E3 2013 : LE RÉCAP DES (BANDES) ANNONCES

L’E3 a fermé ses portes et nous avons désormais pu voir tout ce que cette édition 2013 avait à nous offrir. Le spotlight aura bien sûr fermement été dirigé vers les nouvelles consoles que sont la PS4 et la Xbox One, mais le plus important reste les jeux en eux même. Et de ce point de vue, le salon n’aura pas déçu puisque l’on aura eu droit à une des plus belles moissons de mémoire récente. En guise de conclusion à notre série d’articles sur l’évènement vidéoludique de l’année, voici donc un passage en revue de ceux qui auront su le mieux retenir notre attention.

MIRROR’S EDGE 2

Comme quoi les miracles peuvent parfois arriver. Alors que les fans la réclamaient à corps et à cri depuis des années, apparemment en vain, la suite de MIRROR’S EDGE aura été la surprise de fin de la conférence Electronic Arts. Suite tardive donc, mais qui compense par l’ambition, puisque l’on appris qu’elle prendra la forme d’un titre en monde ouvert, décidément le mot-clé de cet E3. Malgré le chiffre 2 après le nom, il ne s’agira ceci dit pas d’une suite directe aux aventures de Faith, mais bien d’une préquelle/reboot qui nous racontera ses origines. Conceptuel… Il faudra en tout les cas s’armer d’encore un rien de patience puisque la fin du bref teaser nous annonce une date de sortie pour « quand ce sera prêt ». Si ça permet aux développeurs de corriger les défauts du premier, on est prêt à leur laisser tout le temps qu’ils veulent.

Image de prévisualisation YouTube

SUNSET OVERDRIVE

Jusqu’ici collaborateur attitré de Sony (par le biais des franchises RATCHET ET CLANK et RESISTANCE), Insomniac semble désormais décidé à voler de ses propres ailes. Récemment passé au multi-plateformes avec leur TPS FUSE (qui aurait visiblement mieux fait de demeurer le cartoonesque OVERSTRIKE à en croire la presse…), le studio « passe à l’ennemi » en développant cette exclusivité Xbox One, présenté en grande pompe durant la conférence de Microsoft (oui, on l’avait oublié dans notre compte-rendu…). Rien de plus qu’une vidéo concept à se mettre sous la dent pour le moment, qui annonce un shooter en (tous en chœur) monde ouvert qui mettra l’accent sur l’agilité des déplacements. On devrait donc pouvoir blaster du mutant en courant sur les murs, en glissant sur des filins et en enchainant les acrobaties, le tout avec des armes imaginatives (on aperçoit ainsi dans la vidéo un fusil à pompe boosté à la boisson énergisante), la marque de fabrique du studio. A voir sur du plus concret, même s’il est appréciable de voir un jeu aussi coloré et qui semble mettre avant tout l’accent sur le fun (pourvu qu’Insomniac ne change pas encore une fois son fusil d’épaule en plein développement…).

Image de prévisualisation YouTube

BATMAN : ARKHAM ORIGINS

Si un nouveau studio préside désormais à la destinée de l’homme chauve-souris (Warner Montréal remplaçant Rocksteady), la politique de ARKHAM ORIGINS semble être celle du changement dans la continuité. Si l’on se base sur la longue démonstration de gameplay visible ci-dessous, le système de combat semble ainsi ne pas avoir changé d’un iota, exception faite d’ennemis un poil plus coriaces, capables de contrer eux-mêmes les attaques de Bats. Décision cela-dit compréhensible compte-tenu du fait que ledit système compte parmi les points les plus acclamés des deux volets précédents. On sera donc plus intéressé par la focalisation plus importante mise par cette préquelle sur le mode détective, qui vise cette fois à retranscrire au mieux les capacités de déduction du héros, l’exemple donné ici étant la reconstitution du pourquoi du comment d’un crash d’hélicoptère. Peu de prises de risques donc, mais une volonté apparente de raffiner une formule gagnante, qui devrait à minima permettre à ARKHAM ORIGINS de nous faire patienter en attendant de savoir sur quoi travaille Rocksteady. Une inconnue demeure cependant : en l’absence de Paul Dini à l’écriture, les nouveaux développeurs seront-ils à même de proposer des intrigues aussi solides et une vision cohérente de Batman ?

Image de prévisualisation YouTube

THE WALKING DEAD : 400 DAYS

Si comme nous vous vous êtes essayés à THE WALKING DEAD et en êtes ressorti en tenant là votre jeu de l’année, nul doute que vous rongez votre frein en attendant la deuxième saison, prévue pour la fin de l’année. Telltale Games, dans sa grande mansuétude, pense à vous et prépare donc un DLC pour combler le manque. Celui-ci prendra la forme d’une anthologie, qui nous verra incarner cinq personnages différents pour autant d’historiettes, et se déroulera sur 400 jours donc, depuis les débuts de l’épidémie jusqu’au présent. Le studio maintenant évidemment son approche axée sur la narration, il sera possible de jouer les histoires soit par ordre chronologique, soit dans le désordre le plus complet. Et si  le déroulement des histoires sera affecté par les choix effectués par le joueur lors de la saison 1, ceux qui seront fait durant le DLC auront eux-même des conséquences sur la future saison 2. L’arrivée de 400 DAYS est prévue pour le mois de Juillet, pour un prix annoncé de 5$, aucune raison donc de ne pas reprendre une tranche de personnages complexes et de choix cornéliens.

Image de prévisualisation YouTube

INFAMOUS : SECOND SON

Annoncé aux côtés de la PS4 durant la première présentation de cette dernière en Février, le nouvel opus de la série super-héroïque de Sucker Punch aura profité de l’E3 pour se dévoiler un peu plus. Si un nouvel héros est en tête d’affiche (exit Cole McGrath, bonjour Delsin Rowe, incarné par le désormais incontournable Troy Baker), les fondamentaux semblent inchangés puisque SECOND SON propose visiblement toujours le même mélange d’action-TPS et de traversée de l’environnement façon parkour urbain. Le gain de puissance de la PS4 se fait ainsi surtout sentir dans la manifestation des pouvoirs du héros, désormais basé sur la fumée et qui entraînent ainsi quantité d’effets de particules. On notera surtout le déplacement de l’action de villes fictives dans les deux précédents à Seattle pour celui-ci, une capacité de destruction de l’environnement plus poussée qu’auparavant et surtout des pouvoirs plus spectaculaires, à l’image de celui qui conclut la vidéo. De l’avis de nombreux journalistes présents sur le salon, SECOND SON serait bien parti pour s’imposer comme une des premières exclusivités marquantes de la PS4 . On s’en assurera au premier trimestre 2014, le jeu manquant le lancement même de la console.

Image de prévisualisation YouTube

THIEF

Encore un reboot avec celui de la franchise d’infiltration qui fit les belles heures du PC dans les années 90. Originellement créée par Looking Glass (studio qui comptait en ses rangs des noms aussi prestigieux que ceux de Warren Spector ou Ken Levine), la série est désormais confiée aux bons soins d’Eidos Montréal. L’équipe en charge du projet n’est pas la même que celle en charge de DEUS EX : HUMAN REVOLUTION mais les deux projets partagent une volonté de remettre au premier plan une ancienne gloire. Comme ce dernier donc, THIEF  reprend les anciennes bases en les remettant au goût du jour, avec toujours un souci de proposer une grande variété au joueur dans la façon d’approcher les situations. Pour ce que l’on peut en voir, ce reboot nous fait fortement penser au récent DISHONORED, ce qui n’a rien d’étonnant quand on sait que Harvey Smith, un des créateurs du THIEF original occupait un poste important sur le titre d’Arkane. A charge donc pour Eidos Montréal de se démarquer suffisamment pour ne pas se faire voler la vedette à l’arrivée.

Image de prévisualisation YouTube

DRAGON AGE 3 : INQUISITION

Rarement série aura connu dégringolade aussi rapide de sa côte d’amour auprès du public que les DRAGON AGE.  Si  le premier volet, sous-titré ORIGINS avait su s’attirer les faveurs des aficionados de RPG, sa suite aura en revanche été extrêmement critiquée par les mêmes. Au menu des reproches : un système de combat moins poussé, des aires de jeu par trop réduites et identiques et une narration défaillante, loin de la complexité de son aîné (ou même des autres titres du studio). Il est donc impératif pour Bioware de corriger le tir, ce que les développeurs promettent depuis l’officialisation du jeu, en expliquant qu’il prendra le meilleur de ses deux prédécesseurs pour livrer l’épisode le plus complet possible. Difficile cependant de tirer la moindre conclusion à la vue de cette première vidéo, qui se contente de dérouler son imagerie épique classique et de se conclure sur le retour d’un personnage marquant du premier volet en guise de coup de coude aux fans. On peut cependant penser que l’annonce du décalage de la sortie à la fin 2014 devrait laisser le temps aux développeurs de peaufiner leur bébé et ainsi éviter le côté bâclé qui portait préjudice à DRAGON AGE 2. La question de savoir s’il faut attendre cette inquisition reste en tout cas entière.

Image de prévisualisation YouTube

LEGO MARVEL SUPER HEROES

La licence Lego étant déclinable à l’infini, rien d’étonnant à la voir aujourd’hui s’attaquer à l’ écurie des super-héros de la maison des idées, d’autant plus au vu du succès rencontré par les deux LEGO BATMAN. Guère de surprises non plus à constater que la formule sur laquelle se construit la franchise depuis ses débuts ne semble pas avoir changé d’un iota. Il s’agira donc toujours de traverser des niveaux en passant d’un personnage à l’autre et en construisant/détruisant le décor afin de pouvoir progresser. Le succès d’AVENGERS au cinéma aidant, les héros Marvel seront encore une fois confronté à Loki, mais le roster disponible devrait logiquement dépasser celui du simple cadre des Vengeurs pour permettre d’incarner un nombre considérable de personnages Marvel, héros comme vilains d’ailleurs. Pas de gros bouleversement en perspective donc, mais le charme devrait toujours opérer et quand on se souvient que LEGO BATMAN 2 nous avait donné pour la première fois l’impression dans un jeu d’incarner pleinement Superman, il se pourrait bien que MARVEL SUPER HEROES en fasse de même pour des personnages comme Iron Man ou Captain America, guère gâtés jusqu’ici par leurs incarnations vidéo-ludiques.

Image de prévisualisation YouTube

THE EVIL WITHIN

Nous ne reviendrons pas sur le concept de EVIL WITHIN puisque nous vous en avions déjà parlé en long et en large au moment de l’annonce officielle du jeu. Il nous paraît cependant utile de reparler du jeu puisque l’E3 aura été l’occasion d’en avoir enfin un premier aperçu en mouvement. Nous plaçons beaucoup d’espoir en ce titre, qui marque rappelons le le retour du grand Shinji Mikami au genre qui a fait sa gloire. Des espoirs qui semblent bien en passe d’être satisfaits. Certes, l’aperçu est plus que bref, mais on peut néanmoins en déduire que l’ambition de remettre la peur au premier plan, plutôt que l’action, est bel et bien là. Atmosphère stressante, décors bien glauques, monstres stressants (le boucher et sa tronçonneuse rappellent les moments les plus intenses de RESIDENT EVIL 4 à notre bon souvenir) et un héros pas armé pour faire face à une légion de créatures infernales répondent à l’appel, pour ce qui devrait donc être un survival-horror dans le plus pur sens du terme. Ceci n’est certes qu’une mise en bouche, mais elle remplit parfaitement ses fonctions en nous donnant envie d’en voir beaucoup plus.

Image de prévisualisation YouTube

TRANSISTOR

Voici maintenant deux ans, les petits nouveaux de SuperGiant Games avaient frappé fort avec BASTION, leur première production. En surface un action-RPG tout ce qu’il y a de plus classique, le jeu se démarquait du tout venant par son approche originale de la narration, qui passait par la présence d’un narrateur qui commentait en temps réel les actions du joueur. Après pareil coup d’essai, le jeune studio est donc attendu au tournant. A eux de confirmer avec ce TRANSISTOR qui s’annonce sous d’excellents auspices. Par rapport à BASTION, le jeu conserve la perspective en 3D isométrique mais change d’ambiance puisque l’on passe d’un univers de fantasy à du cyberpunk dans la plus pure tradition du genre, et le combat devrait cette fois comporter une importante composante de stratégie en temps réel, combinée avec du déplacement libre. On y incarnera Red, une jeune chanteuse qui se retrouve en possession du Transistor éponyme, une mystérieuse et puissante épée douée de parole, et se voit traquée par ses propriétaires originaux. A elle de survivre et de découvrir les mystères que renferment l’arme. Comme nous vous le disions dans un précédent papier, la PS4 sera la console à avoir la primeur de TRANSISTOR (il sortira également sur PC via Steam), il y a donc de fortes chances qu’il fasse partie des jeux les plus intéressants du line-up des premiers mois de son existence.

Image de prévisualisation YouTube

MAD MAX

En voilà un qui se sera fait désirer ! Annoncé il y a des lustres comme une collaboration entre Cory Barlog (game director de GOD OF WAR II) et le grand George Miller, le premier jeu depuis 1990 à mettre en scène notre héros post-apo préféré s’était fait fort discret, au point qu’on venait à douter de son existence. Heureuse surprise donc que de le voir resurgir durant la conférence Sony, même si c’est désormais Avalanche Studios qui se trouve à sa tête. Si on n’aura pu voir qu’une brève vidéo en CGI, une démo était présentée sur le salon, et l’on aura ainsi pu apprendre qu’il s’agira bien évidemment d’un monde-ouvert, qui mettra l’emphase sur la customisation du véhicule, et les poursuites furieuses contre les punks voleurs d’essence. Bien que le jeu soit prévu pour coïncider avec la sortie du prochain FURY ROAD, Max n’aura pas le visage de Tom Hardy, pas plus que celui de Mel Gibson d’ailleurs. On ne se fait guère de doutes quant à la capacité des responsables de JUST CAUSE 2 à transposer comme il faut l’univers de la trilogie ou ses grands moments de carnage véhiculaire, mais il serait souhaitable qu’un effort soit fourni quant à l’aspect narratif du titre, d’autant qu’on ignore encore si Miller reste impliqué de près ou de loin sur le projet.

Image de prévisualisation YouTube

METAL GEAR SOLID V : THE PHANTOM PAIN

On termine par ce qui s’impose sans problème comme notre jeu du salon. Les précédentes BA nous avaient déjà bien mis la pression mais celle-ci la fait encore grimper d’un cran ! Depuis un bon moment déjà, lorsque Hideo Kojima évoque son projet, c’est en mentionnant le fait qu’il s’apprête avec celui-ci à briser un certain nombre de tabous, au point même de se demander si le jeu pourrait sortir sous cette forme. On peut bien sûr considérer cela comme un discours savamment étudié, mais le long trailer de neuf minutes de THE PHANTOM PAIN vient remettre les pendules : effectivement, ça risque d’être corsé point de vue contenu. Entre de multiples scènes de torture, les mutilations subies par le personnage de Miller et la présence d’enfants soldats, avec suggestion que l’on pourrait bien être amené à les affronter au cours de l’intrigue, Kojima est bel et bien décidé à s’attaquer à des sujets que le jeu vidéo préfère ne pas toucher en règle générale. On y verra là un signe supplémentaire encourageant de la phase de maturité dans laquelle entre le media, pour peu que le traitement suive. Et l’on comprend mieux du coup le fait d’avoir choisi Kiefer Sutherland pour incarner Snake, la présence de l’acteur donnant instinctivement un aspect plus brutal au personnage, en accord avec le parcours que le jeu semble vouloir lui faire traverser. Du reste, et outre son excellence technique (qui laisse songeur quant au résultat final quant on entend Kojima dire que le rendu sur next-gen devrait être supérieur…), cette BA laisse aussi entrevoir un titre particulièrement riche et ambitieux dans son contenu et son design, et qui pourrait bien boucler une boucle en faisant se rejoindre les arcs de Big Boss et de Solid Snake. Toujours pas de date de sortie pour le moment, chose qui ne fait qu’accroître notre impatience à avoir le jeu entre les mains.

Image de prévisualisation YouTube

Pas encore de commentaire

Laissez un commentaire