JE JOUE MAL !

Présenté dans plusieurs festivals depuis quelques mois, BINARY DOMAIN nous était un peu passé à côté, malgré des conditions de développement qui laissent vraiment à penser que le jeu est susceptible de proposer autre chose qu’un énième TPS qui a mal digéré son petit GEARS OF WAR illustré. La première production Ryu Ga Gotoku Studio, la nouvelle boite de développement de Toshihiro Nagoshi, le créateur de la série YAKUZA, semble même soucieuse de poser quelques questions philosophiques sur la notion d’humanité au sein des machines, une thématique régulièrement abordée dans la science-fiction japonaise, notamment dans des oeuvres majeures comme GHOST IN THE SHELL. Voilà, mais ça, c’était évidemment sans compter sur un doublage français proprement ahurissant. Ça faisait longtemps tiens !

Connaissant le travail de Toshihiro Nagoshi sur la série des YAKUZA, il y a fort à parier que BINARY DOMAIN aborde son sujet avec un certain sérieux et un angle très cinématographique, même si le gameplay s’avère beaucoup plus linéaire et ne semble pas proposer autre chose qu’un bon vieux bourrinage des familles (si le jeu est un « ride » intense, on prend hein). L’une des plus récentes bande-annonce laisse même entrevoir un ton très sérieux et quelques thématiques très matures dans le cadre d’un jeu vidéo (des enfants armés ?), quand bien même l’écriture succombe une fois de plus à l’occidentalisation outrancière dont certains jeux japonais ont bien du mal à se défaire. Quoi qu’il en soit, le résultat promet tout de même une narration inhabituellement solennelle dans le cadre d’un gros jeu de SF bourrin.

Image de prévisualisation YouTube

Disponible à partir du 24 février prochain, à la fois sur XBOX 360 et sur PS3, BINARY DOMAIN a été doublé en français, contrairement aux jeux YAKUZA, qui ne sont d’ailleurs pas du tout disponible dans la langue de Molière, y compris dans la VO sous-titrée uniquement en anglais chez nous. Et quand on jette un oeil à la vidéo ci-dessous, on se demande bien pourquoi, étant donné que le résultat dépasse tout de même toutes les espérances. Passe encore les robots qui jouent mal, même avec un ton neutre (on dirait Dominique Farrugia dans la parodie des Nuls de la pub Maille !), le type désespéré qui souffre avec une voix nasillarde ou encore les militaires qui s’offusquent comme des vieilles pies, mais une fois de plus, les as du doublage français décident de coller un joli accent du sud à l’un des protagonistes de la séquence (qui arbore en vo un accent du Midwest c’est vrai, mais est-ce une raison pour adapter et localiser le personnage de façon aussi littérale ?), quand bien même le ton de la scène garde son plus grand sérieux. Comme on peut le constater, la problématique n’est malheureusement pas nouvelle (elle avait fait l’objet de l’un de nos éditos l’an dernier, à lire ici si vous l’aviez raté) et peu de choses ont vraiment changé dans la perception générale du jeu vidéo en France, le « contrôle qualité » ne semblant toujours pas être la priorité des éditeurs, du moins quand il s’agit de proposer leur produit à l’étranger. Espérons néanmoins qu’il sera possible de choisir sa langue, ou au pire de commuter sa console en anglais, pour pouvoir apprécier BINARY DOMAIN de la façon dont il a été conçu à l’origine, mais bon, le travail de sagouin, ça commence à bien faire !

Image de prévisualisation YouTube

7 Commentaires

  1. Arnaud

    Énorme ! Par contre, en plus de tous les trucs pointés dans le texte, y’a pas une méga loose à environ 2,10mn ? Le Président qui dit « Nous sommes un pays religieux Mr Bergen, et lui seul peut créer la vie. » (un pays religieux qui peut créer la vie ??), j’ai l’impression qu’en VO, ça devait être un truc du style « Nous sommes un pays qui croit en Dieu Mr. Bergen et lui seul peut créer la vie », et que le traducteur a légèrement modifié la première partie de la phrase sans penser à la raccorder avec la 2e partie…

    • Thomas CAPPEAU

      Clair, c’est ouf Arno ! Le boulot de sagouin !

  2. Caïus

    J’ai l’impression qu’il y a un seul doubleur pour faire toutes les voix.

  3. Beurk

    Peut-être fallait-il comprendre ça comme ça :

    Nous sommes un pays religieux Mr Bergen, et LUI seul peut créer la vie

    Mais bon après faut un bon jeu d’acteur pour marquer le « lui »

  4. Yup

    J’ai bossé comme traducteur sur ce jeu, et non – la traduction est bien la bonne.
    On connaît notre boulot quand même.
    Après si c’est le doubleur qui foire, c’est pas notre problème :/

    De plus, les gens passent leur temps à mettre la VO sur un piédestal.
    Mais pour bosser dans le milieu, je peux vous garantir que les scénaristes sont loin d’être des gros pros et que l’anglais à partir duquel on traduit peut dire n’importe quoi (et croyez-moi, ça arrive BIEN PLUS SOUVENT que vous ne pourriez le penser.) Je ne vous raconte pas le nombre de fois où c’est nous qui leur rattrapons le coup et où l’on se retrouve avec des gars qui nous bafouille un « ah yeah, exact, sorry ’bout that, we will amend the English… »

    Il faut savoir que nous, nous traduisons ce que l’anglais raconte. On ne s’amuse pas à ré-écrire le jeu, ce n’est tout simplement pas notre taf – et surtout, c’est pas nous qui décidons comment les choses se passent – malheureusement, je vous l’accorde…

    • Yop

      merci de ton retour « Yup »

      Tu peux me dire pour quelle boite de loc tu as bossé et quel studio a enregistré ?

      Sinon pour la fameuse phrase,
      Il est impossible de jour la nuance « Lui » dans le temps qui est imparti au comédien pour le faire, c’ets tout bête
      Mais là c’est une erreur du DA (directeur artistique) SI il y en avait un au moment du Rec

  5. Yup

    […] on se retrouve avec des gars qui nous bafouillent […]

    Spelling mistake, désolé 🙂

Laissez un commentaire