FAVELA CHOC

Aussi intéressantes soient-elles, les tentatives de multi sur des jeux comme GTA IV et RED DEAD REDEMPTION manquaient par moments de cohésion pour totalement emporter l’adhésion. L’évidente application, la qualité technique globale et la volonté de sortir des sentiers battus ne suffisent donc pas pour Rockstar, qui n’a jamais réussi à s’imposer sur le terrain du « live » avec la même force et le même panache que sur ses incroyables campagnes solo. Est-ce que le mode multi de MAX PAYNE 3 serait susceptible de proposer une expérience différente, mais de qualité égale à celle que promet le mode solo ? Après y avoir joué pendant une poignée d’heures, il semblerait que ce soit bien possible !

De par sa conception et en tant que nouvelle excroissance d’une licence vieille de plus de dix ans, MAX PAYNE 3 sera (est ?) un jeu probablement plus modeste que GTA IV, RED DEAD REDEMPTION ou le futur GRAND THEFT AUTO V. Plus modeste ne signifie pas forcément moins réussi, mais les enjeux mis en place par le gameplay étant moins complexe de nature, la création d’un mode multi dans la droite lignée des fusillades homériques mises en place par les deux premiers jeux (et le solo de ce troisième opus) semblait couler de source. De plus, il est désormais assez évident que la possibilité de prolonger l’expérience sur le « live » de manière convaincante est susceptible d’assurer la pérennité d’un titre pour les mois à venir, les licences CALL OF DUTY ou BATTLEFIELD en savent quelque chose. Aussi, l’équipe de Rockstar se devait de réfléchir à la manière d’extrapoler l’univers particulier de la licence pour l’appliquer à une logique d’expérience commune. Et c’est l’un des aspects les plus intéressants du mode multijoueur de MAX PAYNE 3, qui demande régulièrement au joueur d’enchaîner les petits coups de putes, ce qui est on ne peut plus logique dans un monde aussi impitoyable et cynique que celui dans lequel Max évolue. « L’union fait la force » qu’il disait l’autre ? Pas ici amigo, pas ici !

Ainsi, même s’il regroupe plusieurs modes coopératifs par essence (des équivalents aux habituels Team Deathmatch et Capture the Flag qui sont détaillés dans la nouvelle vidéo multijoueur explicative ci-dessous) et qu’il inaugure le mode « Crews » qui devrait vous permettre de maintenir votre groupe de potes d’un jeu Rockstar à l’autre (et évidemment, GTA V est compté), et les statistiques qui vont avec, le mode multijoueur de MAX PAYNE 3 déploie quelques fonctions vachardes tout à fait réjouissantes. Ainsi, dans le mode « Payne Maximale », deux joueurs incarnent Max et Passos, deux des principaux protagonistes du mode solo qui sont ici légèrement plus puissants que la moyenne, et il convient aux autres joueurs de les éliminer pour les incarner à leur tour. L’idée en soi est excellente, et permet d’ailleurs de monter les joueurs les uns contre les autres,  en maintenant une forte connivence envers les protagonistes principaux, qui doivent s’entraider pour ne pas perdre la face. Plus sadique encore, certaines petites fonctions – dont une joyeusement surnommée « paranoïa » – permettent de semer le trouble parmi les différents gangs, en mélangeant les rôles et en faisant croire qu’un membre adverse est désormais dans votre équipe, et vice-versa. Petit détail révélateur de cette tendance à exploiter de manière concrète l’ambiance déliquescente propre à la licence, Rockstar permet même de gagner un succès si vous refroidissez un joueur qui figure dans votre liste d’amis. La volonté des développeurs pousse forcément les parties à devenir chaotiques, sans que la confusion soit forcément de mise. Et si les atouts principaux de la campagne solo sont présents (le mode « bullet time » est rare et s’applique aux joueurs dans votre champ de vision uniquement), ce mode multi joue plus volontiers la carte du feu nourri plutôt que celle de la tension définitivement palpable dans les missions solo qui nous ont été montrés (voir notre preview ici). Un complément agréable, car il s’agira ici de repenser sa façon de jouer avec le gameplay de MAX PAYNE 3, comme le système de couverture par exemple, qui ici vous permet à peine de recharger vos batteries, plutôt que d’avoir quelques coups d’avance comme c’est le cas dans le mode solo. Bref, le fun est clairement de mise, et il ne reste plus qu’à espérer que l’expérience se prolonge au delà de quelques heures de jeu.

Pas encore de commentaire

Laissez un commentaire