui a motivé les équipes néo-zélandaises à diviser leur saga en trois chapitres, au lieu des deux chapitres originellement annoncés. Les internautes qui s’étaient empressés de déclarer que ce geste tardif n’était motivé « que par le pognon » réviseront sans doute leur jugement face au déferlement de money shots de ce qui n’est qu’un « simple » teaser. Car rappelons-le, il y a également toute une histoire et tout un tas de développements de personnages qui attendent de pouvoir se dévoiler. Et la bande-annonce officielle, qui viendra nous chatouiller au mois de novembre, promet de faire monter de quelques crans une attente déjà fébrile.

8 Commentaires

  1. Izihah

    Mouais. Ces éternels travellings pour un oui ou pour un non tendent à enlever toute ampleur aux films de Jackson et plus particulièrement à sa trilogie du Seigneur des Anneaux et à cette nouvelle trilogie horriblement rallongée.. quoi qu’on en dise, rallongée pour le fric et rien d’autre. Du joli remplissage, mais du remplissage quand même, que seule une certaine mauvaise foi peut défendre. Tout comme le procédé HFR, qui ne fait ressortir qu’une chose : la mégalomanie galopante d’un type qui aimerait laisser sa marque non seulement par ses films, mais aussi au niveau technique. Cameron a eu le malheur d’avoir la même démarche, on a vu ce que ça a donné : une 3d abrutissante, gadget, laide et inutile, quoi qu’en disent ceux qui osent y voir une redéfinition de la grammaire cinématographique. Qu’il est loin le temps des Frighteners et autres Braindead…

    • « quoi qu’on en dise, rallongée pour le fric et rien d’autre »

      « que seule une certaine mauvaise foi peut défendre »

      « quoi qu’en disent ceux qui osent y voir une redéfinition de la grammaire cinématographique »

      Quelles belles formules qui invitent à la discussion en posant un débat sur des bases saines. ^^
      Ça existe la vérité absolue quand on parle ciné ?

  2. Mode chipotage : J’attends la version longue du Hobbit avec impatience. Voir si elle atténue le côté jeu vidéo / Disneyland du film ; que j’ai beaucoup aimé en tant que tel. Mais chaque morceau de bravoure semblant étiré un peu à l’excès (cf. les géants de montagnes : manque le siège qui bouge, non ?), peut-être que quelques longueurs liées aux petits rien atténueront ce sentiment. Le côté fanmade de l’ensemble est évident et ce fantasme d’adaptation, qui devrait peut-être le rester, va je crois beaucoup perdre avec le comblage de ces vides scénaristiques qui font toute la saveur des mystères de la fantasy, habituellement faite de bouts d’excroissances non clôturées. Sans parler du gros écho inversé qui va frapper les fanas de Harry Potter si Jackson nous montre la naissance de Sauron, très proche en fin de compte de celle de Voldemort. J’ajoute, comme écrit ailleurs, que la brume à la Norstein manque un brin au projet. Le brouillard des rêves s’accommode mal de la HFR 3D HD 4K. Voilà pour le chipoti. Ce qui ne m’empêche en rien d’avoir pris un sacré panard devant le film et d’attendre cette suite avec impatience.

  3. elzecchio

    Si Jackson continue sur son excellente lancée, y a de grandes chances que cette trilogie vienne supplanter celle du SdA, dans mon coeur du moins ^^

    Autant j’étais circonspect sur le choix de faire de Bilbo une trilogie, autant le premier film a dissipé tous les doutes : Jackson y a la place d’étirer les bras et les jambes comme il veut, n’a pas à se préoccuper de faire tenir une foultitude d’événements dans un temps restreint, et nous offre une aventure jubilatoire dans la Terre du Milieu.

    @izihah : les reproches à base de « Jackson il en veut qu’à nos sous », c’est d’une tristesse… Je veux dire, à coté de ça, nulle part tu vois les gens se plaindre d’une arnaque comme Avengers, où plus de 200 millions de patates sont investis dans un truc qui au final ressemble à un téléfilm bulgare, et où la « star » principale mange un quart du budget à elle toute seule.

    Mais évidemment, le souci c’est que Jackson est capitaine d’industrie maintenant, s’il enchaine les projets maousse c’est aussi pour continuer à donner de boulot aux mecs de Weta, à une époque où les studios d’FX se cassent tous la gueule. Ca fait forcément de lui un salaud de kapitaliste. A coté de ça Ang Lee peut parfaitement oublier de remercier la boite de FX qui lui a permis de tourner Life of Pi et qui met la clé sous la porte malgré tout, tout le monde s’en fout et a déjà oublié, et tu verras personne gloser là-dessus.

  4. Zhibou

    Le premier volet était une vrai réussite, et le HFR était une sacré grosse claque.
    Mais je suis peu optimiste pour le futur du format, vu l’accueil tiédasse du public. Déjà que lorsque j’essaye de défendre la 3D (Life of Pi, Oz en 2D? No way!…) on me regarde avec de yeux bizarre. tristesse, je suis…
    Pourtant je vois bien le gros potentiel, et ce dans plein de genre différents (un Raid en HFR, ça serait pas un peu énorme?)

  5. Guillaume

    Un commentaire comme celui-là posté précisément sur CaptureMag, ce doit être du second degré, non ?

    • Guillaume

      (je parle du premier commentaire)

  6. 4evaheroesf

    Je n’ai pas aimé le Hobbit mais ce qui m’a le plus choqué dans ce trailer c’est bien Smaug !
    Quelle laideur !
    J’espère que ce n’est pas la version définitive sinon je serais déçu…

Laissez un commentaire