RICK & MORTY : LES ORIGINES

Alors que la deuxième saison de RICK AND MORTY vient de s’achever de manière triomphante aux Etats-Unis et que France 4 commence tout juste à diffuser la première saison, il convient de revenir sur la géniale série de Dan Harmon et Justin Roiland pour essayer de comprendre les raisons d’un succès largement mérité !

Diffusée entre le 2 décembre 2013 et le 14 avril 2014, la première saison de RICK AND MORTY a le droit à une bonne réception critique et enregistre des scores d’audience relativement honorables (autour de 1,5 millions de téléspectateurs américains), même si la série reste relativement confidentielle. Ce n’est qu’à l’approche de la deuxième saison, durant le mois de juillet 2015, que RICK AND MORTY va gagner en popularité : plusieurs sites culturels vont commencer à y consacrer des articles, les réseaux sociaux ne cessent d’y faire référence et le nombre de recherches Google associées à la série croît de façon exponentielle. Signe de la hype qui entoure la série, les auteurs des SIMPSONS lui offre un couch gag pour promouvoir la seconde saison.

Image de prévisualisation YouTube

De même, les développeurs du jeu vidéo DOTA 2 ont demandé à Justin Roiland d’enregistrer un voice pack RICK AND MORTY !

Image de prévisualisation YouTube

L’emballement est tel que la série est renouvelée pour une troisième saison après la diffusion du troisième épisode de la saison 2 ! En quelques mois, la série est devenue un véritable phénomène Internet : les audiences télé ont certes augmenté (un peu moins de deux millions de spectateurs en moyenne) mais cette hausse de l’audimat est sans commune mesure avec l’explosion de la popularité de la série sur le web. Si un tel décalage peut surprendre, il est aisément explicable : RICK AND MORTY est une série qui, par bien des aspects, s’accorde parfaitement avec Internet. C’est ce que cet article entend démontrer… en commençant par les origines mêmes du projet. 

En 2005, Justin Roiland a 25 ans. Depuis un peu plus d’un an, il travaille en tant que producteur associé pour la télévision. Sur son CV, on trouve l’émission EXTREME MAKEOVER: HOME EDITION, le téléfilm PREMIERE WOMEN IN HOLLYWOOD AWARDS et COMEDY CENTRAL PRESENTS: THE COMMIES, une cérémonie récompensant les meilleurs comiques. Rétrospectivement, on imagine aisément à quel point Roiland devait s’ennuyer dans ce genre de travail purement alimentaire. Heureusement, il a trouvé un exutoire. Depuis quelques années, les scénaristes Rob Schrab et Dan Harmon organisent des projections de courts-métrages à Los Angeles. Relativement confidentielles et avant tout fréquentées par des professionnels qui y voient une occasion d’exposer leurs idées les plus foutraques, ces projections ont été baptisées Channel 101. En effet, chaque court-métrage est limité à 5 minutes et doit être pensé comme le pilote d’une série. En fonction du vote du public, les cinq meilleurs pilotes (sur les dix habituellement projetés) sont mis en ligne sur le site du festival et les gagnants ont le droit de présenter un autre épisode à la projection suivante. Dès 2003, Roiland conçoit donc des courts-métrages avec ses amis Sevan Najarian et Abed Gheith (le même qui inspirera le personnage d’Abed Nadir à Dan Harmon) et les présente au public de Channel 101. Après plusieurs essais infructueux, il réalise le premier épisode de HOUSE OF COSBYS. Cette parodie de sitcom met en scène la vie d’un fan de Bill Cosby qui a trouvé le moyen de cloner le comédien et a créé des dizaines de clones qui vivent avec lui. Projeté lors du Channel 101 du 30 janvier 2005, le pilote arrive en tête des votes du public. Suivront trois autres épisodes, un par mois, également lauréats de Channel 101. À chaque épisode, la série est classée numéro un par les visiteurs du site Internet du festival.

Malheureusement, les choses tournent mal pour Roiland à partir du quatrième épisode. Frappé par une mauvaise bronchite contraignante, le jeune auteur considère que le résultat n’est pas à la hauteur des épisodes précédents. De plus, la charge de travail nécessaire pour concevoir la série commence à épuiser son équipe. Enfin, l’un de ses amis proches meurt dans un accident de voiture et, en juin 2005, l’avocat de Bill Cosby envoie une lettre au site de Channel 101 pour lui ordonner de supprimer les épisodes de HOUSE OF COSBYS. Même si Roiland avait déjà décidé d’arrêter la série, on imagine quelle fut sa déception. L’année 2005 se termine donc en demi-teinte pour Justin Roiland. D’un côté, il est traumatisé par la mort de son pote et déçu par l’attitude de Bill Cosby. De l’autre, il commence enfin à être reconnu par la profession, il a désormais un agent et surtout, il s’est fait un ami fidèle en la personne de Dan Harmon. Ce dernier lui permettra de faire décoller sa carrière d’acteur en le faisant participer à différents projets de Channel 101 et au SARAH SILVERMAN PROGRAM qu’il va créer Sarah Silverman et Rob Schrab en 2007. À partir de 2010, il commence à écrire et à jouer pour le dessin animé FISH HOOKS (produit par Disney Channel !) puis rejoint le cast d’ADVENTURE TIME, OUT THERE et GRAVITY FALLS. En parallèle de cette carrière respectable, Roiland continue à jouer les sales gosses pour Channel 101. Dès octobre 2006, inspiré par la lettre de l’avocat de Bill Cosby, il entreprend d’écrire le court-métrage le plus horrible possible, celui qui générera le plus rapidement possible une lettre exigeant sa suppression. Il écrit donc une parodie de RETOUR VERS LE FUTUR qu’il compte intituler « Back To The Future: the new official Universal Studios cartoon featuring the new Doc Brown and Marty McFly ». Dans le script, il est une fois de plus question de voyage dans le temps… sauf que tous les problèmes (réparer la DeLorean, empêcher un événement de se produire, prévenir la disparition de Marty) ont une seule et même solution : Marty doit lécher les couilles de Doc Brown ! Et comme on peut le voir ci-dessous, Justin Roiland n’hésite pas à montrer l’acte en question de façon totalement explicite ! On vous conseille d’éviter la vision de la chose pendant les horaires de bureau !

Après avoir enregistré les voix de Marty et Doc, il se rend compte non seulement que son imitation est catastrophique mais surtout qu’il a créé vocalement deux nouveaux personnages dont il va peu à peu s’enticher. Par affection pour eux, il décide donc de ne pas trop troller Universal et baptise finalement le court-métrage THE REAL ANIMATED ADVENTURES OF DOC AND MHARTI. Dès 2006, Justin Roiland tient donc le prototype de RICK AND MORTY… et si la série évacuera toute référence explicite à RETOUR VERS LE FUTUR, le personnage de Rick gardera néanmoins une catchphrase en hommage à son prédécesseur : on vous laisse cliquer sur le lien ci-dessous pour la découvrir !

Image de prévisualisation YouTube

En attendant, on retrouvera les futures voix de Rick et Morty dans une autre série conçue pour Channel 101, 2 GIRLS, 1 CUP: THE SHOW, sitcom basée sur la célèbre vidéo scato-pornographique. Le personnage de Cup y a la voix de Morty et, dans le quatrième épisode, le père de Cup a la voix de Rick. Allez-y, vous pouvez le regarder au bureau par contre, ça passe !

Image de prévisualisation YouTube

Mais ce n’est qu’en 2012 que Justin Roiland va pouvoir revenir sur le concept original. Alors que la troisième saison de l’excellente série COMMUNITY est en court de diffusion (à ce sujet, je vous renvoie à l’excellente trilogie en deux parties – garantie sans Ewoks ! – que lui a consacrée Rafik Djoumi), les relations entre la chaîne NBC et Dan Harmon sont plus tendues que jamais. Non seulement la production de cette troisième saison a été difficile mais de plus, les scores d’audience sont les plus bas de toute l’histoire de la série. Anticipant probablement le renvoi d’Harmon par NBC, la chaîne Adult Swim propose à ce dernier de créer un dessin animé. Intéressé par l’offre, Harmon sait néanmoins qu’il n’a pas totalement sa place dans la grille de la chaîne. Il n’est pas vraiment à l’aise avec l’animation pour la télé et, surtout, à presque 40 ans, il ne se sent pas vraiment en phase avec le public potache d’Adult Swim. Par contre, il pense immédiatement à Justin Roiland, avec lequel il avait créé le dessin animé MR SPRINKLES pour son programme ACCEPTABLE.TV, sorte d’adaptation télévisée du concept de Channel 101 pour la chaîne VH1. Les courts-métrages irrévérencieux de Roiland lui semblent, en outre, parfaitement dans le ton de la chaîne. De son côté, Roiland n’est que trop heureux d’une telle opportunité. Lorsque Harmon lui propose de travailler avec lui, il est en train de développer un troisième pilote de dessin animé pour la Fox, après deux précédents échecs auprès du network. Rapidement, il ressort THE REAL ANIMATED ADVENTURES OF DOC AND MHARTI du placard, espérant comme à chacun de ses projets pouvoir exploiter les deux voix qu’il a créées par inadvertance. Dan Harmon trouve le court hilarant et pressent surtout le potentiel derrière l’humour graveleux. Très vite, le projet est lancé. Ils pitchent l’idée de RICK AND MORTY à Nick Weidenfeld, chef du développement des programmes d’Adult Swim, et écrivent – avec son aval – le pilote de la série en une demi-journée. Le 15 mai 2012, RICK AND MORTY fait partie des huit nouvelles séries annoncées par Adult Swim !

En soi, RICK AND MORTY est le bébé d’une nouvelle sorte de showrunner. Dan Harmon a commencé sa carrière de scénariste de façon tout à fait classique. Comme beaucoup d’auteurs comiques, il a débuté en faisant un peu de stand-up. Dans les années 90, il fait partie de l’entourage de Judd Apatow et Jack Black. Durant cette même décennie, il collabore avec Rob Schrab sur le comic-book SCUD : THE DISPOSABLE ASSASSIN, sur le script de MONSTER HOUSE (même si le film ne sortira qu’en 2006) et sur le pilote rejeté de la parodie de K2000, HEAT VISION AND JACK. Ce n’est que progressivement, durant la première moitié des années 2000, qu’il commence à s’intéresser au Web. Si Justin Roiland n’a que sept ans de moins que Harmon, cet écart le place dans une autre génération : la première à avoir commencé à écrire pour le Net… et donc directement pour le public. Entre le public des projections de Channel 101 et celui du site internet associé, il n’y a aucun exécutif pour demander des retouches, pour demander la suppression d’une vanne de mauvais goût ou encore pour exiger d’éclaircir un humour un peu trop noir. Contrairement à Dan Harmon qui a appris à écrire pour des producteurs, Justin Roiland a donc appris à écrire pour le public.

Si THE REAL ANIMATED ADVENTURES OF DOC AND MHARTI n’a pas eu les faveurs du public (et donc d’une diffusion en ligne) lors de sa présentation à Channel 101, RICK AND MORTY est le résultat de plusieurs années passées à tenter de séduire avant tout les internautes. Le potentiel était là, il a muri pour donner lieu au phénomène actuel qui nous concerne. Mais pour mieux comprendre comment ce potentiel s’est exprimé, c’est-à-dire par quels aspects RICK AND MORTY est une série parfaitement adaptée à internet, il faut s’intéresser à la forme même de la série… et en particulier aux références thématiques et visuelles qu’elle déploie.

À SUIVRE
Les influences de RICK & MORTY

2 Commentaires

  1. Mat

    Série géniale découverte sur les conseils de maître Djoumi… et super article avec plein de trucs que je savais pas. Vivement la suite.

  2. Moon

    J’adore cette série elle est dans mon top ten des sériés d’animation ( en premier Adventure time) mais les aventures de Doc et Marty m’ont trop m’attiser trop de « link my balls »

Laissez un commentaire