BOUDDHA OF WAR

Au cours du récent Tokyo Game Show, Capcom aura largement démontré une croyance indéfectible en nécessité pour le jeu japonais de s’occidentaliser. Qu’il s’agisse d’un énième discours du producteur Keiji Inafune stigmatisant une piètre qualité du développement local ou du nouveau DMC confié aux anglais de Ninja Theory (cf notre news sur le sujet), l’éditeur semble largement tourner le dos à ses racines. La surprise fut donc d’autant plus grande de voir un des jeux les plus typiquement japonais du salon sortir de chez eux. Et, comme pour démontrer à quel point le géant japonais fait fausse route, le dit jeu s’annonce comme le plus réjouissant du lot, précisément pour cette raison.

Disons le franchement, à la vision du trailer de ce ASURA’S WRATH, on serait bien en peine de savoir exactement à quoi ressemblera le produit fini. Si l’on peut penser, au vu des quelques phases de gameplay et de la présence visiblement abondante de QTE, qu’il s’agira d’un beat them all façon GOD OF WAR, on pourrait tout aussi bien en déduire qu’on est en présence d’un film interactif, l’essentiel du trailer ressemblant à une longue cinématique. Et le producteur du jeu ne nous éclaire pas forcément en déclarant dans une interview à Famitsu que le jeu ne devrait offrir que peu de liberté, peu d’items, et ne pas être aisément accessible. Mystère et boule de gomme complet sur le gameplay, donc, mais qu’à cela ne tienne car le trailer assure l’essentiel : filer la méga banane.

Image de prévisualisation YouTube

Difficile en effet de garder tout son sérieux et sa contenance devant un tel concentré de portnawak. Les développeurs de Cyber Connect 2, jusque-là habitués aux jeux à licence NARUTO, semble s’être donné pour seule mission de pousser tous les boutons du volume à 11, au point qu’on en arrive à se demander s’il ne s’agirait pas quelque part d’une tentative de parodier gentiment la tendance prononcée de l’industrie à toujours vouloir faire plus « badass » que le dernier jeu « badass » en date. Entre un héros ne s’exprimant que par grognements et que même une batterie de lances fichées dans le corps ne parvient pas à arrêter, ou un ennemi capable d’invoquer un dieu de la taille d’une galaxie dont le doigt géant provoque une friction atmosphérique, la limite de la badasserie est largement explosée pour atteindre une forme d’ironie. En bref, on a beau n’avoir pas la moindre idée ce que ça va pouvoir raconter, ou bien même à quoi ça va ressembler, mais on a très très hâte de poser les mains sur ce qui s’annonce comme un authentique jeu chtarmbouze, pour citer directement un célèbre critique de la place parisienne !

2 Commentaires

  1. Hannnnn on dirait Gurren Lagann en jeux vidéos

  2. David

    Putain ?!!!! C’est vrai que ça à l’air incroyablement portnawak ! Le doigt de Bouddha qui vient de l’espace, la pluie de lances, la multiplication des bras (et des pains dans la gueule ..) o_O

    Pour le gameplay j’ai l’impression que ça va être du God of War like avec quelques touches de cinématiques interactives à la Dragon’s Lair.

    Quoi ? Dragon’s Lair c’est dépassé ? Autant pour moi. Des cinématiques interactives à la Space Ace alors ^^

    Pas d’info sur une hypothétique compatibilité move par hasard ? Ca pourrait être fun d’écarter les bras et de balancer des mandales avec 1 cornets de glace lumineux dans chaque main. (nan parce qu’il serait temps que je rentabilise mon PSMove quand même)

Laissez un commentaire