LE GAY MENSONGE

Dans le cadre de sa refonte en série politiquement correcte, l’épisode 6 de la saison 19 de SOUTH PARK revient sur ses pas et réinterprète TWEEK VS. CRAIG, l’un de ses plus vieux épisodes. Mais SOUTH PARK reste encore et toujours SOUTH PARK.

Dans le 5ème épisode de la saison 3 de SOUTH PARKTWEEK VS. CRAIG – Stan, Kyle, Cartman et Kenny créaient de toutes pièces une rivalité entre Tweek et Craig dans l’unique but de les voir se battre et de savoir lequel est le plus fort. Dans TWEEK X CRAIG, ce sont les écolières d’origine japonaises de l’école de South Park qui mettent en scène une histoire d’amour entre Tweek et Craig au travers d’illustrations reprenant les codes des mangas yaoi. À partir de là, c’est toute la ville qui va s’empresser de croire en cette romance entre les deux garçons et de se féliciter de leur progressisme. Pour reprendre les termes de Randy : « Notre ville possède un Whole Foods depuis seulement trois semaines, et nous avons déjà nos premiers enfants gays. Trop cool ». Mais, Tweek et Craig n’étant pas gays, ils doivent alors faire face à la pression sociale et à devoir gérer l’attribution d’une sexualité qui n’est pas la leur. Trey Parker et Matt Stone ont eu la bonne idée de centrer complètement l’épisode sur cet arc narratif, sans chercher à rajouter une histoire secondaire. Ce faisant, ils se sont donnés le temps de trois montages musicaux sur les chansons THE BOOK OF LOVE de Peter Gabriel et SAY SOMETHING (I’M GIVING UP ON YOU) de A Great Big World, ainsi qu’une création originale de Trey Parker : un bon rappel des qualités purement formelles dont la série peut faire parfois preuve.

Image de prévisualisation YouTube

Sur le fond, il est probable que la reprise de l’épisode TWEEK VS. CRAIG – jusque dans la référence au deuil de Mister Adler au travers du mari défunt du maire McDaniels – se présente comme un moyen de marquer un nouveau départ pour la ville. En rejouant un épisode de la troisième saison, les auteurs mettent en scène une sorte de révisionnisme visant à repeindre l’histoire de la série aux couleurs du « politiquement correct ». Néanmoins, force est de constater que TWEEK X CRAIG reste du pur SOUTH PARK. On pourrait certes arguer que l’aveuglement des habitants concernant la sexualité réelle des deux garçons au profit d’une romance purement fictionnelle est la conséquence logique de la « mort » de la réalité dans l’épisode précédent. Mais la propension des habitants de South Park à préférer la fiction à la réalité est un ressort comique récurrent de la série, et ce depuis longtemps maintenant. Dès le deuxième épisode de la saison 2, CARTMAN’S MOM IS STILL A DIRTY SLUT, un groupe d’habitant piégé dans un studio de télé pendant quelques heures s’imaginaient être complètement coupés du monde et devoir recourir au cannibalisme pour survivre. Dans TWO DAYS BEFORE THE DAY AFTER TOMORROW, toute la ville se croyait dans LE JOUR D’APRÈS de Roland Emmerich et fuyait une vague de froid, conséquence imaginaire du changement climatique. Si l’histoire de la série met en perspective l’idée que l’argument de TWEEK X CRAIG serait une conséquence de l’épisode précédent, il est probable que Trey Parker et Matt Stone en soient parfaitement conscients. Dès lors, l’épisode résonne tout autant comme une tentative larvée de rendre la série politiquement correcte de manière rétroactive que comme un rappel que SOUTH PARK restera toujours SOUTH PARK. Alors que cette 19ème saison entre dans sa deuxième moitié, elle s’avère être non seulement un commentaire acide sur les divers avatars du politiquement correct mais également un moyen de réaffirmer les principes fondamentaux de la série. De quoi la relancer pour une 20ème saison (déjà confirmée) et bien au-delà !

À LIRE ÉGALEMENT
Nos articles sur les précédents épisodes de la saison 19
Épisode 1
Épisode 2
Épisode 3
Épisode 4
Épisode 5

1 Commentaire

  1. Astro

    C’est une bonne analyse de cet épisode que j’ai, personnellement, j’ai trouvé plutôt décevant.

    Même si la blague du Japon qui décide qui est gay ou non est assez amusante, selon que vous appréciez beaucoup les mangas ou non, elle perd de l’intérêt. Pour citer un cartoon américain que les créateurs de South Park aiment beaucoup (c’est ironique), on peut parler de Stewie et Brian de Family Guy. De plus si c’est vrai que le terme Yaoi est devenu assez passe partout, il serait utile de rappeler le slash qui existe en Amérique depuis… 1970 !
    Je m’attendais en sous-intrigue à voir des critiques sur les fans de couple gay dans les œuvres de fictions, des shippings sans queue-ni-tête et voir ça se terminer en disant que des tas d’hommes fantasme sur deux femmes ensemble (Touhou pour rester dans le Japon) et qu’il ne faut pas en faire tout une histoire quand c’est entre deux hommes et plus généralement que les fans font en général n’importe quoi et pas qu’avec les shippings.
    Mais si South Park a décidé de traiter ça de façon complètement différente et c’est peut-être aussi parce que depuis des années les critiques faites au « Yaoi » ont été tellement vu, revu et comprises que cela n’aurait plus eu de sens. Mais quitte à briser le quatrième mur avec ce que font les fans, on aurait pu aller bien plus loin.
    Si c’est une critique faite aux shipper (et là, il n’y a pas que des filles), le fandom (tous les fandom) s’en moquent royalement. South Park parle de décider de la sexualité des personnages, mais en fait c’est bien plus que ça, les fans force leur attirance. Mais je n’ai pas eu l’impression que ça c’était le but de l’épisode.

    Cette analyse me permet d’y voir plus clair, notamment avec la mort de la Réalité dans l’épisode précédant que j’avais oublié. Mais au final, cela ne change pas grand-chose à ma déception.
    L’épisode se base sur le fait que la ville se veut tellement progressiste qu’elle force les gens à se mettre en couple avec quelqu’un de leur sexe même s’ils n’en n’ont pas envie et que c’est fictionnel. C’est pourquoi je ne voie pas l’intérêt d’un tel épisode vu la façon dont le sujet a été traité. Je n’ai pas trouvé cette critique du politiquement correcte exécutée de façon très judicieuse.

Laissez un commentaire