VIVA LA VITA

On vous en avait parlé avec un enthousiasme certain au moment de sa présentation à l’E3 de Juin dernier, et cette-fois ça y est, on a pu poser les mains sur la PS Vita. A l’occasion du Paris Games Week, Sony a en effet débarqué en force pour présenter sa nouvelle portable, discours marketing bien rôdé et batterie de jeux testables à l’appui. Compte-rendu d’une prise en main certes brève mais rassurante quant au potentiel bien réel de la machine.

Quiconque aura déjà suivi une campagne marketing made in Sony aura connaissance de la façon dont fonctionne la firme japonaise, avec son pitch de vente axé sur la dimension « lifestyle » de ses machines. Pas de changement majeur de ce côté-avec la Vita, comme nous le confirme le petit speech que nous fait un VRP avant que nous ayons le droit de toucher au saint-Graal, et au cours duquel on apprendra notamment que le nom Vita a été retenu parce que la console représente une toute nouvelle expérience de vie. Rien que ça… Fort heureusement, bien conscient qu’on est surtout là pour essayer la bête, le monsieur nous libère vite et c’est la ruée vers les machines disponibles, la sélection de jeu étant aussi vaste que le temps dont nous disposons est limité. M’emparant de la première console libre à ma portée, je tombe sur une démo de WIPEOUT 2048. Première surprise concernant la console, son poids, extrêmement léger alors qu’on aurait pu s’attendre au contraire, et qui rend la prise en main très agréable. La grosse nouveauté étant bien évidemment la présence des deux sticks analogiques, on s’y essaye immédiatement, pour découvrir que s’ils répondent au doigt et à l’oeil, leur positionnement risque en revanche de demander un certain temps d’adaptation. Mais bien évidemment, l’attrait principal de la console est son écran. Déjà impressionnant sur la première PSP, celui de la Vita offre un rendu proprement superbe à des graphismes qui rivalisent presque avec ceux des grandes soeurs de salon. Clairement, c’est là le gros argument vente pour l’instant de la console et le résultat relève du jamais-vu sur portable.

Image de prévisualisation YouTube

Quant au jeux, ce que nous avons pu essayer se rangerait pour l’instant dans le domaine du « solide mais classique ». Une course sur WIPEOUT 2048 permet de réaliser que le jeu n’ambitionne visiblement pas de révolutionner la formule mais itère de façon convaincante sur ses prédécesseurs, et la promesse du jeu cross-platform avec la PS3 forme un sacré argument de vente. La prise en main étant en outre plus que nickelle, nul doute que les fans de la série seront aux anges. Quant à UNCHARTED : GOLDEN ABYSS, là aussi pas de grosses surprises, le jeu semblant se borner à être une version de poche des aventures de Nathan Drake, certes aussi rythmé et spectaculaire que ses confrères PS3 mais sans réelle nouveauté, si ce n’est quelques fonctionnalités liées au touchscreen, qui oscillent entre le sympathiquement gadget (tracer à l’écran des coups de machette) et l’inutilement casual (la possibilité d’automatiser le trajet de Drake, fort heureusement optionnel).

Image de prévisualisation YouTube

Si la baffe technique de la Vita est indéniable, les jeux essayés laisseraient en revanche à penser que la console court le risque de suivre le chemin de sa grande soeur en ne proposant que des versions « mini » des grosses licences de salon. On sait via les différentes annonces que des jeux plus originaux se préparent cependant, et le but de Sony sur ce salon était de toute manière plus clairement d’impressionner avant tout grâce aux capacités techniques de sa machine. Mission largement accomplie, et nul doute que nombreux sont parmi ceux qui auront pu essayer l’engin qui attendent désormais la date du 22 Février 2012, jour de sa sortie en France, avec une impatience certaine.

Pas encore de commentaire

Laissez un commentaire