INVASION PLANÈTE X-OR

Pas de nostalgie régressive ou de regard distancié ici : le retour d’X-Or dans les salles obscures nippones nous permet surtout d’évoquer un genre trop méconnu chez nous, et de nous féliciter du retour des « metal hero », ces hommes de loi métalliques et intergalactiques absents depuis bien trop longtemps des écrans.

Avant BIOMAN et peu après SPECTREMAN, X-OR fut l’un des grands émissaires en France du « tokusatsu » (que l’on peut traduire par « effets spéciaux »), ces productions nippones aussi folles que généreuses et qui, malgré des budgets et des délais de production misérables, offrent à la marmaille survoltée et aux grands enfants décomplexés leur lot quotidien de monstres (un nouveau gloumoutte caoutchouteux par semaine minimum pour les séries tv) et de scènes d’action qui étaient réglées, dans le cas de X-OR, par les membres du légendaire Japan Action Club de Sonny Chiba.

X-Or, Gavan en VO (en hommage, et je ne vous raconte pas de carabistouille, à Jean Gabin), demeure indéniablement la figure de proue d’un sous-genre très populaire du « tokusatsu » : le « metal hero ». Non content de remporter un succès colossal en France et aux États-Unis, Gavan peut s’enorgueillir d’avoir laissé une trace indélébile dans la sous-culture occidentale : Rob Bottin cite le personnage comme l’une des sources d’inspiration du look de l’armure de ROBOCOP (qui rendait par ailleurs hommage au « tokusatsu » à travers le show télévisé que regarde le fils de Murphy), et par Quentin Tarantino qui offre à la star du show, l’éminemment sympathique Kenji Ohba, un chouette petit rôle de cuisinier dans KILL BILL VOLUME 1.

Mais GAVAN est surtout un phénomène au Japon, et le triomphe de la série donna lieu à deux suites : SHARIVAN (X-OR 2 en France) et SHAIDER (LE CAPITAINE SHEIDER chez nous, le nom du personnage étant cette fois un hommage à Roy Scheider). À noter que le rôle-titre de SHAIDER était tenu par Hiroshi Tsuburaya, autrement dit le petit-fils d’Eiji Tsuburaya, le mythique créateur des effets spéciaux de GODZILLA.

On imagine bien qu’il était tentant pour la Toei de raviver cette franchise ultra populaire, et cela fait dix ans que la société tente de remettre au goût du jour GAVAN et ses copains justiciers, sans succès. Selon August Ragone, l’auteur de l’indispensable EIJI TSUBURAYA : MASTER OF MONSTERS (disponible chez Chronicle Books), la série télévisée KAMEN RIDER RYUKI fut d’ailleurs le fruit d’une de ces tentatives avortées.

2012 marquant le trentenaire de la naissance de Gavan, Toei a tenté un timide revival en début d’année, en faisant apparaître Kenji Ohba et son alter ego métallique dans le film tiré du « sentai » (terme désignant cette fois les séries de super héros colorés façon BIOMAN ou FRANCE FIVE) : GOKAIGER. Le film, sobrement intitulé GOKAIGER VS. GAVAN : THE MOVIE est un carton au box-office japonais qui convainc Toei de lancer un long-métrage entièrement dévolu à Gavan et qui sortira en salles au Japon le 20 octobre prochain. On vous laisse imaginer les conditions de production de la chose !

Image de prévisualisation YouTube

Bien entendu, Kenji Ohba renfile le jean blanc immaculé de Retsu Ichijouji, l’identité terrestre de Gavan, et passera le flambeau au terme de ce nouveau combat à un nouveau shérif de l’espace, à savoir Gavan Type-G, interprété par Yuma Ishigaki (vu dans le Miike 13 ASSASSINS, mais aussi les deux néo-chambaras AZUMI). Parmi la jeune garde de ce film, on notera également la présence d’Honoka, top-model, romancière et comédienne qui, si elle est apparue dans le très nul MACHINE GIRL de Noburi Iguchi, est surtout connue des gens de bon goût en tant qu’actrice porno. Les bambins apprécieront.

Bien qu’il sacrifie en partie au jeunisme du tokusatsu actuel, le film joue à fond la carte de la nostalgie, avec le retour des vieux ennemis de Gavan, la mafia intergalactique du Makku Cosmic Crime Syndicate, l’utilisation de l’équipement original de Gavan et la reprise de la chanson du générique VO, interprétée par Akira « Kussi » Kushida, le Nino Ferrer japonais. Mais nous aurons également droit à l’apparition des deux autres shérifs de l’espace, Sharivan et Shaider qui seront interprétés par les jeunots Riki Miura et Akira Date que l’on a pu voir respectivement dans GEKIRANGER et KAMEN RIDER OOO. Par contre, on ignore encore si l’interprète de Sharivan, Hiroshi Watari, fera une apparition dans le film (Hiroshi Tsuburaya, pour sa part, nous a quittés prématurément en 2001). Les fans seront également heureux de retrouver Toshiaki Nishizawa dans le rôle du sévère, mais juste, professeur Kom.

Enfin, la mise en scène est assurée par un ancien cascadeur, Osamu Kaneda, réalisateur de KAMEN RIDER X SUPER SENTAI : SUPERHERO WARS mais surtout – SURTOUT – de plusieurs épisodes de la première saison de l’indispensable GARO, un show cheap mais fabuleux dont nous vous reparlerons très bientôt, promisjurécraché.

Évidemment, si le film remporte le succès escompté au box-office, la Toei relancera une nouvelle série centrée sur GAVAN, ce qui apporterait une fraîcheur bienvenue dans le « tokusatsu » actuel qui étouffe quelque peu entre les énièmes déclinaisons de KAMEN RIDER et d’ULTRAMAN.

Quelques bonus pour terminer : Le site officiel du film et un site francophone très complet sur les Space Sheriff.

Un extrait de GOKAIGER VS. GAVAN : THE MOVIE avec Kenji Ohba, qui n’a rien perdu de sa superbe

Image de prévisualisation YouTube

Un entretien avec Kenji Ohba qui parle durant cinq petites minutes de SPACE SHERIFF GAVAN : THE MOVIE (avec Yves Duteil en fond sonore), pour enchaîner sur ses activités annexes. Sous titrages pénibles, mais sous-titrages quand même.

Image de prévisualisation YouTube

Et on termine en beauté, avec le générique interprété en live par l’énergique Kussi, devant une foule en délire !

Image de prévisualisation YouTube

7 Commentaires

  1. Gwegz

    Je dois avouer que, en tant que fan hardcore de tokusatsu, je craignais un peu del ire un tel article.
    Mais je dosi reconnaître que non seulement il est tout à fait convainquant, mais qu’en plus il est absolument reussi dans le coté didactique de l’explication des termes et styles du genre.
    Je souleverai juste que Date Akira n’est pas le nom du comédien interpetant la version civile de Sharivan.
    En effet, ce nom est celui du personnage incarné dans Kamen Rider OOO, portant l’armure du sidekick Kamen Rider Birth. Son interprête se nommant en fait Iwanaga Hiroaki (on peut aussi le voir en flamboyant guerrier dans la série live de Sengoku Basara, tiré du jeu éponyme).
    Oh et oui, pitié parlez de Garo, qui est à mon sens une merveille du Fantastique moderne à la télévision, à peine desservi par ses moyens on ne peut plus modestes. Non, en fait je dirais que ce manque de moyens l’a même poussée vers le haut dans sa deuxième saison, incitant ses créateurs vers de prouesses d’inventivité.

    Dans l’espoir de vous suivre plus les coupains!

  2. Florian

    Je profite d’être en présence de spécialistes : j’ai un vague souvenir de Spielvan (si je ne me trompe), qui passait au club Dorothée quand j’étais enfant et qui me faisait furieusement penser à X-or …
    Y avait il un lien ?

  3. juledup

    C’est aussi un « metal hero ».

  4. Reda

    En hommage à Spielberg j’imagine ^^

  5. juledup

    On le dit…

  6. Gwegz

    Dans la mesure ou ça se prononce grosso modo « Spilban » oui c’est fort probable.

  7. Zed

    bordel, mais X-OR…c’est Patrick Bouchitey !?

Laissez un commentaire